bandeau art philo
dimanche, 26 novembre 2017 21:03

Du sacré au séculier

Écrit par

Triumph of St Ignatius of Loyola © Wikimedia Commons, Marie-Lan NguyenL’anecdote raconte que Zeuxis (peintre grec né en 464 av. J.-C.) avait peint des raisins sur lesquels s’étaient jetés des oiseaux, trompés par l’exécution parfaite. Un récit parmi d’autres qui indique que la peinture a longtemps cherché à représenter son modèle le plus fidèlement possible. L’art consistait à magnifier la beauté et la grandeur de son sujet, comme le démontre l’époustouflante fresque en trompe-l’œil qui orne le plafond de la nef de l’Église Saint-Ignace de Loyola à Rome (p. 37). Elle fut réalisée en 1685 par le peintre jésuite Andrea Pozzo, qui mit ainsi en pratique ses théories sur la perspective. Elle représente saint Ignace accueilli par le Christ et la Vierge Marie.

Le trompe-l’œil s’est depuis extrait du cadre rigide des édifices et des tableaux, comme l’évoque avec humour le jeune garçon Fuyant la critique du Père Borrell del Caso, peintre, aquarelliste et graveur catalan du XlXe siècle. Les murs de nos cités en sont les nouveaux écrins, mêlant la réalité que voulaient tant représenter les anciens à l’art contemporain.

De l’art à la rue

Le street art -ou art urbain en français- est un mouvement qui prend racine aux États-Unis au milieu du XXe siècle et qui s’est rapidement répandu dans le monde. « Pendant presque un demi-siècle, des teenagers dégourdis ont signifié hardiment leur identité en ‹ marquant › leur territoire sur un mur avec un crayon, de la craie, un marqueur ou une bombe de peinture », relève John Fekner, dans la préface de l’Atlas du Street Art et du Graffiti qui présente 113 artistes de 25 pays, véritable panorama mondial de cette forme d’art contemporain, populaire et urbain. De la marque indélébile plaquée sur les murs, on est passé à une déclinaison éphémère, tels les tags en ruban adhésif de l’Australien Buff Diss, ou à des gestes revendicateurs, telles les images géantes du photographe français JR (auteur de la couverture de l’Atlas) ou les peintures sur le mur de Berlin.

Quand on évoque l’art urbain, certaines images s’imposent, comme les graffitis de l’Américain Keith Haring qui, à ses débuts dans les années 80, dessinait ses célèbres personnages à la craie blanche sur des panneaux publicitaires noirs du métro. Ou, plus contemporaines, celles du graffeur anglais Banksy, un artiste dont on ne connaît pas l’identité, qui a marqué de son empreinte en 2005 la barrière de séparation israélo-palestinienne en Cisjordanie. Du trompe-l’œil à la politique, il n’y a qu’un trait que les jeunes artistes n’hésitent plus à franchir.

Rafael Schacter
Atlas du street art et du graffiti
Nouvelle édition mise à jour, Paris, Flammarion 2017, 400 p.

Lu 229 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.