choisir

mercredi, 05 juillet 2017 08:40

Des extrêmes à la radicalisation

Écrit par

p23SpieringsHerrmannDe l’infiniment petit à l’infiniment grand de l’Univers, des violentes et meurtrières catastrophes naturelles à la fragilité d’une aile de papillon ou la douceur d’un flocon de neige, de la barbarie la plus sanguinaire aux purs actes d’amour, de la misère et la faim qui tenaillent des populations entières à la richesse indécente de quelques-uns toujours plus fortunés (voir l'article d'E. Perrot), les extrêmes sont de ce monde, constamment et partout. Ils modèlent nos environnements, influencent le cours de l’Histoire, inspirent nos âmes... et choisir, qui se penche sur ce sujet dans son numéro d'été.

Cris de révoltes contre l’ordre divin ou la fatalité, supplications, remerciements se font plus vifs lors de deuils douloureux ou de radieuse plénitude. Le questionnement métaphysique s’intensifie dans les moments de crises profondes et de déroutes des cœurs. Les regards se portent instinctivement vers le Ciel quand l’homme, debout en pleine nature, regarde avec allégresse l’immense océan, la voûte étoilée, les majestueuses crêtes enneigées ou le puissant chêne déployant ses branches au-dessus du pré. Il expérimente alors qu’il est partie d’un tout (L. Espinassous, Fr. Berger) ; il pense au-delà du visible, il médite sur le Bien et le Mal.

Une situation extrême n’est donc pas bonne ou mauvaise en soi. Elle induit un mouvement, une décision qui peut être constructive ou destructrice. Quand elle rejoint l’homme dans son désir de se dépasser, d’explorer de nouvelles solutions, de construire un monde plus sûr, plus juste... avec les autres, pour les autres, quand elle le conduit à expérimenter l’altérité et le décentrement, elle se fait porteuse de vie, de bien, de beau. Mais quand elle le mène à l’isolement, au narcissisme stérile, au nihilisme (quoi de plus extrême que l’ère du vide ?), à l’annihilation de la pensée de l’autre, elle se fait chemin de mort et l’éloigne de sa source divine. « Le piège de l’extrême, écrit Bruno Fuglistaller dans ce numéro, c’est de s’en faire le sujet. »

Sur le plan social, ce mouvement se traduit en Occident par une radicalisation de la pensée collective, religieuse ou idéologique (A. Petrache, A. Spierings). En quête de sens, l’homme s’accroche à toutes sortes de -ismes (terrorisme, nationalisme, fondamentalisme, scientisme) réducteurs et mortifères. Les sciences ont bien tenté de remplacer les religions et d’apporter réponses et sécurité, mais sans grand succès (J.-L. del Bayle, Fr. Le Blay). Les spiritualités qui se centrent sur l’Autre, qui mettent l’homme en relations, qui appellent à l’écoute de l’intériorité, au dialogue et au discernement et qui rappellent notre responsabilité à l’égard de la Création ont un rôle pacificateur à jouer. Pour faire face aux écueils où nous entraînent les extrêmes du monde et préserver notre liberté de pensée, connaissance et sagesse, science et foi doivent se conjuguer. « Tiens ton esprit libre, même pour faire le contraire.... En cela n’abdique jamais », nous conjurait déjà Ignace de Loyola, il y a 500 ans.

Lu 531 fois Dernière modification le mercredi, 05 juillet 2017 09:49

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

Choisir 685un trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

15 décembre 2017 - L'Assemblée générale de l'ONU a adopté à l’unanimité des 193 pays la résolution instituant la Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix. Elle a été fixée au 16 mai.
15 décembre 2017 - Chrétiens et musulmans libanais se retrouvent unis autour de la question de Jérusalem. Les représentants des diverses communautés religieuses ont exprimé d’une seule voix leur volonté de voir appliquer les résolutions de l’ONU adoptées depuis 1947 et ont appelé le président américain à revenir sur sa décision concernant la Ville sainte.
14 décembre 2017 - Nouvelle cartographie du cerveau. La gestuelle et les expressions faciales trahissent notre état émotionnel, mais qu’en est-il de la voix ? En observant l’activité neuronale du cerveau, des chercheurs de l’Université de Genève ont cartographié les régions cérébrales permettant d’élaborer les représentations émotionnelles vocales et de les catégoriser. En savoir plus ici.
7 décembre 2017 - L'UNESCO a inscrit le Carnaval de Bâle sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Il rejoint la Fête des Vignerons de Vevey inscrite en 2016. Cette inscription renforce la visibilité du patrimoine culturel immatériel en milieu urbain et rappelle le rôle important de la langue, ici le dialecte bâlois, comme vecteur de ce patrimoine.
5 décembre 2017 - Huit groupes européens vont investir ensemble 50 millions d’euros dans un nouveau fonds Livelihoods destiné à financer des projets luttant contre le réchauffement climatique.Il s'agit de Danone, Crédit Agricole, Hermès, Firmenich, Michelin, SAP, Schneider Electric et Voyageurs du Monde.
1er décembre 2017 - Le gouvernement argentin a révoqué l'accréditation de 63 experts de la société civile -syndicalistes, défenseurs du développement, défenseurs des droits numériques, écologistes et autres- quelques jours seulement avant la réunion ministérielle de l'OMC à Buenos Aires.