choisir

Gerard Ryan

jeudi, 27 avril 2017 08:11

Moonlight et la vulnérabilité

MoonlightMoonlight, de Barry Jenkins, a remporté trois Oscars lors de la cérémonie du 26 février 2017: ceux de meilleur film, de meilleur scénario adapté et de meilleur second rôle masculin pour Mahershala Ali, qui y interprète Juan, un dealer cubain qui prend le jeune Chiron - aussi appelé «Little» - sous son aile. Des prix mérités, pour un film original et profond.
Le théologien irlandais Gerard Ryan, jésuite de la Province anglaise canadienne, en a proposé une lecture pour la revue culturelle Thinking Faith (traduction française Claire Chimelli).
Moonlight est un récit singulier qui relève de l’histoire universelle de la lutte pour l’individualité. C’est celui, en trois parties, de Chiron, un jeune garçon innocent et timide, qui grandit dans une communauté afro-américaine de Miami ravagée par la pauvreté et la violence.

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

couv 683un trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

Infos express

21 mai 2017 - Le peuple suisse a accepté la révision de la loi sur l’énergie qui vise à réduire la consommation d’énergie, à améliorer l’efficacité énergétique et à promouvoir les énergies renouvelables. Elle entrera en vigueur début 2018.
21 mai 2017Wim Wenders prépare un documentaire sur le pape, à partir de longs entretiens menés avec lui. Le cinéase allemand insiste notamment sur les question d'écologie et de migration.
4 mai 2017 - Caritas recherche 800 bénévoles pour aider des paysans de montagne. Les travaux peuvent aller de tâches ménagères à la production de fromage ou à la désalpe.
4 mai 2017 - L'environnement a été un absent remarqué lors du débat du 3 mai pour les présidentielles françaises entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.
27 avril 2017 - «Jamais la liberté de la presse n’a été aussi menacée», s’alarme Reporters sans frontières (RSF) dans son rapport 2017. Attaques anti-médias, fausses informations, répression et triomphe d' »hommes forts » comme Trump ou Erdogan, la carte du monde dressée par RSF est envahie de rouge (« difficile ») et de noir (« très grave ») Lire plus ici