choisir

Gérard Joulié

jeudi, 04 janvier 2018 10:40

La vie cachée

Piero de la Francesca, Vierge de la miséricordeP. della Francesca, Vierge de la miséricordeTertullien, ce Père de l’Église carthaginoise, disait que ce que le serpent a dit à Eve, Eve aurait dû le garder dans le fond de son cœur et le taire à son époux, comme Marie a gardé dans le fond de son cœur le secret que l’archange Gabriel lui avait confié. Un homme qui se tait est comme un dieu. Il n’a même plus besoin de se cacher. La chasteté est le silence de la chair. Ce n’est même pas un refus. La femme chaste ne se refuse pas. Elle est ailleurs. Elle s’est donnée à autre chose. Elle est consacrée. Elle est à part. Elle sert à d’autres fins.

jeudi, 16 février 2017 14:52

Adieu forêts, adieu jardins!

Adam qui, nous dit l’Ecriture, était jardinier de son état, eut deux fils: Abel qui gardait les moutons et Caïn qui labourait la terre. Le sacrifice que Caïn offrit au Seigneur déplut à Dieu sans que l’on sache pourquoi. Tous les dieux sont capricieux et celui de la Bible ne fait pas exception. Après la faute de ses parents et le meurtre de son frère, Caïn dut donc travailler la terre à la sueur de son front. C’est de ce malheureux proscrit que descend l’infortunée race humaine. L’homme fut donc dès l’origine laboureur et berger. Il débroussaillait la forêt et apprivoisait les bêtes que le Seigneur avait créées fières et sauvages, comme le tigre de William Blake et du douanier Rousseau qui broie la gazelle dans ses puissantes mâchoires avant de la dévorer.

lundi, 28 novembre 2016 17:09

Le philosophe caméléon

Le poète John Keats disait: «Ce qui choque et scandalise le vertueux philosophe comble d’aise le poète-caméléon.» On peut se demander si le courant moderniste ou post-moderniste de la philosophie occidentale n’a pas fait sienne, en la prenant dogmatiquement au sérieux, l’assertion d’un poète qui n’était lui-même, comme il le dit, qu’un caméléon. Car il s’agit bien là d’une contestation radicale de l’esprit de sérieux, de fixité et de certitude, par des philosophes qui se posent comme des antiphilosophes, des contre-philosophes, sans pour autant être des poètes. Des poètes de la philosophie.

mardi, 29 novembre 2016 15:00

Une littérature impure

Des goûts et des couleurs en littérature, de leur bien-fondé ou de l’inanité ou de l’inutilité des jugements littéraires. Sur quel critère sont-ils fondés? Le goût change, l’homme aussi. Ce que l’on aimait hier, l’aimera-t-on aujourd’hui ? Relit-on ce qu’on a aimé enfant? Finit-on toujours les lectures commencées? Se souvient-on même de ce que l’on a lu? Où finit le bavardage? Où commence la littérature  L’enfant distingue-t-il entre la grande et la moins grande littérature? Ces distinctions ne sont-elles pas le fait d’adultes rassis, de dégustateurs un peu blasés qui n’ont plus grand appétit.

lundi, 08 août 2016 15:12

La voie du blâme

Pascal Quignard,
Critique du jugement,
Paris, Galilée 2015,
264 p.

Les mystiques sont hérétiques car leur affaire est de trouver Dieu par des voies singulières. Leur démarche n’est pas en accord avec l’intention simple et somme toute assez démocratique qui est visible dans l’Evangile : le même Dieu pour tous. Les mystiques se posent en aristos, en spécialistes, en connaisseurs de Dieu - eux qui se méfient tant du savoir et qui prétendent que Dieu est inconnaissable et qu’il ne se connaît même pas lui-même - et se réservent une grâce choisie, trouvée par une voie savante et ardue - fût-elle celle du blâme, fût-elle contraire à tout savoir, qu’il soit philosophique ou théologique.
Pascal Quignard s’inscrit indéniablement dans cette lignée de mystiques plus ou moins sauvages dont l’Eglise a gardé certains dans son giron et dont elle a excommunié beaucoup d’autres. Dans le cas de Quignard elle n’aura pas d’excommunication à prononcer, ce dernier s’étant, si j’ose dire, excommunié lui-même depuis longtemps en déclarant sinon haut et fort, du moins dans chaque ligne de ce qu’il écrit, son athéisme.

Page 1 sur 30

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

choisir 688 revue culturelleun trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

27 juin 2018 - Le Prix Good News de la Conférence des évêques suisses a été remis cette année à Emmanuel Tagnard et Aline Bachofner de RTSreligion pour leur émission "Faut pas Croire" consacrée à Lotti Latrous, une Suissesse qui se consacre aux enfants des bidonvilles d'Abidjan. https://bit.ly/2KsVA3Z
19 juin 2018 - Une vidéo de la campagne sur les migrants et les réfugiés lancée par le Saint-Siège a été primée au Festival international de la publicité sociale en Espagne. Plus d'infos sur www.jesuites.ch
19 juin 2018 - Le pape François s'est rendu une première fois en Suisse en 1966. Il était alors encore un "simple" religieux jésuite, professeur de littérature et de psychologie. Il a été ordonné prêtre le 13 décembre 1969 et a émis sa profession perpétuelle chez les jésuites le 22 avril 1973.
19 juin 2018 - Le Prix Caritas Suisse 2018 a été décerné au médecin cambodgien Sovannarith Sam. Le lauréat s’engage en faveur d’enfants particulièrement défavorisés, victimes d’esclavage, de traite d’êtres humains et de prostitution.
7 juin 2018 - Le Vatican ouvrira une représentation diplomatique permanente à Djouba, la capitale du Soudan du Sud. Plus jeune pays du monde, le Soudan du Sud compte près 6 millions de catholiques sur 12 millions d’habitants, d’après L’Annuaire statistique de l’Église.
7 juin 2018 - En RDC, un vaccin contre le virus d'ébola est administré aux populations menacées. C'est celui du laboratoire Merck, le plus avancé des cinq vaccins en cours d’étude clinique.
28 mai 2018 - 5492 kg. C'est le poids des déchets récoltés lors de la 9e édition de Net’Léman, le grand nettoyage du lac Léman (Genève), par 1200 bénévoles, soit 800 volontaires à terre et 300 plongeurs, les samedis 19, 26 et dimanche 27 mai.
23 mai 2018 - Mgr Philip Wilson, archevêque d'Adelaïde, a été reconnu coupable de non-dénonciation d'abus sexuel commis dans les années 70. Les avocats de la défense ont argumenté qu’à l’époque ce genres d’abus n’étaient pas considérés comme un crime grave.