choisir

Jacques Berset, cath.ch

camp2Se désintéresser des problèmes de l’humanité, comme ceux du Soudan du Sud, «c’est oublier les leçons de l’Évangile sur l’amour du prochain qui souffre et est dans le besoin», affirme le pape François dans la préface du livre du Père Moschetti, supérieur des comboniens au Soudan du Sud, qui vient de sortir (Soudan du Sud. Le long et douloureux chemin vers la paix, la justice et la dignité). Pour les chrétiens sud-soudanais, le regard que le pape porte sur eux actuellement est une importante source d’espoir.
Betram Gordon Kuol, partenaire à Juba de l’Association suisse des Amis de Sœur Emmanuelle (ASASE), était de passage à Genève en septembre. Cath.ch l’a rencontré, lui et Patrick Bittar, directeur de l'ASASE (et chroniqueur cinéma pour choisir). L'occasion de mieux comprendre les difficultés du jeune pays.

M. Spilker, réd. en chef de kath.ch, et U. Tilgner © Jacques BersetM. Spilker, réd. en chef de kath.ch, et U. Tilgner © Jacques BersetFustigeant la politique occidentale au Moyen-Orient, le journaliste allemand Ulrich Tilgner, qui a couvert pendant plus de trois décennies les endroits chauds du Moyen-Orient, a déploré la visite du président américain Donald Trump en Arabie saoudite, pour y vendre des armes pour plus de 100 milliards de dollars. Invité à Einsiedeln le 21 mai 2017 par l’œuvre d’entraide catholique Aide à l’Église en détresse (AED), ce grand spécialiste du Moyen-Orient était l’un des débatteurs à une table-ronde sur la responsabilité des religions dans la guerre.

Lutter contre les terroristes islamiques uniquement par des moyens militaires ne suffit pas, cela peut même être contre-productif, estime Ulrich Tilgner. «Un civil tué dans un bombardement, ce sont à coup sûr dix nouvelles recrues pour Daech!»

dimanche, 08 janvier 2017 07:58

Faire naître l’espoir des bas-fonds

inondationBanado JacquesBerset 2017Bañado Sur © Jacques Berset - cath.chParaguay, décembre 2016 - L’odeur âcre me prend à la gorge: la petite rivière, un cloaque noirâtre, charrie des déchets de plastique et des cadavres d’animaux. Des enfants courent pieds nus au milieu du Bañado Sur, installé sur les rives inondables du Rio Paraguay. Ce quartier déshérité d’Asunción porte -ironiquement?- le nom de Porvenir, l’Avenir...

Évitant les flaques d’eau sale, enjambant les ornières boueuses, nous passons la grille du Centre d’accueil familial (CAFA) appartenant à la Fondation Mil Solidarios, lancée par le Père jésuite Francisco de Paula Oliva.

L’article qui suit a été écrit avant les terribles attentats à Beyrouth et à Paris, les 12 et 13 novembre dernier. Islamologue de renom, le Père jésuite Samir Khalil Samir[1] était invité à Zurich, en octobre dernier, par l’Aide à l’Eglise en détresse. Refusant le parler « politiquement correct », il affirme que la violence est omniprésente dans l’islam, que ce soit dans le Coran lui-même ou dans les « hadith ». Il appelle le monde islamique à poursuivre l’ouverture de la porte de l’interprétation du Coran, qu’on appelle « l’ijtihâd ». 

Malgré la percée aux dernières élections législatives en Iran des candidats réformateurs et modérés du camp favorable au président Hassan Rohani, la situation des chrétiens dans cette République islamique “n’est pas une sinécure”, estime Mgr Ramzi Garmou. En Suisse à l’invitation de l’œuvre d’entraide catholique “Aide à l’Eglise en Détresse” (AED), l’archevêque chaldéen catholique de Téhéran a apporté son témoignage, samedi 30 avril 2016, dans la paroisse catholique de langue française de Berne et environs.

Visiteur apostolique pour les fidèles de rite chaldéen résidant en Europe, archevêque de Téhéran depuis 1999, Mgr Garmou est né il y a 71 ans à Zakho, ville du Kurdistan irakien près de la frontière turque. Président de la Conférence épiscopale catholique iranienne, de nationalité irakienne, il vit en Iran depuis près de quatre décennies. Ses permis de séjour et de travail doivent être renouvelés chaque année et il ne doit s’adresser qu’aux chrétiens pour ne pas encourir le reproche de faire du prosélytisme auprès des musulmans, “ce qui est strictement interdit !” Les églises sont ouvertes pour le culte, pour la catéchèse, l’enseignement, les conférences. “Mais tout doit se passer à l’intérieur des édifices reconnus par le régime. Pas question d’avoir des activités religieuses à l’extérieur, car il est interdit de proclamer l’Evangile dans l’espace public”.

Page 3 sur 5

Besoin de feuilleter avant d’acheter ? Des librairies suisses proposent la revue choisir dans leurs rayons.

N’hésitez pas à en parler à votre librairie préférée pour qu’elle en fasse autant !

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

choisir - Revue n°696 : Juillet/Septembre 2020un trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

7 juillet 2020 - Des archéologues viennent de mettre au jour six mausolées et une nécropole de 150 tombes, à côté de l’église paléochrétienne de Saint-Pierre-l’Estrier, à Autun, une ville gallo-romaine devenue un des hauts lieux de la chrétienté.

3 juillet 2020 - Le rapport annuel 2019 sur le clergé de l’Église d’Angleterre indique que pour la toute première fois, cette Église a ordonné plus de diacres femmes que hommes. Ces nouveaux diacres seront normalement ordonnés prêtres après un an de ministère.

2 juillet 2020 - La commission Justice et Paix de la Conférence des évêques suisses (CES) s’est prononcée contre une extension des exportations d’armes. Elle soutient la seconde variante du contre-projet indirect à l’initiative dite «de rectification», lancée en 2018.
1er juillet 2020 - Le Conseil fédéral a fixé la date de la votation sur l'initiative pour des multinationales responsables au 29 novembre 2020. Cette initiative est portée par Action de Carême ainsi que par une vaste coalition de 114 organisations d’entraide, de droits humains, de droits des femmes, de protection de l’environnement, d'Églises, mais aussi de syndicats et de coopératives.
1er juillet 2020 - Les portes de la cathédrale Saint-Jacques-de-Compostelle sont rouvertes aux pèlerins. Et certains des nombreux chemins qui mènent à Santiago aussi, en raison de la levée progressive des mesures sanitaires imposées en Espagne.
20 juin 2020 - Mgr Joseph Tobji, archevêque maronite d’Alep, s'élève contre l’entrée en vigueur, mercredi 17 juin, du «Caesar Act», une loi étasunienne prévoyant de nouvelles sanctions pour les entreprises et les particuliers qui commercent avec le régime de Bachar Al Assad. En pleine crise du coronavirus, cette disposition, qui s’ajoute aux sanctions de l’Union européenne décrétées pour un an, aggravera la vie des Syriens, déjà éprouvés par dix ans de guerre.
19 juin 2020 - Au Pakistan, une croix en marbre de plus de 2 mètres de hauteur a été découverte dans les montagnes de l’Himalaya par trois chercheurs de l'Université de Baltistan, à Skardu. Selon eux, elle daterait de près de 1200 ans, ce qui attesterait de l’ancienneté de la présence chrétienne dans la région.
18 juin 2020 - Le chanoine Claude Ducarroz, a été désigné comme le lauréat du Prix ‘Good News’ 2020, qui distingue une personne ou un projet journalistique ayant spécialement contribué à diffuser la Bonne Nouvelle par de bonnes nouvelles dans les médias. Le Père Claude Ducarroz s'est toujours engagé dans les médias pour défendre une Église ouverte au monde, et en particulier au dialogue œcuménique. Il a été membre du conseil de rédaction élargi de notre revue pendant une quinzaine d'années. Pour rappel, "choisir" a elle-même été la lauréate 2014 du Prix Good News, pour son rôle dans la diffusion d'un premier entretien d'envergure avec le pape François en septembre 2013.
18 juin 2020 - Alors que le projet du gouvernement turc de refaire de la basilique Ste-Sophie d'Istanbul une mosquée agite les esprits, le patriarche arménien apostolique de Constantinople Sahak II Maşalyan est venu avec une autre proposition: rouvrir au culte, tant musulman que chrétien, l'antique Basilique byzantine, aujourd'hui visitée par les touristes comme un simple monument. Ce serait là un signe tangible d'une possible « alliance » entre l'islam et le christianisme.