choisir

Xavier Lingg

lundi, 10 avril 2017 11:00

Prier les psaumes en chrétien

LingL’abbé Xavier Lingg, bien connu en Suisse romande, propose une relecture actualisée des psaumes, un florilège «prêts à être priés». Responsable de diverses paroisses, dont la très multiculturelle basilique de Notre-Dame de Genève, directeur spirituel interdiocésain d’été de la Suisse romande à Lourdes, animateur de nombreux pèlerinages en Terre sainte, chroniqueur «Liturgie» à l’Echo, il sait la nécessité de s’exprimer de façon à être entendu. Pour que les textes bibliques ne deviennent pas de vieux récits mais soient vécus au présent.

Dans l’introduction du livre, le Père Lingg explique sa démarche. «La prière des psaumes constitue la base de la louange du peuple de Dieu.

mercredi, 15 juin 2016 14:57

Premier pardon

En tant que vieux prêtre à la retraite, il m’arrive d’être invité à des célébrations du premier pardon. Elles me laissent de plus en plus perplexe. Comment ces enfants sont-ils préparés ? Essaye-t-on de leur donner un tant soit peu le « sens du péché » ? Cette année, par exemple, je me suis trouvé devant un panneau où les enfants avaient inscrit des exemples de péchés. Le premier mot était taper. Je ne me souvins pas des autres, mais il devait y avoir désobéir, dire des vilains mots, etc. Est-ce que ce sont vraiment des péchés ? Un péché, c’est une rupture avec Dieu. Or pas une seule fois il n’a été question de leur relation avec Dieu. « Est-ce que tu aimes le Seigneur ? Est-ce que de temps en temps tu lui parles ? Quand et comment fais-tu ta prière ? » Ce genre de questions figure parmi les abonnés absents ! Pourtant elles sont essentielles. Il s’agit bien d’un Sacrement que ces enfants sont censés célébrer.

Ils se présentent chez le prêtre avec un petit papier sur lequel ils ont écrit deux ou trois mots. Ce bout de papier leur enlève toute spontanéité. Au lieu de se raconter, de raconter leur histoire avec des détails, nous parler de ce qu’ils vivent ! Alors il faut leur poser des questions, essayer d’entamer un dialogue, ce qui prend un peu de temps. Or nous avons la consigne de faire court, parce que nous ne sommes que deux ou trois prêtres pour une quarantaine de gamins.

Ce qui me gène aussi, c’est qu’on doit les recevoir dans le chœur de l’église, au vu et au su de tous les copains, sans discrétion et sans intimité. J’en viens presque à regretter les confessionnaux qui favorisaient au moins une certaine discrétion. Je sais bien qu’il ne faut pas comparer la pastorale actuelle avec ce qu’on faisait « de notre temps » ! Mais on se donnait alors une journée entière de « retraite ». A midi, repas spaghettis où les « confesseurs » venaient manger avec les enfants, pour faire connaissance, s’apprivoiser ! Dans l’après-midi, on installait chacun des prêtres dans une pièce de la cure et les enfants passaient chez celui de leur choix. On se donnait le temps de discuter sérieusement avec chaque enfant.

Je me pose encore une autre question au sujet du sérieux de ces confessions. On entend tellement parler de problèmes dans les écoles, de drogue, de racket, de harcèlement par portables ou réseaux sociaux. Nos braves élèves catholiques en seraient-ils miraculeusement préservés ? En tout cas, jamais je n’ai entendu dans une confession la moindre allusion à un semblable problème, ni comme auteur ni comme victime ni comme témoin. Si au lieu de nous tendre un bout de papier, ils pouvaient parler librement, sans tabou, peut-être que de telles choses sortiraient aussi.

Enfin, au moment de leur donner l’absolution, je leur dis de demander pardon au Seigneur dans leur cœur. « Est-ce que par hasard tu connaîtrais une prière pour demander pardon ? » Mutisme complet ! Je ne demande pas qu’on leur apprenne un rébarbatif acte de contrition d’autrefois, mais des mots tout simples, des mots d’enfants : « Seigneur, je sais que tu m’aimes très fort. Et moi je ne t’aime pas assez. Pardonne-moi. Je te promets de faire un effort pour t’aimer mieux et de refaire la paix si je l’ai cassée. » C’est pas compliqué, mais c’est essentiel.


Abbé Xavier Lingg
Genève

mercredi, 01 juin 2016 16:23

Le gérant habile

Une paraphrase de Luc 16,1-9

jeudi, 03 décembre 2015 10:38

Paraphrase et pèlerinage

Dans le numéro de décembre de la revue, l'abbé Xavier Lingg invite les lecteurs à "une paraphrase" de la parabole de Luc 16,1-9 à l'heure du début de l'année de la miséricorde décrétée par le pape François.

Le gérant habile

In illo tempore, Dieu se choisit pour son Eglise un gérant. Se sachant l’intendant des mystères de Dieu, celui-ci entreprit aussitôt des réformes dans cette institution aux traditions séculaires. Ceci n’eut pas l’heur de plaire à certains cardinaux de curie. Entourés d’un quarteron de nostalgiques d’une morale désuète, ceux-ci s’en allaient trouver le Seigneur pour dénoncer ce gérant de dilapider ses biens et de brader la saine doctrine. Le Seigneur décida donc d’aller voir un peu ce qui se passe et de demander compte au gérant de sa gestion.

jeudi, 06 mai 2010 02:00

AD 2000, dix ans déjà !

Qui se souvient du 4 juin 2000 et de l'enthousiasme soulevé ce jour-là par le document présenté par Mgr Genoud, évêque de Lausanne, Genève, Fribourg et Neuchâtel ? Le soufflé depuis paraît retombé. Xavier Lingg a mené une « enquête » auprès de paroissiens, confrères, pasteurs, etc. Le tableau est loin d'être idyllique, mais des réalisations concrètes et des pistes de réflexion se poursuivent à la base de l'Eglise.

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

choisir 684un trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

14 juillet 2017 - Le poète chinois Liu Xiaobo est décédé hier dans sa prison-hôpital de Shenyang, à l’âge de 61 ans. Symbole de la lutte pour les droits de l'homme en Chine, le dissident était en prison depuis 2009 et traité comme un «criminel» subversif par les autorités chinoises qui ont refusé de le laisser partir à l’étranger se faire soigner. Il avait reçu le prix Nobel de la paix 2010.

11 juillet 2017 - Le pape François ouvre une nouvelle voie vers la béatification pour ceux qui ont fait l’«héroïque offrande de la vie, suscitée et soutenue par la charité» et qui «exprime une imitation vraie, pleine et exemplaire du Christ». Pourraient par exemple être concernées des personnes ayant soigné des malades de la peste et qui sont mortes à leur tour par contagion, explique un prélat dans le journal officiel du Vatican, "L'Osservatore Romano".

5 juillet 2017Manif «Nous sommes JS» de samedi à Berne: plusieurs organisations chrétiennes de jeunesse ont organisé un rassemblement sur la Place fédérale, à Berne pour manifester contre la décision de l'Office fédéral du sport (OFSPO) d'exclure les camps chrétiens du programme Jeunesse et sport (J+S).

2 juillet 2017 - La Liste de 2012 des traditions vivantes en Suisse » a été mise à jour. Elle a été complétée par 34 nouvelles entrées et recense désormais 199 formes importantes du patrimoine culturel immatériel. Parmi les nouveautés, la Raclette comme pratique sociale (Valais) et les Sculptures et constructions en neige à La Chaux-de-Fonds.

2 juillet 2017 - Deux œuvres en cours de restauration dans la salle Constantin des Musées du Vatican ont été authentifiées comme ayant été réalisées par le peintre Raphaël, révèle le quotidien italien La Stampa. Ces peintures réalisées à même le mur représentent deux figures féminines, allégories de l’amitié et de la justice.

30 juin 2017 - Le 1er juillet 2017, comme tous les six mois, un nouveau pays prend la présidence du conseil de l’Union européenne; c’est au tour de l’Estonie qui succède à Malte.