choisir

Redaction

vendredi, 24 janvier 2014 09:22

Darwin contesté en Suisse

Le créationnisme a toujours la cote. Et pas seulement aux Etats-Unis ! Sept écoles privées chrétiennes de Suisse romande, du groupe Association instruire.ch, enseignent les thèses créationnistes pendant les cours de sciences et les présentent comme véridiques, révèle l'agence de presse protestante Protestinfo. « Toutes les matières enseignées sont mises en lien avec les textes bibliques, cette démarche permet à l'enfant de réaliser que Dieu s'intéresse à ce qu'il étudie », explique Eric Tendon, président de l'Association. Malaise parmi les responsables de l'instruction publique des cantons romands...

Aux Etats-Unis, l'enquête réalisée par l'institut Pew Reasearch Center, publiée le 30 décembre 2013, montre qu'un tiers des Américains ne croit pas en la théorie de l'évolution des espèces. L'appartenance religieuse semble jouer un rôle déterminant dans l'adhésion ou non à la théorie développée par Charles Darwin. Les chrétiens évangéliques sont les plus farouches opposants au darwinisme, deux tiers d'entre eux considérant que « les humains et les autres êtres vivants ont toujours existé sous leur forme présente depuis le commencement du monde ». En revanche, 68 % des catholiques blancs estiment que le processus de la vie est dirigé par l'évolution, et la moitié d'entre eux que cette évolution est guidée par Dieu.

mercredi, 22 janvier 2014 13:51

Votation sur le financement de l'avortement

La valse des évêques : d'un côté la détermination de Mgr Huonder, évêque de Coire, à soutenir l'initiative Financer l'avortement est une affaire privée. De l'autre, l'opposition déclarée au même texte de Mgr Gmür, évêque de Bâle. Au centre, le ni oui ni non de Mgr Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.

Le premier crie « au meurtre ». Le second estime inappropriée cette mesure qui « ne permettrait pas d'empêcher des avortements ». Le troisième argumente sur deux hypothèses qui, par trop d'ambiguïté, ne sont à même de satisfaire personne : « L'initiative revient à affaiblir l'opposition à l'avortement (...) Son titre indique que l'avortement est une affaire personnelle : elle accepte donc l'argument le plus courant des défenseurs de l'avortement (le libre choix de la seule mère). » Difficile dans ces conditions pour un catholique suisse de savoir à quel ecclésiastique se vouer.

En décembre 2012, les évêques suisses, par la voix Mgr Markus Büchet, évêque de Saint-Gall, secondée par celle de Mgr Gmür, déclaraient pourtant que cette initiative n'était pas la bonne solution pour protéger la vie. La Conférence des évêques suisses (CES) tenait néanmoins à préciser que sa prise de parole n'était pas un mot d'ordre en vue de la votation, et renvoyait déjà à la conscience de chacun. Le débat est loin de toucher à sa fin. Les milieux anti-avortement récoltent des signatures pour une autre initiative populaire intitulée Protéger la vie pour remédier à la perte de milliards. Date butoir : le 26 août 2014. Le comité d'initiative, emmené par le glaronnais Heinz Hürzeler, ex-conseiller municipal UDF, désormais membre du Mouvement socio-libéral, propose d'ajouter cette phrase à la Constitution : « La vie humaine est protégée. » Ce qui aurait pour effet d'empêcher l'avortement, mais aussi l'assistance au suicide ou bien encore le diagnostic préimplantatoire. Argument principal : l'avortement nuit à l'économie. La position des évêques du CES sera-t-elle alors plus claire ?

Du côté des Réformés, la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, par contre, n'hésite pas à rejeter l'initiative demandant que l'interruption de grossesse ne soit plus prise en charge par l'assurance maladie de base. Elle partage avec les initiants l'objectif de réduire le nombre d'avortements, mais rejette la méthode : « Ce n'est pas en infligeant des sanctions, mais en ouvrant des perspectives de vie que l'on pourra empêcher des avortements. »

mercredi, 22 janvier 2014 13:38

IIe Conférence de Genève, appel du JRS

Exercer des pressions sur le gouvernement syrien et sur l'opposition en vue d'un cessez-le-feu immédiat et d'une solution négociée, mais aussi rendre possible l'accès et l'action des organisations humanitaires sur le terrain et augmenter le soutien financier aux réfugiés : telles sont les recommandations que le Service jésuite des réfugiés pour les réfugiés a fait à la communauté internationale, à la veille de la II° Conférence de Genève, qui a débuté aujourd'hui.

Le précieux service rendu par le Service jésuite des réfugiés (JRS) en Syrie se concentre principalement sur deux fronts : des aides d'urgence aux plus nécessiteux et des activités éducatives. De tels efforts entendent favoriser la réconciliation et améliorer la coexistence entre personnes de différente extraction sociale et économique et de fois différentes. Actuellement, le JRS Syrie offre un soutien éducatif et psychosocial à 9800 enfants et femmes et vient en aide à environ 200 000 personnes à Damas, Homs, Alep et dans les zones côtières de la Syrie.

Dans une note envoyée à Fides, le JRS invite la communauté internationale à « accorder la priorité aux efforts diplomatiques afin de concorder une trêve et de parvenir à une solution négociée du conflit. Ce processus - indique le texte - doit comprendre la participation significative de groupes de la société civile syrienne, au-delà des différences sociales, religieuses et ethniques ». En outre, « il faut exercer des pressions sur les belligérants afin qu'ils rendent possibles les opérations humanitaires et qu'ils protègent le personnel portant assistance ». Le Service jésuite des réfugiés demande à ce que soit « augmentées les ressources financières destinées aux initiatives humanitaires et que les pays hôtes coopèrent avec les autorités afin de lutter contre la discrimination croissante et la xénophobie ». (Agence Fides)

lundi, 13 janvier 2014 15:33

Vers un Synode panorthodoxe en 2015

Le patriarche Bartholomée lerLe patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée 1er, a invité les patriarches et métropolites du monde orthodoxe en mars à Istanbul. C'est ce qu'a annoncé le 8 janvier l'agence américaine «Catholic World News». Le but sera de préparer le Synode panorthodoxe de 2015.

Le principal problème dans la tenue de ce synode 2015 résidera dans les divergences des patriarcats de Constantinople et de Moscou, avait récemment affirmé devant des journalises autrichiens le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens.

Deux documents – issus des deux patriarcats – contiennent des points de vue différents sur la primauté du patriarcat œcuménique de Constantinople, laquelle est de droit divin, selon le patriarche de Constantinople. Une vision largement contestée par le patriarcat de Moscou. (apic/kap/ami/bb)

La paix, la fraternité et la démocratie au Myanmar constituent « une espérance commune pour tous les citoyens » à l'aube d'une nouvelle année au cours de laquelle « se prépare au Myanmar l'aube d'une nouvelle ère, faite de liberté, de justice et de paix ». C'est ce qu'affirme Mgr Charles Maung Bo, archevêque de Yangon, dressant « une feuille de route » pour la nation, qui détermine les perspectives pour l'année 2014.

Page 73 sur 91

Besoin de feuilleter avant d’acheter ? Des librairies suisses proposent la revue choisir dans leurs rayons.

N’hésitez pas à en parler à votre librairie préférée pour qu’elle en fasse autant !

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

choisir - Revue n°696 : Juillet/Septembre 2020un trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

7 août 2020 - Le Premier ministre indien Narendra Modi affirme un peu plus sa volonté de défendre l'idée d'une nation hindoue. Il a posé mercredi 5 août, jour anniversaire de la révocation de l’autonomie du Cachemire indien, la première pierre d’un temple hindou à Ayodhya, dans l’État de l’Uttar Pradesh, au nord du pays. Un État où 20 % des habitants sont musulmans.

7 juillet 2020 - Des archéologues viennent de mettre au jour six mausolées et une nécropole de 150 tombes, à côté de l’église paléochrétienne de Saint-Pierre-l’Estrier, à Autun, une ville gallo-romaine devenue un des hauts lieux de la chrétienté.

3 juillet 2020 - Le rapport annuel 2019 sur le clergé de l’Église d’Angleterre indique que pour la toute première fois, cette Église a ordonné plus de diacres femmes que hommes. Ces nouveaux diacres seront normalement ordonnés prêtres après un an de ministère.

2 juillet 2020 - La commission Justice et Paix de la Conférence des évêques suisses (CES) s’est prononcée contre une extension des exportations d’armes. Elle soutient la seconde variante du contre-projet indirect à l’initiative dite «de rectification», lancée en 2018.
1er juillet 2020 - Le Conseil fédéral a fixé la date de la votation sur l'initiative pour des multinationales responsables au 29 novembre 2020. Cette initiative est portée par Action de Carême ainsi que par une vaste coalition de 114 organisations d’entraide, de droits humains, de droits des femmes, de protection de l’environnement, d'Églises, mais aussi de syndicats et de coopératives.
1er juillet 2020 - Les portes de la cathédrale Saint-Jacques-de-Compostelle sont rouvertes aux pèlerins. Et certains des nombreux chemins qui mènent à Santiago aussi, en raison de la levée progressive des mesures sanitaires imposées en Espagne.
20 juin 2020 - Mgr Joseph Tobji, archevêque maronite d’Alep, s'élève contre l’entrée en vigueur, mercredi 17 juin, du «Caesar Act», une loi étasunienne prévoyant de nouvelles sanctions pour les entreprises et les particuliers qui commercent avec le régime de Bachar Al Assad. En pleine crise du coronavirus, cette disposition, qui s’ajoute aux sanctions de l’Union européenne décrétées pour un an, aggravera la vie des Syriens, déjà éprouvés par dix ans de guerre.
19 juin 2020 - Au Pakistan, une croix en marbre de plus de 2 mètres de hauteur a été découverte dans les montagnes de l’Himalaya par trois chercheurs de l'Université de Baltistan, à Skardu. Selon eux, elle daterait de près de 1200 ans, ce qui attesterait de l’ancienneté de la présence chrétienne dans la région.