choisir

Redaction

Des responsables d'Eglises de Syrie, de Russie, des Etats-Unis et de plusieurs pays européens ont plaidé la cause d'une solution politique comme seule issue vers la paix en Syrie. Leur position a été exposée dans un communiqué rendu public après leur réunion avec Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations Unies, et Lakhdar Brahimi, représentant conjoint de la Ligue arabe et de l'ONU pour la Syrie.

Organisée sous les auspices du Conseil œcuménique des Eglises (COE), la réunion s'est tenue le mercredi 18 septembre à l'Institut œcuménique de Bossey (Genève), où les participantes et participants ont discuté du rôle que peuvent jouer les Eglises pour amener toutes les parties impliquées dans le conflit en Syrie à accepter un accord de paix. Le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, qui présidait la réunion, a déclaré : « La conférence de Genève-2 ne doit pas échouer maintenant, alors que des milliers de personnes ont déjà perdu la vie. » Il a poursuivi en disant que toutes les parties, qu'elles soient en Syrie ou à l'extérieur du pays, ainsi que le Conseil de sécurité de l'ONU, doivent assumer leur responsabilité et faire en sorte que les négociations aboutissent; de leur côté, les Eglises doivent appuyer ce processus.
Le communiqué publié à l'issue de la réunion indique que « les Eglises doivent continuer à se faire entendre dans leurs paroisses, au sein de leurs sociétés et auprès de leurs gouvernements. Nous devons maintenir l'indignation générale afin que les responsables au pouvoir défendent l'intérêt commun de l'humanité. (…) Nous avons la conviction qu'il ne peut y avoir de solution militaire à la crise en Syrie. Il est temps que la communauté internationale assume sa responsabilité de mettre fin à la violence et qu’elle mette en place un processus politique qui apportera la paix à l'ensemble du peuple syrien. »
Evoquant le rôle des Eglises, Kofi Annan, pour sa part, a affirmé qu'outre le pouvoir de la prière, les Eglises ont de l'influence sur leurs paroisses: « La plupart des Eglises s'opposent au recours à la force et à la militarisation. » Cependant, le message des Eglises doit aller au-delà. Elles doivent exhorter leurs responsables politiques et parlementaires à donner de la voix en faveur du rétablissement de la paix en Syrie.
Lakhdar Brahimi s'est lui aussi félicité du soutien apporté par les Eglises à la paix en Syrie, affirmant qu'elles font partie intégrante du patrimoine syrien et que leur « destruction équivaut à une amputation ». (WCC/réd.)

mercredi, 25 septembre 2013 11:52

Nouvelles des jésuites de Syrie

Le Père jésuite syrien Ziad Hilal a reçu à Francfort le "Stephanus-Preis". Ce prix, décerné par la Fondation interconfessionnelle Stephanus pour les chrétiens persécutés, récompense cette année le travail pour la paix et la réconciliation des jésuites de Homs, la métropole économique et industrielle au centre du pays, entre Damas et Alep. Les écoles fondées par le Père Ziad accueillent quelque 2400 enfants, tant des communautés chrétiennes que musulmanes sunnites et alaouites.

mercredi, 25 septembre 2013 11:38

Imams du Mali formés au Maroc

500 imams du Mali se formeront pendant deux ans au Maroc, selon les principes de "modération et de tolérance dans l’islam", afin de lutter contre les discours extrémistes dans les mosquées. Les deux pays ont signé, le 20 septembre 2013, un accord à ce sujet. Il s'inscrit dans le cadre de la contribution du Maroc à la reconstruction du Mali, dans un secteur "stratégique", face aux menaces de l'extrémisme.
"Le Maroc et le Mali partagent le même socle social et cultuel, depuis des siècles, notamment l'islam sunnite de rite malékite. Ils se réclament des mêmes valeurs de tolérance et d'ouverture à l'autre", indique l’agence de presse marocaine, MAP (Maghreb arabe presse). Les deux pays demeurent engagés pour "la paix, la sécurité, la stabilité, le développement et la bonne gouvernance politique et territoriale", ajoute le texte. Dans une déclaration à la télévision malienne, l’ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri, a précisé que les imams seront formés selon les principes de "modération et de tolérance dans l’islam". Le Roi Mohamed VI a promis de veiller personnellement à que l’accord soit immédiatement appliqué et qu’il soit exécuté "dans de très bonnes conditions".
Entre mars 2012 et janvier 2013, le Mali a été occupé dans ses régions nord (Gao, Tombouctou et Kidal) par des groupes de radicaux musulmans qui y appliquaient la charia (loi islamique). Durant cette période, ils se sont illustrés par des exécutions sommaires, des lapidations, des amputations de mains ou de jambes, ainsi que par l’interdiction absolue de fumer, de vendre, de consommer de l’alcool, ou encore d’écouter de la musique. Dans les écoles, garçons et filles étaient séparés. Les islamistes radicaux ont été chassés au début de cette année par les armées française et malienne.
(apic/réd.)

mardi, 17 septembre 2013 16:30

Entretien avec le pape François !!!???

Spadaro Copie

Entretien avec le pape François !

Une interview exceptionnelle du pape François a été élaborée par le réseau des Revues culturelles jésuites d’Europe et d’Amérique, et réalisée en août par Antonio Spadaro, directeur de la « Civiltà Cattolica ».

Le Père Spadaro a rencontré à trois reprises le pape, discutant avec lui six heures de temps. Nous vous offrons ici l’intégralité de cet entretien, dans sa traduction française.

LIRE L'INTERVIEW

choisir revue culturelle

Une émission de RCF Savoie,

 


Les Jésuites : droit de cité

Il y a 40 ans était levée l'interdiction faite aux jésuites de Suisse d'exercer leur ministère sur le territoire helvétique. En effet, la Constitution fédérale de 1874, dans un pays soumis à de grosses luttes politiques, avait sacrifié à une vision politique voulant limiter l'influence des libertés de culte et d'expression catholique. Cette interdiction fut levée en mai 1973, après 19 ans de lutte acharnée entre les deux chambres. Daniel Bernard a rencontré pour l'émission Entre lacs de la RCF Haute-Savoie des témoins de l'histoire: Albert Longchamp, "premier Jésuite de Suisse", et Pierre Emonet, ancien provincial Suisse et actuel directeur de la revue choisir.

Les articles 51 et 52 de la Constitution de 1874 interdisaient le droit de cité à la Compagnie de Jésus ainsi que la création de nouveaux couvents ! En imposant comme une sorte d'Edit de Nantes à la compagnie de Jésus, la Confédération helvétique avait alors agi comme nombre d'autres pays, tels la France ou la Norvège. Les protestants d'Ecosse suivent, encore aujourd'hui, le Claim of right acts de 1689, instituant comme illégale toute présence et toutes construction d'églises par les jésuites.

En 1954, la motion de Ludwig von Moos, alors conseiller aux Etats, vise à l’abrogation de ces articles d’exception. Il en résulte un débat parlementaire pénible, marqué par des polarisations confessionnelles, jusqu’à ce que le peuple se prononce à 55 % pour modifier la Constitution; 40 ans plus tard, il y a 18 jésuites à l’œuvre en Suisse romande (pour 18 000 dans le monde). Il existe deux communautés francophones, l’une à Villars-sur-Glâne, près de Fribourg, l'autre à Carouge, en banlieue immédiate de Genève.
En 1959, les jésuites ont lancé la revue mensuelle choisir. C'est une revue culturelle d'opinion dont Lucienne Bittar est actuellement rédactrice en chef. Elle apporte sa contribution à ce dossier, tout comme Sjtepan Kusar, bibliothécaire du CEDOFOR que les jésuites ont également créé au service du public.

Page 76 sur 89

Besoin de feuilleter avant d’acheter ? Des librairies suisses proposent la revue choisir dans leurs rayons.

N’hésitez pas à en parler à votre librairie préférée pour qu’elle en fasse autant !

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

choisir - Revue n°695 : Avril/Juin 2020un trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

26 mai 2020 - Au Burundi, le général Évariste Ndayishimiye a été proclamé vainqueur de l’élection présidentielle, avec 68,72 % des voix. Tout déploiement d’observateurs indépendants avait été refusé.
26 mai 2020 - Lors d'une interview exclusive aux médias du Vatican, Antonio Guterres a abordé nombre de questions essentielles touchant à la fragilité des modèles de gestions internationaux: cessation des hostilités (y compris dans les foyers!), solidarité avec les pays en développement et allègement de la dette, instrumentalisation des peurs et diffusion de théories complotistes, égalité des sexes et climat...
24 mai 2020 - Mgr Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie, a appelé l'Europe à ne pas oublier les réfugiés, lors de la présentation du bilan annuel du centre Astalli de Rome appartenant au Service jésuite des réfugiés, le 20 mai 2020.
22 mai 2020 - Le généticien et médecin américain Francis S. Collins est le lauréat du prix Templeton 2020. Cette récompense honore son travail sur le génome humain et son engagement pour l’intégration de la foi et de la raison.
22 mai 2020 - L’Office européen des brevets a décidé que les brevets sur les plantes (et donc les semences) et les animaux obtenus de manière conventionnelle ne devaient plus être délivrés. Cette décision concerne aussi la Suisse qui est membre de l'Organisation européenne des brevets (OEB).
6 mai 2020 - Le Prix Andersen 2020, considéré comme le plus grand Prix au monde dédié à la littérature pour la jeunesse, a été remis à la genevoise Albertine Zullo, plus connue comme tout simplement Albertine.
5 mai 2020 - Le Service jésuite des réfugiés au Royaume-Uni, avec une trentaine d'autres associations caritatives et le soutien de plusieurs évêques catholiques et anglicans, appelle le Premier ministre britannique Boris Johnson à accorder une autorisation de séjour temporaire aux demandeurs d’asile et aux migrants. Le respect de la dignité humaine exige que chacun, sans exception, ait le droit de se protéger contre le Covid-19 et de recevoir un traitement médical si nécessaire.
28 avril 2020 - La Conférence des évêques suisses (CES) a publié lundi 27 avril son plan de protection en vue de la reprise des célébrations publiques. Tous les détails ici.
28 avril 2020 - Le Liban traverse lune terrible crise économique. Sa dette s'élève à 92 milliards de dollars (85 milliards d’euros), soit 170% de son PIB. Selon Sibylle Rizk, directrice des politiques publiques au sein du think tank réformateur Kulluna Irada, les pertes globales du secteur bancaire s’élèvent à 83 milliards de dollars, soit le double de la richesse du pays.