choisir

René Longet

Declin OccidentDe plus en plus l’on entend des propos inquiets devant un prétendu déclin de l’Occident. Souvent, cette inquiétude se fonde sur l’invocation d’un historique judéo-chrétien. On peut et on doit s’étonner de cette justification, le point de vue chrétien étant bien antérieur à l’apparition de la notion d’Occident ; son origine, d’ailleurs, était plutôt en Orient...

Sachant de plus que le mot catholique signifie universel, il y a de quoi s’interroger. Des fantasmes, des peurs ancestrales, des stigmatisations, des extrémismes politiques ne sont-ils pas en train d’instrumentaliser l’histoire, la religion?

jeudi, 16 février 2017 15:18

Les idées fleurissent

Année du jardin 2016

Cette campagne est placée sous le patronage du conseiller fédéral Alain Berset, qui a déclaré lors de son lancement: «Dans un espace urbain toujours plus dense, le jardin, précieux lieu de rencontres, est essentiel à notre qualité de vie. C’est un espace de liberté, et réciproquement, un espace qui a besoin de notre liberté pour s’épanouir. Et c’est exactement ce que l’Année du jardin 2016 - Espace de rencontres entend souligner.» De nombreuses activités sont ainsi organisées dans tout le pays pour la préservation et le développement des jardins et des espaces libres. La campagne est soutenu par une centaine d’organisations de défense du patrimone ou de l’environnement, de musées, de facultés, de sociétés d’architecture et par certaines villes, comme la Ville de Sion.
www.anneedujardin2016.ch

Face à la destruction de l’environnement, en ce tournant de l’histoire de notre planète, le jardin, public ou privé, devient un lieu de refuge pour la biodiversité et de bonne gestion des ressources de la nature. Le moment est venu de choisir: veut-on faire de notre Terre un jardin ou un désert ?

Pour la mythologie et la symbolique, le jardin a de tout temps été un espace privilégié. C’est là que l’on recherche la paix, l’inspiration, la beauté. C’est là que l’on convoque le meilleur de la végétation, pour son plaisir, son délassement, pour son utilité aussi. Mais aujourd’hui la nature sauvage est à la peine, l’humanité étend son emprise et sa dynamique destructrice à l’ensemble de la Terre. Du coup, la parabole du jardin, petit coin de paradis domestiqué par l’homme, se retourne: il n’est plus une miniature du monde vu à travers le prisme anthropique, sous la mainmise de l’homme, mais un refuge pour une nature désormais fragilisée, une contribution au nécessaire rééquilibrage de l’environnement. Le jardin devient le symbole d’une gestion responsable.

jeudi, 01 octobre 2015 09:43

Massacre d’une légion

Baud 45252Philippe Baud
Saint-Maurice dans la légende des siècles
Bière, Cabédita 2015, 126 p.

mardi, 08 septembre 2015 14:30

Un débit agité

Trois initiatives populaires relatives à la politique agricole sont en cours en Suisse. Un débat politique, marqué par trois tendances principales.

Page 1 sur 5

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

couv 683un trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

Infos express

21 mai 2017 - Le peuple suisse a accepté la révision de la loi sur l’énergie qui vise à réduire la consommation d’énergie, à améliorer l’efficacité énergétique et à promouvoir les énergies renouvelables. Elle entrera en vigueur début 2018.
21 mai 2017Wim Wenders prépare un documentaire sur le pape, à partir de longs entretiens menés avec lui. Le cinéase allemand insiste notamment sur les question d'écologie et de migration.
4 mai 2017 - Caritas recherche 800 bénévoles pour aider des paysans de montagne. Les travaux peuvent aller de tâches ménagères à la production de fromage ou à la désalpe.
4 mai 2017 - L'environnement a été un absent remarqué lors du débat du 3 mai pour les présidentielles françaises entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.
27 avril 2017 - «Jamais la liberté de la presse n’a été aussi menacée», s’alarme Reporters sans frontières (RSF) dans son rapport 2017. Attaques anti-médias, fausses informations, répression et triomphe d' »hommes forts » comme Trump ou Erdogan, la carte du monde dressée par RSF est envahie de rouge (« difficile ») et de noir (« très grave ») Lire plus ici