choisir

André Liebich

PaderewskiPaderewski © Studio Hartsook, San Francisco, coll. Musée Paderewski, MorgesLe pianiste Jan Ignacy Paderewski (1860-1941) s’était installé en 1897 sur les rives du Léman, à Morges. Après la Première Guerre mondiale, la Pologne lui demande de constituer un gouvernement d’union nationale auprès de Józef Piłsudski, alors chef d’État. Moins d’un an plus tard, Paderewski démissionne. C’est qu’outre leurs origines et leur patriotisme les deux hommes ne partagent pas du tout la même vision politique.

À l’occasion d’une exposition au Château de Morges, conçue autour de cette année polonaise 1919 et mettant à l’honneur Paderewski, André Liebich, professeur honoraire d’histoire et politique internationales à l’IHEID, rappelle les visées de Jan Ignacy Paderewski et Józef Piłsudski, ces deux pères fondateurs de la Pologne ressuscitée en 1918, également vénérés dans la Pologne actuelle, mais que tout opposait.

Le refus affiché par la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie d’accueillir des réfugiés d’autres continents a choqué l’Occident. Et démontré, si c’était encore nécessaire, l’existence d’un fossé culturel entre l’Est et l’Ouest. Une différence de fond qui s’explique par l’histoire.[1]

On aurait pensé que les quatre nouveaux membres de l’Union européenne en Europe centrale (la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie) avaient toutes les raisons pour accueillir les réfugiés qui frappent à leur porte. Nombreux sont ceux qui se souviennent qu’après l’insurrection hongroise de 1956, le monde a reçu 200 000 réfugiés, soit 2 % de la population du pays ; le même nombre de Tchécoslovaques a fui après l’écrasement du Printemps de Prague en 1968 ; et 250 000 Polonais ont trouvé refuge à l’Ouest après la proclamation de la loi martiale en 1981, qui a mis fin à l’expérience de la fédération de syndicats Solidarność (solidarité en polonais). Et pourtant ces pays se renferment face aux nouveaux malheureux issus d’Asie et d’Afrique, au point d’ériger des murs et des barbelés, à l’instar de ceux qu’ils ont eux-mêmes connus dans le passé et qu’ils ont défait en signe joyeux d’une nouvelle époque, celle où ils ont pu rejoindre l’Europe.


Besoin de feuilleter avant d’acheter ? Des librairies suisses proposent la revue choisir dans leurs rayons.

N’hésitez pas à en parler à votre librairie préférée pour qu’elle en fasse autant !

Pour nourrir votre réflexion,
il vous faut choisir !

choisir - Revue n°696 : Juillet/Septembre 2020un trimestriel culturel
d’inspiration chrétienne
un organe de discernement avec deux thèmes approfondis
par numéros

Libres propos

libres propos lire

Vous êtes désireux de partager avec d’autres un avis, une expérience.

D'autres l'ont fait...

Découvrez leurs propos !

7 juillet 2020 - Des archéologues viennent de mettre au jour six mausolées et une nécropole de 150 tombes, à côté de l’église paléochrétienne de Saint-Pierre-l’Estrier, à Autun, une ville gallo-romaine devenue un des hauts lieux de la chrétienté.

3 juillet 2020 - Le rapport annuel 2019 sur le clergé de l’Église d’Angleterre indique que pour la toute première fois, cette Église a ordonné plus de diacres femmes que hommes. Ces nouveaux diacres seront normalement ordonnés prêtres après un an de ministère.

2 juillet 2020 - La commission Justice et Paix de la Conférence des évêques suisses (CES) s’est prononcée contre une extension des exportations d’armes. Elle soutient la seconde variante du contre-projet indirect à l’initiative dite «de rectification», lancée en 2018.
1er juillet 2020 - Le Conseil fédéral a fixé la date de la votation sur l'initiative pour des multinationales responsables au 29 novembre 2020. Cette initiative est portée par Action de Carême ainsi que par une vaste coalition de 114 organisations d’entraide, de droits humains, de droits des femmes, de protection de l’environnement, d'Églises, mais aussi de syndicats et de coopératives.
1er juillet 2020 - Les portes de la cathédrale Saint-Jacques-de-Compostelle sont rouvertes aux pèlerins. Et certains des nombreux chemins qui mènent à Santiago aussi, en raison de la levée progressive des mesures sanitaires imposées en Espagne.
20 juin 2020 - Mgr Joseph Tobji, archevêque maronite d’Alep, s'élève contre l’entrée en vigueur, mercredi 17 juin, du «Caesar Act», une loi étasunienne prévoyant de nouvelles sanctions pour les entreprises et les particuliers qui commercent avec le régime de Bachar Al Assad. En pleine crise du coronavirus, cette disposition, qui s’ajoute aux sanctions de l’Union européenne décrétées pour un an, aggravera la vie des Syriens, déjà éprouvés par dix ans de guerre.
19 juin 2020 - Au Pakistan, une croix en marbre de plus de 2 mètres de hauteur a été découverte dans les montagnes de l’Himalaya par trois chercheurs de l'Université de Baltistan, à Skardu. Selon eux, elle daterait de près de 1200 ans, ce qui attesterait de l’ancienneté de la présence chrétienne dans la région.
18 juin 2020 - Le chanoine Claude Ducarroz, a été désigné comme le lauréat du Prix ‘Good News’ 2020, qui distingue une personne ou un projet journalistique ayant spécialement contribué à diffuser la Bonne Nouvelle par de bonnes nouvelles dans les médias. Le Père Claude Ducarroz s'est toujours engagé dans les médias pour défendre une Église ouverte au monde, et en particulier au dialogue œcuménique. Il a été membre du conseil de rédaction élargi de notre revue pendant une quinzaine d'années. Pour rappel, "choisir" a elle-même été la lauréate 2014 du Prix Good News, pour son rôle dans la diffusion d'un premier entretien d'envergure avec le pape François en septembre 2013.
18 juin 2020 - Alors que le projet du gouvernement turc de refaire de la basilique Ste-Sophie d'Istanbul une mosquée agite les esprits, le patriarche arménien apostolique de Constantinople Sahak II Maşalyan est venu avec une autre proposition: rouvrir au culte, tant musulman que chrétien, l'antique Basilique byzantine, aujourd'hui visitée par les touristes comme un simple monument. Ce serait là un signe tangible d'une possible « alliance » entre l'islam et le christianisme.