banner societe 2016

Michel Salamolard

mardi, 06 septembre 2011 02:00

Mourir dans la dignité

Comment se fait-il qu'une même formule, « mourir dans la dignité », puisse servir d'étendard commun à des militances antagonistes ? Celle qui réclame le développement des soins palliatifs, d'une part, et celle, d'autre part, qui exige le droit au suicide assisté. Pour y voir clair, il faut s'interroger sur le sens de la dignité humaine, notamment en fin de vie.

Le 25 octobre, le Conseil fédéral a demandé l'élaboration d'un projet de loi qui permettrait aux couples homosexuels de disposer d'une reconnaissance civile de leur union, différenciée du mariage. Cette avancée juridique pourrait résoudre des problèmes liés aux assurances sociales, au droit de succession, au droit de bail, etc. Un projet considéré en sa forme actuelle comme acceptable par la Conférence des évêques suisses et dont la Fédération des Eglises protestantes avait déjà approuvé l'idée l'an passé. De tels choix politiques relancent inévitablement le débat sur la question des unions homosexuelles, qui se pose un peu partout, presque toujours dans un climat passionnel. Michel Salamolard propose ici quelques réflexions qui lui paraissent indispensables pour bien poser le problème et en saisir les principaux enjeux.

vendredi, 06 juin 2003 02:00

«Dire» la messe

De l'encyclique de Jean Paul II sur l'Eucharistie, l'opinion publique n'a pratiquement retenu qu'une chose, l'interdiction de l'hospitalité eucharistique. Sans vouloir banaliser la déception des chrétiens engagés dans l'oecuménisme, il faut reconnaître que l'enseignement traditionnel sur l'Eucharistie pose des problèmes plus fondamentaux que ceux de l'hospitalité entre les confessions chrétiennes. La manière de parler de l'Eucharistie, la notion même de transsubstantiation et la philosophie qui l'a inspirée, la signification du repas et de la convivialité, l'expérience de la présence, le rapport entre symbole et réalité, c'est tout un langage et, partant, une conception, qui ont besoin d'être confrontés à la culture contemporaine. Il y a là un chantier important auquel les confessions chrétiennes pourraient contribuer en mettant en commun leurs sensibilités et leurs diverses traditions théologiques, plutôt que de camper sur leurs positions. Après la réflexion proposée par Mgr Rouet (choisir, avril 2003, pp. 11-15), voici une approche plus catéchétique.

En dehors du succès de quelques manifestations spécifiques, comme la visite du pape aux jeunes en Suisse les 5 et 6 juin, notre Eglise peine à attirer les 15-25 ans. Or, sans eux, pas d'avenir. Il faut donc absolument accorder une attention toute particulière à la pastorale des jeunes. Fort de son expérience, Michel Salamolard propose une série de pistes intéressantes, adaptées à la réalité.