banner societe 2016

Christophe Büchi

lundi, 06 novembre 2006 01:00

PDC : le parti di "ni ni"

Le PDC (Parti démocrate-chrétien) ne veut plus être le « Parti Des Catholiques » de Suisse. A la bonne heure... Mais que serait-il sinon ? Abandonner l'identité traditionnelle est une chose, en développer une nouvelle en est une autre.
jeudi, 06 octobre 2005 02:00

L'Eglise et les médias

Beaucoup de catholiques se plaignent de la façon dont les journalistes traitent l'Eglise. En même temps, des noncatholiques dénoncent la complaisance des médias à l'égard de l'Eglise catholique.Qui a raison ? Etrangement, les deux, un peu.

Les amis de notre pays s'imaginent souvent que la Suisse est un pays multilingue, habité par un peuple de polyglottes. Parmi les préjugés positifs sur notre pays longtemps - peut-être trop longtemps - idéalisé, figure en bonne place l'idée que tous les Suisses parlent couramment deux, trois, voire quatre langues. La réalité est loin de cette image d'Epinal. Au fond, seuls les Italophones et les Romanches, les minoritaires parmi les minoritaires, incarnent réellement ce mythe : ces périphériques sont les plus suisses des Suisses. Pour les Romands et les Alémaniques, on est loin du compte. Il y a notamment une idée à laquelle seuls les étrangers croient encore : que la majorité des Romands maîtrisent l'allemand. Pourquoi n'est-ce pas le cas ?

dimanche, 06 juin 2004 02:00

Un héros tellement ambivalent

Pourquoi les Suisses aiment-ils et admirent-ils tant Tell, ce héros légendaire si ambigu. Justement parce que cette ambivalence permet à tout un chacun d'y projeter ses propres conceptions de la patrie. C'est ce que montre Christophe Büchi, à partir d'une lecture de la pièce de Schiller, " Wilhelm Tell ", jouée cet été sur la plaine du Grütli.

Page 3 sur 3