banner societe 2016

Edouard Dommen

Ouvrage de Jean-Baptiste Say, avec dédicace de l'auteur à la Société de lecture de Genève © Société de lecture de Genève, photo: Edouard Dommen«Au tournant des XVIIIe - XIXe siècle, Genève fut, à l’agacement de l’empereur français, le centre de gravité de la pensée économique classique. À partir de 1796 parut à Genève la revue La Bibliothèque britannique, qui se donnait pour mission de diffuser la pensée britannique et de nourrir un débat éclairé entre penseurs britanniques et francophones, entre autres dans le domaine du libre-échange et du modernisme du capitalisme naissant. La Société de lecture, fondée en 1818, prolongea ce courant de pensée en permettant aux plus illustres économistes européens d’échanger leurs idées.

jeudi, 06 janvier 2000 01:00

Seattle : la dispersion

«Allons, dirent [les hommes], bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel. Faisons-nous un nom»
vendredi, 06 décembre 2002 01:00

Actionnaires responsables : au-delà du folklore

Si aujourd'hui en Suisse la notion d'actionnariat responsable est familière à certains, c'est grâce aux membres de Canes, le précurseur des mouvements associatifs helvétiques d'actionnaires engagés pour une économie durable. En 2000, Canes tirait sa révérence, après 19 ans d'activité, pour mieux renaître de ses cendres sous le nom d'Actares. L'un des membres fondateurs de l'Actionnariat pour une économie durable, Edouard Dommen, rappelle dans quel contexte cette association a vu le jour et quel est l'engagement éthique qui sous-tend ses activités.

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Comment notre cerveau dépouille-t-il les ondes sonores et quels impacts ont-elles sur nous? D’où viennent les hallucinations auditives? Des réponses avec la neuroscientifique Valentina Mancini.


Michel Gounot Godong

Que savons-nous de ce qui se passe dans notre cerveau lors d’une prise de décision morale complexe impliquant la vie d'autres humains? Peu de choses encore, relève le neuro-économiste Giuseppe Ugazio.