bandeau art philo

O fim do mundo, de Basil Da CunhaO fim do mundo, de Basil Da CunhaLe 72ème Festival de Locarno s’est clôturé, sous la houlette de sa nouvelle directrice française, Lili Hinstin, avec un beau palmarès. Le Jury œcuménique des Églises réformées et catholique de Suisse notamment a décerné son prix à Maternal, de Maura Delpero. Du côté du cinéma helvète, même si aucune récompense n'a été décrochée, quelques perles figuraient dans la sélection présentée à Locarno, tel O fim do mundo, qui concourrait en compétition internationale.

lundi, 19 août 2019 10:17

Cronofobia, de Francesco Rizzi

Écrit par

CronofobiaCronofobia, de Francesco Rizzi

Cronofobia (Chronophobie) est le premier long métrage de ce prometteur réalisateur tessinois. Présenté hors compétition au Festival international de Locarno 2019, dans la section Panorama suisse, il a déjà reçu plusieurs prix. D’une grande cohérence formelle, par son suspense feutré habilement entretenu et le jeu subtil des acteurs, le film tient le spectateur en haleine dès le début. Un homme plus que mystérieux, une femme perturbée psychologiquement, une improbable rencontre entre eux, voilà les ingrédients d’une inquiétante étrangeté, dont les pans du mystère se soulèvent au fur et à mesure.

Sortie prévue en Suisse romande le 2 octobre.

jeudi, 15 août 2019 09:55

M, le bord de l'abîme

Écrit par

M LE BORD DE LABIME

L’intelligence artificielle (AI) fascine et inquiète, non sans bonnes raisons. Elle est au cœur de ce thriller noir, dont la trame de facture classique –deux policiers se lancent sur les traces d’un assassin en série pervers sévissant à Hong Kong– sert de prétexte, comme dans la plupart des bons polars, à la peinture d’un monde sombre. En l’occurrence, celui d’une ville tentaculaire et chaotique, soumise à la loi des triades et d’un système politico-économique corrompu au-dessus duquel plane l’ombre de la Chine, mais surtout des déviances favorisées par l’IA.

Bernard Minier
M, le bord de l’abîme
Paris, XO 2019, 576 p.

pretres2Six prêtres de Suisse romande racontent leur vie en toute sincérité. Leur enfance, les influences familiales, leur éducation, la naissance de leur vocation au sacerdoce, les ministères exercés avec enthousiasme, tout est dit avec beaucoup de simplicité et d’ouverture. Six tempéraments, six histoires différentes d’une même passion. Chacun évoque l’essentiel de son parcours, ses loisirs, ses lectures, ses amitiés. L’âge avançant, ils se situent aussi face à leur mort.
L’ouvrage se termine par un remarquable appel en faveur du libre choix du célibat pour tous les candidats à la prêtrise dans l’Église catholique latine.

lundi, 05 août 2019 02:00

Carnet de voyage et haïkus

Écrit par

Basho«… J’ai usé mon corps dans des voyages aussi vains que les vents et les nuages et étendu mes sentiments aux fleurs et aux oiseaux. Mais d’une certaine façon, j’ai pu en tirer ma subsistance. Ainsi finalement, si peu qualifié et sans talent que je suis, je me suis donné entièrement à un seul idéal, la poésie.» Ainsi s’exprime Bashô (1644-1694), qui fut et reste le plus grand maître de ce genre si particulier du Japon que l’on appelle le haïku.

Matsuo Bashô
La sente des contrées secrètes. Carnet de voyage et haïkus
traduit du japonais et commenté par Jean-Marc Chouvanelle
Genève, Olizane 2019, 416 p.

jeudi, 27 juin 2019 18:08

Gertsch - Gauguin - Munch

Écrit par

Gertsch Natascha IV 1988Natascha IV, Franz Gertsch, 1988Si vous ne savez pas où passer quelques jours de vacances cet été et que vous n’êtes jamais allé au MASI de Lugano (Museo d’arte della Svizzera italiana / Musée d'art de la Suisse italienne), courez-y. Vous découvrirez dans son vaste sous-sol d’impressionnants tirages des gravures de Franz Gertsch aux côtés d’œuvres -plus modestes par la taille mais pas par le génie, loin s’en faut- d’Edvard Munch et de Paul Gauguin.
À voir jusqu’au 22 septembre 2019.

mardi, 18 juin 2019 10:29

Parasite, de Bong Joon-Ho

Écrit par

parasite3Parasite, de Bong Joon-HoParasite est le septième long-métrage du réalisateur sud-coréen Bong Joon-Ho. Palme d’Or au festival de Cannes, il est à voir actuellement dans les salles de Suisse romande. Un moment à l'humour détonant assuré!
Au chômage mais soudée, la famille Ki-taek habite dans un entresol misérable et vit d’expédients. Jusqu’au jour où le fils, bardé d’un faux diplôme et recommandé par un copain, se fait engager par un couple fortuné pour donner des cours à leur fille adolescente. Les Park, eux, habitent dans une grande et luxueuse propriété, avec jardin, gouvernante, yorkshires et tout le toutim.

mercredi, 12 juin 2019 10:05

Delphine et Carole, insoumuses

Écrit par

insoumuses1Delphine et Carole, insoumusesCe documentaire de Callisto McNulty, Grand Prix du Jury au Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), retrace le «féminisme enchanté» de deux copines, unies dans les luttes de la fin des années 60, l’actrice Delphine Seyrig et la vidéaste Carole Roussopoulos. C’est la petite-fille de cette pionnière de la vidéo, Callisto McNulty, qui a repris la maquette du film que la mort de sa grand-mère Carole avait empêché de réaliser.

Documentaire complet sur ARTE Cinema, jusqu'au 16 juin

Page 1 sur 70