banner religion 2016
lundi, 30 mars 2020 13:59

Le corona stimule les Eglises

Écrit par

Vicariat de GenèveDepuis le 27 mars, une cloche spéciale de la cathédrale de Lausanne résonne à 22h sur un rythme inhabituel, celui de l’alerte, comme au Moyen-Age. Cette urgence planétaire, faire front au coronavirus, en particulier par le confinement, a pour conséquence une prolifique effervescence créatrice, et pas seulement dans le milieu des arts et de la culture. Les initiatives pour rester en contact, pour partager de bons tuyaux et informations (et non des fakes news!), et surtout pour soutenir physiquement ou psychologiquement ceux qui en ont besoin se multiplient. Même les Églises, qui jouissent d’une réputation d’immobilisme, pas toujours fondée d’ailleurs, s’y sont mises.

jeudi, 27 février 2020 10:32

Admirer, oui, idolâtrer, non

Écrit par

Jean Vanier en 2012. Photo by Kotukaran, cropped by Gabriel Sozzi from file:Wilbur_Sargunaraj_meets_Jean_Vanier,_May_2012.jpg © CC BY-SA 3.0L'affaire de Jean Vanier est vécue avec douleur par les membres des communautés de l'Arche et par de nombreux catholiques. Elle pose des questions fondamentales en Église, dont celle-ci: comment garder son individualité, sa liberté, tout en s'inscrivant dans la tradition et en se permettant l'admiration? En faisant preuve de discernement pour ne pas tomber dans l'idolâtrie. En ne transformant pas en icônes les grands témoins de la chrétienté, dont les catholiques, si malmenés aujourd'hui tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'Église, ont tant besoin.

Par le passé, les familles paysannes suisses ont cultivé, sélectionné et échangé leurs propres semences, ce qui a donné naissance à une incroyable biodiversité. Le blé valaisan résistait à la sécheresse, le Ribelmaïs était cultivé dans la vallée du Rhin et supportait les basses températures, et la farine de maïs rouge tessinois était très appréciée pour la préparation de la polenta.

Pour faire un don: CCP 46-7694-0

mardi, 18 février 2020 15:50

Prédicatrice de l’Évangile au Groenland

Écrit par

Sofie Petersen, évêque de l'Eglise du Groenland © Claus Grue/COEL’évêque inuite Sofie Petersen est la guide spirituelle des habitants du Groenland. La topographie de son diocèse et la culture particulière des Inuits, christianisés depuis peu, fait que l’Église du Groenland jouit d’une certaine autonomie. Cette forme d’inculturation, officialisée depuis 2010 seulement, a été chèrement acquise, comme elle le dit dans ce reportage du Conseil œcuménique des Églises.

mardi, 18 février 2020 15:27

Amazonie bien-aimée, les rêves du pape

Écrit par

Querida amazonia. Vatican NewsQuerida Amazonia, l’exhortation apostolique post-synodale de François, est à l’image du pape, de l’Église synodale qu’il cherche à projeter et de ses préoccupations pour le monde. Un rêve social, culturel, écologique et ecclésial, qu'a commenté Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle et président de la Conférence des évêques suisses.

lundi, 10 février 2020 11:37

Sortir Zundel de son exil

Écrit par

couv 455 zundelDepuis que l'abbé Marc Donzé a décidé de publier les œuvres complètes de Maurice Zundel (1897-1975), la pensée de celui-ci retrouve un regain d'intérêt, bien justifié. À l'occasion de la sortie l'an passé du 2e tome des œuvres complètes du théologien neuchâtelois, le journaliste Fabien Hünenberger a rencontré Marc Donzé, "dont la thèse avait contribué à faire sortir du ghetto la pensée de Maurice Zundel", et le jésuite Jean Bernard Livio, qui l'avait connu enfant, à la paroisse du Sacré-Coeur d'Ouchy où Zundel était prêtre, et avait été marqué par lui. Une émission Babel, sur Espace 2.

Rutishauser Christian portraitProfondément impliqué dans le dialogue judéo-chrétien, Christian Rutishauser sj, provincial des jésuites de Suisse depuis 2012, est aussi l’un des conseillers du pape pour les relations religieuses avec le judaïsme. Il appelle à réintroduire la Fête de la circoncision de Jésus, retirée du calendrier liturgique en 1974. Un rituel selon lui important pour notre représentation d’un «Dieu qui s’est fait homme». Il vient d'écrire un livre en allemand sur cette question, à paraître ce printemps.

Vous appelez à la réintroduction de la Fête de la circoncision. L’Église n’a-t-elle pas des problèmes plus urgents à traiter?

Lex orandi, lex credendi. Comme cette devise le dit, nous croyons ce que nous prions. Les symboles sont très importants. Le christianisme n’est pas quelque chose d’uniquement spirituel, il y a également un aspect profondément physique. Dans la notion d’incarnation, les valeurs spirituelles se manifestent par des signes visibles, corporels. C’est pourquoi nous célébrons l’Eucharistie avec du pain et du vin, le baptême avec de l’eau. La matière est nécessaire.

Cathedrale Saint-Pierre, Genève. Photo L. Bittar/choisirLa traditionnelle Semaine de prière pour l’unité des chrétiens se déroule en 2020 du 18 au 25 janvier. Un siècle après les prémisses de l’œcuménisme, les Églises chrétiennes sont-elles parvenues à une unité? Entre réformés, catholiques, orthodoxes, anglicans, luthériens, évangéliques, les désaccords sont inévitables. Mais ça n’empêche pas les Églises de faire parfois un pas vers leurs voisines, le temps d’une célébration commune ou pour réunir leurs forces au service du bien commun, dans le cadre des aumôneries par exemple. Les Églises restent pourtant bel et bien séparées. Entretien avec le théologien catholique et directeur de l’Institut d’études œcuménique de l’Université de Fribourg, Joachim Negel.

Page 1 sur 56