banner politique 2016

Politique internationale

mardi, 27 mars 2018 11:36

Myanmar, le viol comme arme

Écrit par

RohingaEn décembre 2017, la journaliste Eleonora Viot (Nawart Press) et le photographe Gabriel Berretta se sont rendus au Bangladesh à la rencontre des réfugiés rohingya. Brisant le silence dans lequel leurs souffrances les avaient emmurées, certaines femmes se sont confiées, parfois pour la première fois.

Chaque fois qu’un avion survole le camp, Layla Begum (Begum est un nom honorifique pour les femmes rohingya), 20 ans, se souvient de cette nuit-là et prie pour qu’on la laisse tranquille. C’était en octobre dernier, et elle était avec sa famille dans le village de Monnàma, près de la ville de Maungdaw, dans l’ouest du Myanmar.

vendredi, 16 mars 2018 11:00

L’essence de la francophonie

Écrit par

Chessex 2 1

À l’occasion de la Journée internationale de la francophonie de ce 20 mars 2018, le diplomate suisse Marcel A. Boisard propose une réflexion sur la façon dont le français s’est imposé sur le plan diplomatique, scientifique ou littéraire. La force de cette langue repose sur la capacité de l’Académie française à veiller à la fois à sa rigueur et à sa souplesse d’adaptation aux particularismes régionaux. C’est ainsi que la francophonie demeure aujourd’hui encore un espace d’appartenance culturelle à la fois internationale, nationale et locale.

mercredi, 14 mars 2018 09:00

Aux racines de la crispation anti-migrants

Écrit par

Fotolia 182140484 MD’où vient la crainte farouche que suscite parfois l’arrivée de personnes migrantes? Pour le sociologue allemand Hartmut Rosa, la peur de l’autre résulte en partie du fait que nous nous sentons nous-mêmes aliénés, pas reconnus ni considérés. Mais se battre contre l’étranger, c’est se tromper de cible et de niveau de lutte.

lundi, 18 décembre 2017 13:03

Jérusalem après Trump

Écrit par

Dome jerusalemL’annonce du président américain Donald Trump, le 6 décembre dernier, de reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël a suscité de nombreuses manifestations d’indignation et de crainte, tant dans le monde musulman que chrétien. Spécialiste reconnu du Proche-Orient, le Père jésuite David Neuhaus, de l’Institut biblique pontifical de Jérusalem, ancien vicaire patriarcal pour les catholiques de langue hébraïque d’Israël, analyse le pourquoi de ces réactions. Il revient sur les risques à venir, la violation du droit international, la position du Vatican et la nature particulière de cette ville trois fois sainte. Son point de vue est suivi de celui du dominicain Jean-Michel Poffet, diffusé par cath.ch le 12 décembre 2017.

camp2Se désintéresser des problèmes de l’humanité, comme ceux du Soudan du Sud, «c’est oublier les leçons de l’Évangile sur l’amour du prochain qui souffre et est dans le besoin», affirme le pape François dans la préface du livre du Père Moschetti, supérieur des comboniens au Soudan du Sud, qui vient de sortir (Soudan du Sud. Le long et douloureux chemin vers la paix, la justice et la dignité). Pour les chrétiens sud-soudanais, le regard que le pape porte sur eux actuellement est une importante source d’espoir.
Betram Gordon Kuol, partenaire à Juba de l’Association suisse des Amis de Sœur Emmanuelle (ASASE), était de passage à Genève en septembre. Cath.ch l’a rencontré, lui et Patrick Bittar, directeur de l'ASASE (et chroniqueur cinéma pour choisir). L'occasion de mieux comprendre les difficultés du jeune pays.

Sorrentino Demasile centroamericains 2Après l’ordre exécutif anti-immigration de janvier et les menaces d’abolition du statut des «dreamers», le prochain texte migratoire de l’administration Trump fera très probablement office de nouvelle réforme de la loi sur l’asile. Plusieurs changements dus à de nouvelles dispositions réglementaires et au climat politique délétère, au demeurant, affectent déjà les requérants. À l'image des allégations du procureur général des États-Unis, Jeff Sessions: «Que celles et ceux qui souhaitent encore entrer de manière illégale dans ce pays soient prévenus: nous sommes entrés dans une nouvelle ère. Nous sommes entrés dans l’ère Trump.» Il espère que les exilés se le tiendront pour dit. Et au cas où le message ne suffirait pas, Jeff Sessions a enjoint aux procureurs de requérir les peines les plus lourdes en cas de franchissement clandestin de la frontière.
Image ci-contre:
Maria Estella et ses deux enfants -Anderson Ariel (4 ans) et Diego (2 ans)- dans le refuge de «Jésus le bon pasteur» à Tapachula, une ville frontalière entre le Mexique et le Guatemala. Maria Estella et son mari vendaient des fruits et des légumes au Salvador. Ils devaient payer un impôt dꞌextorsion au groupe criminel Mara Salvatrucha (MS). La MS a augmenté l'impôt initialement fixé à 25 dollars US par semaine. Maria et son mari, qui ne gagnaient jamais plus de 30 dollars par semaine, ont dû partir dans un délai de soixante-douze heures pour éviter la mort. © Joseph Sorrentino

lundi, 03 juillet 2017 14:08

Kurdistan irakien: le combat des Yézidis

Écrit par

Militaire webIrak - Un jeune combattant yézidi s'octroie une cigrette devant sa position d'observation. © Giacomo SiniUne longue colonne de véhicules militaires de l’armée turque avance sur une route sinueuse de la région de Duhok, dans le Kurdistan irakien. «Ils pourraient bien annoncer l’invasion des terres du Shingal (Sinjar), là où je vivais avec ma famille.» Ces mots d’Ibrahim, un Yézidi, sont comme un prélude à une réalité qui terrifie la population yézidie du nord de l’Irak. Ici commence le voyage vers le Sinjar, territoire de ce peuple. Ce sont des terres ravagées par des conflits millénaires, et en dernier lieu par la fureur de l’État islamique, traversées par des milliers de gens fuyant la violence des djihadistes.

IuventaLa journaliste Giulia Bertoluzzi était sur le bateau Iuventa, de l'ONG Jugend Rettet, du 14 au 18 avril: 4 jours lors desquels 8300 personnes ont été sauvées. Depuis 2015, plusieurs ONG ont été créées comme réponse citoyenne à la catastrophe de la migration via la Méditerranée. Armée de jumelles, leurs volontaires sillonnent la mer, scrutent durant des heures l'horizon à la recherche des embarcations en péril, et viennent au secours de leurs occupants. Reportage.

Depuis la fermeture de la route grecque suite à l'accord UE-Turquie et de celle de la frontière Maroc-Espagne, la Libye est devenue le seul point de départ «actif» pour l’Europe. Les derniers chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) sont sans appel: parmi les 58’862 personnes qui ont pris la route vers l’Europe en 2017 (chiffres actualisés au 24 mai), 50’041 ont choisi celle de la Méditerranée centrale. Mais cette route est aussi la plus dangereuse. En 2017, 1530 personnes ont trouvé la mort dans cette traversée, et en 2016, 5098.
Pour porter secours à ces migrants, plusieurs ONG se sont créées en 2015 et sauvent depuis de multiples vies.

Pour en savoir plus sur ces questions, vous pouvez commander auprès de la rédaction notre n° 683 consacré aux exilés. Découvrez ici son sommaire.

Page 1 sur 13