banner politique 2016
mardi, 01 mars 2022 07:57

Ukraine et Russie: du déni à la réalité

Écrit par

putin 5277284 1920Au matin du 24 février, le président Poutine annonce l’ouverture des hostilités contre l’Ukraine (pardon, «des mesures de protection pour les populations»). Dans les minutes qui suivent, les missiles de croisière prennent la direction des villes du pays. Surprise dans les médias européens. Bon, le président Biden annonçait l’invasion depuis des semaines («mais vous savez les Américains, l’Irak…»). Les télévisions, les médias et Internet montraient déjà des photos de blindés, de lance-roquettes, d’avions, de camions, on annonçait même l’arrivée d’hôpitaux de campagne et de réserves de sang, les préparatifs classiques d’une opération d’envergure («mais vous savez, Poutine, le bluff…, il ne le fera jamais...»). Pourtant...

Question de dire, Poutine avait dit. Dès le 17 décembre 2021, le ministère russe des Affaires étrangères diffusait un texte qui était un ultimatum à «prendre au sérieux… [au risque de] faire face à une alternative militaro-technique». Le militaro-technique était explicité par une salve de missiles hypersoniques Zircon lancée le 24 décembre. Ce sont des sortes de missiles de croisière très rapides, qui atteignent de hautes altitudes et peuvent ensuite se diriger n’importe où avec une haute précision. Ils constituent un danger mortel pour les porte-avions américains. La Chine et même la Corée du Nord s’en équipent.

La situation est très claire, où bien les États-Unis et les pays de l’OTAN acceptent d’entrer en matière à propos de l’interdiction d’étendre le traité de l’Atlantique à l’Ukraine et garantissent une sorte de glacis à l’Ouest de la Russie, ou bien la Russie choisira son «alternative militaro-technique». Dans son allocution du 24 février 2022, Poutine, annonçant le franchissement des frontières de l’Ukraine, avertissait que toute tentative de s’y opposer exposeraient les pays de l’OTAN à des mesures exceptionnelles «dépassant toutes celles qui avaient existé». Une allusion aux armes atomiques récentes de la Russie dotées des puissances dépassant les 100 mégatonnes. Donc rien moins qu’une guerre atomique!

La longue lettre de Poutine annonçant ses intentions de réunifier la Russie et l’Ukraine, et niant l’identité nationale de l’Ukraine, était sur la table de toutes les rédactions européennes depuis le mois de novembre. Et bien entendu dans les ministères des Affaires étrangères de tous les pays. Qui l’a prise au sérieux? «Il est fou», disait-on dans les rédactions. «Il a perdu le contact avec la réalité», modérait-on dans les chancelleries.

Eh, bien, le 25 février, c’est le monde entier qui est au contact avec le réel. Fou peut-être, le président de la Russie, mais son armée n’est pas un fantasme. Les explosions, les morts, les destructions, la terreur des populations ne sont plus des menaces mais d’atroces et irréparables souffrances.

Surprise? Poutine a toujours tenu parole et réalisé ses paroles: en Tchétchénie, en Géorgie, en Abkhazie, en Crimée, dans le Donbass. Alors chez qui se trouve le déni de réalité? Au Kremlin ou dans les capitales européennes et anglo-saxonnes?

Munich en 1938 face à Hitler. Munich 2022 face à Poutine. Même situation, même attitude.

Est-ce l’histoire qui se répète où les hommes qui, générations après générations, n’osent pas ouvrir les yeux?

Cette article de Jean-Blaise Fellay sj a paru initialement
sur les sites des jésuites d’Europe centrale www.jesuites.ch

Lu 324 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL