banner politique 2016
mardi, 08 mars 2022 08:29

La Russie économique de Poutine, des choix risqués

Écrit par

putin 5277284 1920Vingt ans après l’élection de Poutine à sa présidence, la Russie traverse un moment critique sur le plan économique, même si la situation avant l’invasion de l’Ukraine était encore plutôt positive. Malgré de puissants monopoles d’État, la Russie dispose en effet d’un système fondamentalement capitaliste lui permettant de fonctionner plus efficacement que son prédécesseur, l’URSS[1] et d'un gouvernement technocratique et innovant (en termes de technologies et de numérisation de l’administration). Le pays cependant n'arrive pas à sortir de sa dépendance économique à l'égard de ses ressources naturelles, de son pétrole en particulier. Le risque d'années de stagnation économique est donc important.

D'autres analystes décrivent bien sûr la Russie comme un pays en développement normal, avec tous les problèmes et les particularités que cela sous-entend. Ou la considèrent comme l’antithèse du libéralisme occidental (ce que de nombreux conservateurs en Russie voient comme un compliment). Selon cette vision, le «poutinisme» est un défi déclaré au libéralisme et à la «démocratie libérale»: modernisation militaire, agression dans le voisinage post-soviétique, construction du réseau mondial de propagande. Le «poutinisme» est décrit comme une forme d’autocratie conservatrice et populiste. Il est conservateur non seulement parce qu’il met l’accent sur les valeurs dites «traditionnelles» -telles que la religion, la famille composée exclusivement du mari, de la femme et des enfants, etc.- mais aussi parce qu’il souhaite généralement maintenir le statu quo. Il ne veut aucun changement, même pas dans l’économie. Cette dernière, vivant de la vente des ressources du sous-sol, n’aurait pas besoin de changement et de réforme.

Les travers d'une économie basée sur l’exploitation pétrolière

L’économie pétrolière de la Russie offre aux élites dirigeantes une plus grande chance de s’enrichir que le développement économique plus lent qui pourrait être atteint par des réformes à long terme. Au lieu de soutenir la diversification et le développement des secteurs de l’industrie et des services, le «poutinisme» concentre les richesses entre les mains de quelques-uns.

Au lieu de favoriser l’émergence d’une classe moyenne et d’un esprit d’entreprise autonome et moderne, il promeut les personnes qui servent l’État et en sont dépendantes.

Il semble que les fonctionnaires compétents qui font preuve de capacité d’initiative ne soient pas nécessaires dans cette économie basée sur l’exploitation du pétrole. Il existe des cas où les administrateurs locaux se font licencier non pas parce que leur région souffre d’une absence de croissance économique, mais parce qu'ils n’ont pas voté pour le président ou le parti au pouvoir lors des élections [2].

L’état de l’économie et les performances du président sont ce qui intéresse la plupart des Russes. C’est également ce qui détermine la survie (ou non) du système que Poutine a créé. L’économie russe étant purement -ou principalement- pétrolière, il est à craindre que la durée de vie de ce système ne soit que de quelques années, car malgré toutes les difficultés, la transition de l’économie mondiale vers des énergies plus vertes progresse. Il est très difficile d’imaginer un changement de cap significatif à court terme, surtout lorsque, sans négliger les problèmes de l’économie, d’autres priorités semblent se profiler à l’horizon, comme la compétition géopolitique avec les États-Unis.

Coups de boost et stagnations

Bien entendu, tous les problèmes du pays ne sont pas imputables au gouvernement actuel. M. Poutine a hérité d’une économie en mauvais état et a réussi à la stabiliser et à la faire croître avec l’aide de bons collaborateurs, tels que le ministre des Finances de l’époque Alexei Kudrin (la montée en flèche des prix du pétrole et du gaz a fait le reste). En presque dix ans, de 1999 à 2008, le PIB de la Russie a augmenté de 94% et les revenus des Russes ont progressé au même rythme. La période suivante, cependant, peut être décrite comme un passage de la stabilité à la stagnation. La crise économique mondiale a aussi frappé la Russie de plein fouet, et il est devenu évident que le modèle de développement fondé sur la vente de matières premières ne fonctionne plus. La croissance économique annuelle entre 2010 et 2019 n’a été que de 2%. Comme dans les années 1990, la fuite des capitaux a de nouveau atteint des chiffres notables: de 2014 à 2018, 320 milliards de dollars ont quitté le pays. Il fallait trouver un autre modèle et des réformes profondes ont été réalisées, mais elles n’ont pas été assez audacieuses pour répondre à la situation.

L’année 2014 a été particulièrement difficile pour la Russie. La crise frontalière ukrainienne a détérioré les relations avec l’Occident, ce qui a eu un impact négatif sur la volonté des entreprises étrangères d’investir en Russie. La chute soudaine des prix du pétrole a également entraîné des conséquences dramatiques.

Depuis, les revenus russes n’ont cessé de baisser: en 2020, ils étaient inférieurs à ceux de 2014.

Le gouvernement a fait beaucoup pour amortir l’impact de la chute des prix du pétrole, pour atténuer les répercussions des sanctions occidentales et pour redresser l’économie russe. Selon les chiffres du FMI, les sanctions appliquées par les pays occidentaux n’ont réduit le PIB de la Russie que de 1,5%. Certains secteurs se sont même développés. L’agriculture, par exemple, en a bénéficié, mais aussi l’industrie du génie agricole. En outre, à la suite des sanctions, le gouvernement a investi massivement dans des industries importantes pour l’armée, comme la production de moteurs d’avions, d’hélicoptères et de navires (dont beaucoup étaient auparavant importés d’Ukraine). La Russie a aussi sécurisé son secteur financier: les réserves d’or ont été augmentées et son propre système de paiement a été développé.

Pourtant, ce ne sont là que quelques exceptions à une situation qui reste loin d’être idéale. Malgré tous les efforts et les investissements du gouvernement, la croissance oscille entre 1 et 2% par an. Or cela n’est pas viable pour un pays comme la Russie.

Économie contre géopolitique

Le principal problème actuel est que les idées et les perspectives de croissance économique à long terme ont été sacrifiées au profit de la recherche obsessionnelle de la stabilité politique et géopolitique. L’économie s’améliore, mais trop lentement. L’acteur principal est l’État, qui veut remplacer le manque d’investissements privés par des «projets nationaux». Les investissements de l’État sont concentrés dans quelques projets de grande envergure, dans lesquels seules les personnes proches du gouvernement sont impliquées. Les petits et moyens entrepreneurs souffrent des sanctions et du manque d’opportunités pour lever des capitaux. En effet, le pourcentage de petites et moyennes entreprises dans l’économie russe a chuté de 22% en 2017 à 20% en 2020: à titre de comparaison, le pourcentage de petites et moyennes entreprises dans les États baltes, qui faisaient également partie de l’URSS, représente plus des deux tiers de la force productive.

L’inégalité et la pauvreté sont deux des principaux problèmes qui aggravent encore l’économie russe. En 2018, les 3% des Russes les plus riches possédaient 87% de l’ensemble des richesses.

En un an (de 2018 à 2019) le nombre de milliardaires est passé de 78 à 110 et le nombre de millionnaires de 172'000 à 246'000. En revanche, 21% des Russes vivent dans la pauvreté. La plus grande préoccupation des Russes n’est pas la politique, mais l’économie:72% des Russes s’inquiètent de la hausse des prix, 52% de la pauvreté et 48% du chômage [3].

Malheureusement, l’évolution économique au cours de la pandémie a renforcé cette tendance, tout comme la dépendance du gouvernement russe à l’égard des revenus du pétrole et du gaz. Même si la croissance de 2021 (plus de 4%) compense la baisse de 2020 (3%), on constate une fois de plus à quel point le développement du pays dépend de l’exploitation du sous-sol. Le prix du gaz et du pétrole ayant augmenté de façon spectaculaire en 2021, le budget pourrait comporter un excédent. Cependant, le budget est aussi la seule source de financement des services sociaux pour une population en crise -les dépenses de santé ont considérablement augmenté- et des investissements pour relancer l’économie. En outre, le danger imminent est que la transformation technologique de l’économie mondiale conduise très bientôt à une baisse de la demande de combustibles fossiles. Cela entraînera des conséquences très graves pour la Russie [4]. L’heure est venue de choisir entre la géopolitique et l’économie.

L’un des principaux problèmes est que la classe dirigeante accorde beaucoup d’attention à la publication d’analyses statistiques, mais les données ne correspondent pas toujours à la réalité. Or les Russes ne s’intéressent pas aux chiffres, encourageants et illusoires, mais la qualité concrète de leur vie. Il suffit de se rappeler ce qui s’est passé récemment au Kazakhstan, où les chiffres officiels sur le développement économique étaient encore meilleurs qu’en Russie. Le gouvernement russe prévoit une croissance économique de plus de 4% et une augmentation des recettes budgétaires, alors que les revenus réels sont en chute libre depuis plus de 10 ans.

Beaucoup affirment qu’il est temps de dépenser davantage d’argent pour des projets sociaux, mais cela ne résoudra pas le problème de la faible productivité et, par conséquent, des faibles revenus. Ce qu’il faut, c’est de l’innovation et des investissements privés, notamment de l’étranger. Mais, comme nous le savons, pour réaliser tout cela, il faudrait résoudre le conflit politique avec l’Occident, radicalisé aujourd'hui autour de l’Ukraine.

La dure réalité est que la Russie est un pays économiquement faible qui ne peut pas se permettre une politique de confrontation. Il ne s’agit pas de savoir «qui a raison ou qui est à blâmer»: la politique est l’art du possible et non des souhaits [5].

Les citoyens russes sont lassés de cette politique, qui ne peut pas -voire ne veut pas- créer les conditions d’une vie normale, et qui fait passer les rêves géopolitiques de la classe dirigeante avant le bien-être des citoyens ordinaires [6].

L’État et la société civile

On sait bien qu’à l’exception de certaines périodes particulières -1917 ou les années 1990- la Russie a toujours eu un gouvernement qui accorde un rôle clé à son autorité. Poutine et ceux qui l’entourent ne font que perpétuer une vieille tradition à cet égard. Au cours de ses deux premiers mandats, M. Poutine a pu mettre fin à la domination de groupes criminels qui se cachaient derrière des slogans de «liberté» et de «démocratie» et apporter la «stabilité». À ce stade, il a affirmé -à juste titre- que la société russe était faible et fragmentée et qu’elle avait besoin d’une réconciliation. En réalité, la nouvelle stabilité a été obtenue non pas par la réconciliation mais par la démobilisation et la pacification. La société a en partie cédé volontairement ses droits à l’État et s’est en partie simplement vu retirer ces droits. Pourtant, au cours des dix premières années de Poutine, l’État s’est concentré sur la consolidation interne et n’a pas interféré dans les affaires de la société.

L’économie s’est développée et beaucoup de Russes ont pu, pour la première fois de leur vie, faire partie de la «classe moyenne» et jouir de la prospérité matérielle. Pourtant, cela n’a pas duré longtemps.

La crise économique mondiale de 2008, la crise ukrainienne et les effets ultimes de la pandémie ont durement frappé le pays, et la promesse d’une longue prospérité s’est donc envolée.

Maintenant, on peut observer que la population est fatiguée de la propagande grandiloquente -«Nous devons nous défendre contre les ennemis qui entourent le pays!»- et ne la prend plus au sérieux. Le gouvernement perd non seulement le contact avec la société mais aussi son influence idéologique sur elle. Les manifestations pacifistes en cours en Russie en sont également la preuve. Selon Tatiana Stanovaya, chercheuse au Carnegie Moscow Center, en 2018, la relation entre l’État et la société peut être décrite par une maxime: «Nous ne vous devons rien» [7].

Selon l’opinion publique, c’est la crise actuelle des relations avec l’Occident qui peut mettre fin au «système Poutine». Après les événements de 2014, la plupart des Russes ont considéré l’affrontement avec l’Occident et la crise économique comme «une nouvelle normalité». Malheureusement, quelque chose de similaire s’est produit avec la perception de la guerre. Depuis le conflit en Géorgie en 2008, la guerre -en Ukraine, en Syrie, etc.- est devenue un élément constant de la vie quotidienne.

Avec la crise actuelle en Ukraine, le danger d’une guerre à l’échelle mondiale est réel.

La guerre entraîne l’effondrement du cours du rouble et des marchés russes, et ne conduira pas à un rapprochement de la société avec le gouvernement. La société russe est moderne, et elle est entrée dans une «phase post-héroïque», dans laquelle tous ne sont pas prêts à «mourir pour la patrie et pour Poutine». Au contraire, non seulement la guerre elle-même, mais les conséquences économiques de la guerre -surtout si elle dure longtemps- peuvent entraîner un mécontentement qui se transformera très probablement en une protestation à forte connotation politique. Or cette protestation ne se déroulera pas seulement dans les grandes villes, ni ne se limitera aux citoyens politiquement actifs, mais impliquera les masses de la population, les retraités et les travailleurs provinciaux, c’est-à-dire ceux qui ont jusqu’à présent été de fervents partisans de la politique gouvernementale. Bien qu’il soit presque impensable que les manifestations débouchent sur des changements politiques, le mythe du «modèle Poutine» sera presque certainement affaibli.

La Russie, malgré toutes les crises et catastrophes qui ont jusqu’à présent causé d’incroyables souffrances à ses habitants, a continué d’exister et est devenue une grande puissance politique et militaire, mais pas économique. En fait, sur le plan économique, elle n’est pas en mesure d’égaler la puissance des États-Unis ou de la Chine.

La Russie, même sous Poutine, est la confirmation que le destin d’un pays est déterminé par ses traditions et son histoire,

Mais aussi que les changements profonds, pour le meilleur ou pour le pire, ne peuvent se produire que très lentement. Aujourd’hui, il existe un risque très réel d’isolement et de stagnation économique dramatique.

Le jésuite Vladimir Pachkov est enseignant à l'institut théologique Saint-Thomas de Moscou. Cet article a paru dans sa version originale sur le site de la revue jésuite italienne la Civiltà Cattolica et dans son édition française (Parole et Silence). Nous le reproduisons ici avec l'aimable autorisation des éditeurs.

[1]  Le fait que la Russie soit un exportateur net de produits agricoles révèle une grande différence avec l’URSS, qui ne pouvait pas nourrir sa population sans importations.
[2]  Cf. M. S. Fish, «The Kremlin Emboldened: What Is Putisnism?», Journal of Democracy, vol. 28, nº 4, octobre 2017.
[3]  Cf. R. E. Beris, «The State of the Russian Economy: Balancing Political and Economic Priorities»: www.nti.org/analysis/articles/state-russian-economy-balancing-political-and-economic-priorities.
[4]  Cf. V. Inozemtsev, «Oil, COVID and prospects of economic growth in Russia», Riddle Russia (www.ridl.io/en/oil-covid-and-prospects-of-economic-growth-in-russia), 18 novembre 2021.
[5]  Cf. Id., «Time to choose geopolitics or stability», Riddle Russia (www.ridl.io/en/time-to-choose-geopolitics-or-stability), 7 janvier 2022.
[6]  Cf. «Russian public covers ears as state media heighten Ukraine rhetoric», Financial Times (www.ft.com/content/e5bd10cc-d4de-4600-bbdd-83e8d52e8e08), 26 janvier 2022.
[7]  Cf. R. E. Berls Jr., «Civil Society in Russia: Its Role under an Authoritarian Regime»: www.nti.org/analysis/articles/civil-society-russia-its-role-under-authoritarian-regime-part-i-nature-russian-civil-society

Lu 412 fois

Dernier de Vladimir Pachkov sj

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL