banner religion 2016

Eglises

jeudi, 17 octobre 2019 15:10

Rencontre avec Marie-Jo Thiel

Écrit par

Thiel2© Lucienne BittarDe passage à Genève les 15 et 16 octobre 2019, la théologienne et médecin strasbourgeoise Marie-Jo Thiel est intervenue publiquement à la Paroisse St-Paul sur L’Église catholique face aux abus sexuels sur mineurs, puis auprès de l’Association suisse des journalistes catholiques (ASJC). Elle a réaffirmé son souci de l’écoute des victimes d’abus, la nécessité d'un travail de prévention dans les diocèses et d’une plus grande insertion des femmes dans la gouvernance de l’Église.

Professeur d’éthique à la Faculté de théologie de Strasbourg, Marie-Jo Thiel a aidé à mieux appréhender les scandales de pédophilie qui ont ébranlé l’institution ecclésiale. Elle a aussi cherché à analyser pour quelles raisons certains membres de l’Église ont dérapé de manière systémique.

Soeur Rose MarySoeur Rose Mary © Jean-Claude GerezLe Synode pour l’Amazonie se tiendra à Rome du 6 au 27 octobre 2019. Plus de 200 évêques de la région vont évoquer le destin d’une Église catholique en perte de vitesse dans une zone plus que jamais menacée par une destruction irréversible. Dans la ville d’Altamira, au cœur de l’État du Para (Pérou), face à l’avancée des évangéliques, l’Église catholique s’appuie sur les laïcs, en particulier sur les femmes, pour reconquérir les fidèles. C'est même grâce aux femmes que l’Église reste vivante en Amazonie, de l'avis de Sœur Rose Bertoldo, de la Congrégation du Cœur Immaculé de Marie, au Brésil, auditrice choisie par le Vatican pour participer au Synode. Deux reportages, signés Jean-Claude Gérez.

lundi, 30 septembre 2019 11:42

Amazonie, de l'audace SVP!

Écrit par

Mgr Martinez Puerto Maldonado AguirreMgr Martinez Puerto Maldonado Aguirre © Jean-Claude Gerez «Le Synode sur l’Amazonie est une opportunité historique. Il ouvrira la porte à l’audace, au rêve intrépide et nous réveillera de notre léthargie.» Secrétaire exécutif du Synode, Mgr David Martínez de Aguirre affiche par moments une belle espérance, comme dans cet entretien pour les communautés de base brésiliennes (Religion Digital). Conscient toutefois de l’opposition vigoureuse d’une frange de l’Église à ce propos, son optimisme concerne le processus enclenché plutôt que d’éventuelles retombées immédiates. Il évoque sans détours la façon déformée, car eurocentriste, dont notre monde perçoit les populations natives d'Amazonie, et ce que nous pourrions apprendre si nous acceptions, enfin, d'établir un vrai dialogue avec elles.

mercredi, 27 mars 2019 07:12

Dialogue sur le bien commun européen

Écrit par

UE IDN© IDN/Adobe StockUn colloque des conférences épiscopales de France, de Suisse et d’Allemagne s’est achevé ce mercredi 27 mars à Paris sur un vibrant appel à ne pas sacrifier l’intérêt général de l’Europe à des tendances populistes ou à des intérêts nationalistes. Des représentants des mondes politique, scientifique et économique ainsi que de la société civile et de l’Église ont discuté, ces deux derniers jours, de l’avenir de l’idée européenne, dans un «Dialogue sur le bien commun européen». Parmi eux, le jésuite Gaël Giraud sj, économiste en chef à l'Agence française du développement. Cette conférence répondait à la conviction que la relance du projet européen nécessite une redéfinition du bien commun.

mardi, 11 décembre 2018 09:17

Le cléricalisme et l’Église

Écrit par

ChaussuresPapeLe pape a donné ses chaussures lors de la Marche Mondiale pour le Climat à Paris. Le pape François a introduit dans le débat public la question du cléricalisme. Il y voit une dérive majeure pour l’Église. Dès son intronisation, à sa première prise de parole, il donne le ton par un «bonsoir». Pas de grande invocation doctrinale ou religieuse, simplement la salutation d’un voisin à son voisin. Autre modification significative, les souliers noirs, des souliers de tous les jours, pas des pantoufles blanches, ni des mules pontificales. Il réside à Ste-Marthe, où il avait logé comme cardinal de passage, pas au palais du Vatican. Il mange dans le réfectoire commun, à la grande surprise des hôtes visiteurs. Rompre avec le faste, le cérémonial, l’évêque de Rome se veut près de son peuple, de la vie ordinaire. Il croit que c’est une dimension fondamentale de l’Évangile.

vendredi, 23 novembre 2018 10:09

L’antiféminisme dans l’Église

Écrit par

Partir«Église cléricale», «théologie patriarcale», «comportements antiféministes», «attitudes misogynes» qui criminalisent les femmes sans effleurer les partenaires masculins, autant de bonnes raisons que des politiciennes ouvertement féministes ont de se désolidariser de l’Église catholique romaine.

Dans un communiqué de presse du 19 novembre 2018, le pas a été franchi par «six féministes catholiques suisses alémaniques bien connues». Les signataires annoncent leur décision de «quitter l’Église» soit, pratiquement, de ne plus verser leur contribution ecclésiastique.

vendredi, 26 octobre 2018 10:00

Homosexualité: une arrogante assurance

Écrit par

stgeorgenUniversité Saint-Georges, à Francfort«Des fonctionnaires du Vatican sanctionnent un enseignant allemand parce qu’il traite des homosexuels avec respect!... Si l’affaire n’était pas aussi affligeante, elle ferait rire.» Le jésuite allemand Klaus Mertes s’exprime sans détours. Directeur du Collège jésuite Saint-Blaise, dans la Forêt-Noire, il a publié dans Die Zeit, le 11 octobre passé, un commentaire à propos de l’affaire du Père Ansgar Wucherpfennig sj, remettant cette décision dans le contexte des luttes d’influence au Vatican.

Pour rappel des faits, Ansgar Wucherpfennig sj est recteur de la Faculté jésuite de théologie Saint-Georges, à Francfort. Il vient de voir sa réélection bloquée par la Congrégation pour l’éducation catholique à cause, notamment, de propos qu’il avait tenu sur l’homosexualité un an auparavant, le 14 octobre 2016, dans le Frankfurter Neue Presse.

apostasieCampagne d'apostasie en Argentine 2018 © Miradas del centro L’Église catholique défend une ligne radicale à l’encontre de l’avortement, dont le pape François ne se démarque pas. Lors de l’audience générale sur la place Saint-Pierre du 10 octobre 2018, il a à nouveau fustigé l’avortement, le comparant au recours à un tueur à gages. Cette sévère prise de position divise les catholiques, même au sein de populations considérées à tort jusque-là comme fidèles aux directives de l’Église. Cet été, en Argentine, l’avis de l’Église a conduit le Sénat à rejeter un projet de loi pour la légalisation de l’avortement. Une décision qui en a révolté plus d’uns et d’unes, et qui a mené à la création de No en mi nombre, une campagne d’apostasie collective qui défie l’Église du pays et qui frappe d’autant plus les esprits qu’elle a lieu dans le pays d’origine du pape.

Page 1 sur 17