banner societe 2016

Sciences

lundi, 23 avril 2018 08:28

Comment meurt-on en Suisse aujourd’hui?

Écrit par

IMG 0828© P. EmonetUne étude des Universités de Genève et Zurich montre que les décisions autour de la fin de vie diffèrent fortement selon les régions de Suisse. Elles sont modelées tant par un cadre législatif commun que par le contexte culturel propre à chacune des trois régions linguistiques de Suisse. Ces résultats ont été publiés par la revue BMC Medicine. Selon les chercheurs, ils sont importants car ils aident à fonder sur des faits le débat autour de la fin de vie.

mardi, 27 mars 2018 10:43

Qui a peur de l’Anthropocène?

Écrit par

sedimentsAnthropocène. Le mot a été introduit en l’an 2000 par le Prix Nobel de chimie Paul J. Crutzen. Il a ses détracteurs et ses défenseurs, comme toute nouvelle hypothèse en sciences de la Terre, notre «maison commune», comme le dit le pape François dans son encyclique Laudato si’. Anthropocène est déjà référencé plus d’un demi-million de fois sur Google. Rien d’étonnant à cela: son adoption formelle confirmerait le changement d’époque géologique… qui nous obligera, pour survivre, à d’autres modes de vie que le modèle occidental actuel.

VolcanL’Eldgjá © Clive OppenheimerLes mouvements millénarismes traversent le christianisme depuis ses origines, avec pour référence «le règne de mille ans» de l’Apocalypse. En Islande, les terribles coulées de lave du Ier siècle, résultant de l’irruption de l’Eldgjá, auraient été utilisées pour convertir l’île au christianisme, avance une équipe de scientifiques et d’historiens médiévaux dirigée par l’Université de Cambridge (à laquelle participe l’Université de Ge­nève).

Un poème médiéval apocalyptique raconte cet événement.

jeudi, 25 janvier 2018 10:00

Le fabuleux ciel de Michel Mayor

Écrit par

Astrophysicien suisse de renommée internationale, Michel Mayor a découvert il y a un quart de siècle (en 1995) -avec son étudiant d'alors, le professeur Didier Queloz- la première exoplanète. Scientifique émérite et passionné à la retraite -bien que toujours très présent à l’Observatoire de Genève-, ce professeur honoraire à l’Université de Genève a voué sa vie à la recherche d’objets non identifiables à l'œil nu, et rêve de vie extraterrestre: la question n'est pas de savoir si, mais quand on détectera de la vie ailleurs dans l’Univers que sur notre Terre" nous a-t-il récemment confié (un article à lire dans le trimestriel n°686 – janvier/mars 2018).

mardi, 09 janvier 2018 09:54

Vrais et faux souvenirs

Écrit par

realiteQu’est-ce que la réalité? Comment notre cerveau la distingue-t-il de l’imagination? Et que se passe-t-il quand il ne le fait pas? Depuis près de vingt ans, Armin Schnider, directeur du Département des neurosciences de la Faculté de médecine de l’UNIGE et médecin-chef du service de neurorééducation des HUG, se penche sur ces questions. Son livre, The Confabulating Mind, offre le récit étonnant de cas de confabulation –le souvenir d’événements qui n’ont jamais eu lieu– et de personnes vivant dans des «réalités parallèles». Il résume en quelques chapitres l’histoire de la confabulation et présente des patients souffrant de ce trouble étrange. Au-delà de ces pathologies, le livre aborde aussi les cas de faux souvenirs qui peuvent tous nous affecter et la manipulation, volontaire ou non, de la mémoire.

plastique 7eme continentPour la 8e fois d’affilée, les 28 États membres de l’Union européenne ont échoué, mardi 30 mai, à se mettre d’accord sur une définition réglementaire des perturbateurs endocriniens. Ces molécules de synthèse, omniprésentes dans notre univers quotidien (pesticides, plastiques, cosmétiques, emballages, meubles...), modifient les systèmes hormonaux et sont suspectées d’être à l’origine de diverses maladies, telles le cancer du sein, l’infertilité, le diabète, l’obésité et des troubles du comportement.

jeudi, 16 février 2017 15:27

Source de vie et de santé

Écrit par

L’histoire de la Terre prouve que le jardin est source de vie; celle de la médecine, qu’il contribue largement à la santé. Construit et établi dans une optique de soins, par exemple en milieux hospitaliers, le jardin devient un allié précieux pour les patients et soignants.

Il y a environ 2,4 milliards d’années, la libération en masse d’oxygène dans l’atmosphère terrestre a permis l’émergence de la vie aérobie, générant des organismes de plus en plus complexes, jusqu’à l’évolution des hominidés, dont nous même, les Homo sapiens. Conséquence du processus de photosynthèse, le transfert de l’oxygène produit par les algues unicellulaires des océans primitifs vers le milieu atmosphérique (l’épisode de la Grande Oxydation) a permis également la genèse et la stabilisation de la couche d’ozone, un cocon protecteur essentiel au développement des règnes végétal et animal. Dès lors la Terre pouvait être considérée comme un vaste jardin primitif, contenant tous les ingrédients des êtres vivants, de tous les Règnes, par un mécanisme d’auto-organisation. Ce bref ancrage protohistorique permet d’affirmer haut et fort que le jardin est source de la Vie.

Nos nuits mènent moins au sommeil. Le travail nocturne s’étend et nos adolescents dorment peu. Cette évolution est inquiétante, en particulier sur le plan de la santé publique.

Page 1 sur 3