bandeau actu2

Actualité

jeudi, 13 septembre 2018 23:30

Genève honore Georges Haldas

Écrit par

Georges Haldas 1987 Erling MandelmannGeorges Haldas 1987 © Erling MandelmannÉmotion aujourd'hui au 7 boulevard des philosophes, où Genève a rendu hommage au grand écrivain et poète que fut Georges Haldas. Une plaque épigraphique a été posée sur l'immeuble où l'auteur a habité. "Cette cérémonie honore un grand homme", a déclaré le conseiller administratif Rémy Pagani lors de l'inauguration.

lundi, 10 septembre 2018 10:22

L'universalité des droits humains questionnée

Écrit par

Paul Richard Gallagher September 2015Paul Richard Gallagher September 2015, © Österreichisches Außenministerium La défense de l’universalité des droits humains est cruciale, a défendu Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les Relations du Vatican avec les États, lors d’une conférence organisée au Conseil de l’Europe à Strasbourg, le 10 septembre 2018. Pour le responsable de la diplomatie papale, il y a une profonde convergence entre la théorie des droits humains et la vision chrétienne de l’homme fait à l’image de Dieu. Malheureusement, le principe de l’universalité de ces droits est désormais “sérieusement questionné, tant en théorie qu’en pratique”. Trois éléments éléments, selon lui, menacent ces droits aujourd'hui.

jeudi, 30 août 2018 10:42

Le corps

Écrit par

Inspiré par notre dossier sur le corps (n° 688, juillet-septembre 2018), Geoffroy de Clavière offre à nos lecteurs ce beau texte en prose.

Caro & Anima

DiscobolusDiscobole Lancellotti, copie vers 120 ap. J.-C., Rome, palais Massimo alle TermeChétif, bodybuildé, opalin, d’ébène, percé, tatoué, déifié, méprisé, adoré, bafoué, le corps cristallise tous les fantasmes, tous les rejets. Il peut être façonné à l’infini ou simplement négligé. Autrefois honni, aujourd’hui glorifié, il a ce grand avantage sur l’âme de pouvoir être touché, humé, bandé de soie, pénétré par la chair.

 

Corps méprisé, corps contrôlé, corps glorieux, corps caché, corps surveillé et puni, corps sportif et bronzé, il exerce son dictat sur l’homme qui, à force de tenter de l’oublier ou de le vénérer, fini par en perdre la raison.

 

Attrait de soi, désir de l’autre. Onanisme, se fondre en lui, en elle, peau contre peau, odeur contre odeur, mélange sans fin pour ne faire plus qu’un et se dévorer mutuellement jusqu’à disparaître dans les replis/circonvolutions de la chair.
Mourir, enfin. Redevenir poussière, micro corps au milieu des étoiles.

 

Dans mes rêves, parfois, le Discbole de Myron m’apparaît. Son bronze est froid et sensuel, clair et obscur. Après l’avoir parcouru du bout des doigts, je plonge mon index dans le miel et fais couler le nectar sur ma langue.

lundi, 27 août 2018 06:15

Le langage des oiseaux à St-Maurice

Écrit par

oiseauxLe groupe interreligieux du Valais propose une rencontre autour du Langage des oiseaux, un recueil de poésie soufie persane du XIIIe siècle, en présence de Manijeh Nouri, qui l’a traduit.

Le samedi 29 septembre,
de 9h30 à 17h30,
à l’Hôtellerie franciscaine de St-Maurice (Valais).
Plus de détails ici

Le poète, philosophe et mystique, Farid ud-Din ‘Attâr, de la région de Khorassan, au nord-est de la Perse, est un penseur universel qui, comme Rumi, a proposé une vision très pure de la quête de l’Absolu, à travers des récits et paraboles.

Les oiseaux désirent aller à la recherche de leur roi Simorgh. Sur le chemin, ils traversent les sept vallées de la Recherche, de l’Amour, de la Connaissance, de «Se suffire à soi-même», de l’Unicité, de la Stupéfaction, et de la Pauvreté et l’Anéantissement. Arrivés au sommet de la montagne Qâf, le roi leur dit qu’il est le miroir, qu’ils sont venus à la rencontre d’eux-mêmes, et se voient en lui...

La première traduction française de ce texte date du XIXe siècle. Appelé aussi La conférence des oiseaux, cette poésie soufie est traduite dans beaucoup de langues. La présente traduction, basée sur les plus anciens manuscrits découverts récemment, repose sur une nouvelle édition en persan parue à Téhéran en 2004; elle propose une nouvelle lecture annotée du texte qui respecte l’ordre des vers.

Manijeh Nouri est d’origine et de langue maternelle persane. Elle s’est toujours passionnée pour la littérature soufie persane, en particulier pour l’œuvre du grand mystique Rumi dont elle a publié un des livres. Professeur de langue et de littérature persanes, elle a traduit Le langage des oiseaux grâce à l’accompagnement du Père Jean Hugo Tisin et l’enseignement des professeurs Ravan Farhadi et Shafi’i Kadkani.

Non seulement c’est la beauté et l’originalité de cette poésie qui ont attiré l’attention de la traductrice, mais son travail a pour ambition de proposer une vision très pure et magnanime de la recherche de Dieu, dépassant tout contexte sociologique et politique.

Fotolia 171509092 MÀ la Une de l'Osservatore Romano du 21 août, Lucetta Scaraffia, responsable du supplément féminin de journal, déclare que les crimes de pédophilie commis au sein de l’Église dépasse la simple responsabilité du clergé et remet aussi en cause tous les croyants. Car l’Église n'est pas composée que de ses clercs et de sa hiérarchie, mais elle est peuple de Dieu. La lutte contre les abus sexuels commis au sein de l’Église, et contre leur occultation, exige une remise en question de tous les croyants.

lundi, 06 août 2018 16:26

Vivants car volontairement cachés

Écrit par

indigenes© G. Miranda/FUNAI/SurvivalIl existe en Amazonie des peuples indigènes non connus car vivant volontairement de manière isolée. Cet isolement qui leur a permis de survivre dans le passé risque aujourd'hui de causer leur perte si rien n'est entrepris pour les aider. Leurs vies, en effet, sont menacées par la déforestation.

Lors d’une rencontre tenue du 5 au 8 juillet 2018 à Puerto Maldonado, au Pérou, le Réseau ecclésial pan-amazonien (REPAM) et d’autres institutions associées ont énoncé une lourde crainte, rapporte l'agence Fides: celle de voir s’éteindre 150 peuples amazoniens.

lundi, 30 juillet 2018 10:10

Fêtes d'Ignace de Loyola et de Pierre Favre

Écrit par

IGNACIO STILLS 04Le 31 juillet, l’Église célèbre la fête de saint Ignace, le jour anniversaire de sa mort. Un moment important pour les jésuites, dont il a fondé la Compagnie. Un film philippin, sorti en 2016 (traduction française 2017), lui est consacré. Ignace de Loyola, de Paolo Dy, Cathy Azanza, retrace le parcours du saint espagnol, de manière colorée. Une façon divertissante de découvrir la jeunesse et le cheminement intérieur de ce jeune soldat aristocrate du XVIe siècle basque.

Et le 2 août, c'est au tour du Savoyard Pierre Favre, ancien berger du XVIe siècle devenu prêtre, l'un des deux compagnons de saint Ignace, d'être fêté.

vendredi, 20 juillet 2018 00:26

Au revoir Monsieur l'abbé

Écrit par

VogelsangerWWilly Vogelsanger © cath.chC'est avec tristesse que nous prenons congé de Monsieur l'abbé. Le Père Willy Vogelsanger, prêtre au Petit-Lancy, dans le canton de Genève, durant 45 ans, est décédé le 14 juillet 2018 à l'âge de 93 ans. Il était un proche de notre rédaction et un ami de notre directeur Pierre Emonet sj, à qui il avait confié la tâche de l'homélie de sa messe d'enterrement (voir plus bas).

Page 1 sur 24

Retrouvez les propos du pape François parus dans choisir, assortis de 11 réactions de spécialistes !

Livre Pape 2

Avec, en exclusivité sur notre site, les propos de Pierre Emonet sj, directeur de choisir, et de Charles Morerod op, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.