bandeau art philo

RomerThomas Römer
L’Ancien testament commenté. L’Exode 
Texte intégral Nouvelle Bible Segond
Genève/Paris, Labor et Fides/Bayard 2017, 192 p.

C’est toute la compétence du professeur de la chaire Milieux bibliques au Collège de France, Thomas Römer, que nous trouvons mise en œuvre dans ce deuxième tome de L’Ancien Testament commenté, après le premier consacré à la Genèse. Le principe est le même que pour Le Nouveau Testament commenté dirigé par Daniel Marguerat et Camille Focant (2012): l’ouvrage propose le texte intégral de la Nouvelle Bible Segond, dont chaque péricope est accompagnée d’un bref commentaire (une à deux pages) au fil du texte

lundi, 02 septembre 2019 10:33

Marcher vers la sainteté

Écrit par

LassusAlain-Marie de Lassus
Marcher vers la sainteté
Paris, Salvator 2017, 192 p.

«Vous êtes tous convoqués à la sainteté», affirmation qui peut surprendre notre petite personne. Mais l’auteur nous montre les avantages d’un tel cheminement, qui nous libère jusqu’à nous faire parvenir à être pleinement enfants de Dieu.

lundi, 02 septembre 2019 10:24

Les portes de la transfiguration

Écrit par

LeloupJean-Yves Leloup
Les portes de la transfiguration
Paris, Albin Michel 2018, 154 p.

Jean-Yves Leloup, docteur en théologie, philosophie et psychologie, nous entraîne, en bon thérapeute et avec le talent qu’on lui connaît, à ouvrir les portes de la perception avant de nous engager sur les voies de la transfiguration.

lundi, 02 septembre 2019 10:19

La faiblesse de Dieu

Écrit par

CaputoJohn D. Caputo
La faiblesse de Dieu
Genève, Labor et Fides 2016, 488 p.

Ce philosophe américain de la religion développe la thèse qu’il faut quitter l’idée que Dieu est une entité, un être suprême, voire le Pantocrator. Le nom de Dieu est celui d’un événement fragile et faible. Cet événement recèle ce nom, le révèle et le magnifie. La théologie est l’herméneutique de cet événement, qui se fait l’avocat de la faiblesse.

dimanche, 01 septembre 2019 10:06

Le Transhumanisme

Écrit par

HardyOdile Hardy (dir.)
Le Transhumanisme
Homo novus ou fin de l’homme ?
Les Plans-sur-Bex, Parole et Silence 2017, 174 p.

Ce livre présente les actes d’un colloque qui s’est tenu en octobre 2015. Il contient six contributions, les unes cherchant à définir le transhumanisme, les autres l’évaluant du point de vue chrétien. Ainsi l’homme nouveau, est-il de l’humain en continuité ou de la machine en rupture?

O fim do mundo, de Basil Da CunhaO fim do mundo, de Basil Da CunhaLe 72ème Festival de Locarno s’est clôturé, sous la houlette de sa nouvelle directrice française, Lili Hinstin, avec un beau palmarès. Le Jury œcuménique des Églises réformées et catholique de Suisse notamment a décerné son prix à Maternal, de Maura Delpero. Du côté du cinéma helvète, même si aucune récompense n'a été décrochée, quelques perles figuraient dans la sélection présentée à Locarno, tel O fim do mundo, qui concourrait en compétition internationale.

lundi, 19 août 2019 10:17

Cronofobia, de Francesco Rizzi

Écrit par

CronofobiaCronofobia, de Francesco Rizzi

Cronofobia (Chronophobie) est le premier long métrage de ce prometteur réalisateur tessinois. Présenté hors compétition au Festival international de Locarno 2019, dans la section Panorama suisse, il a déjà reçu plusieurs prix. D’une grande cohérence formelle, par son suspense feutré habilement entretenu et le jeu subtil des acteurs, le film tient le spectateur en haleine dès le début. Un homme plus que mystérieux, une femme perturbée psychologiquement, une improbable rencontre entre eux, voilà les ingrédients d’une inquiétante étrangeté, dont les pans du mystère se soulèvent au fur et à mesure.

Sortie prévue en Suisse romande le 27 novembre.

jeudi, 15 août 2019 09:55

M, le bord de l'abîme

Écrit par

M LE BORD DE LABIME

L’intelligence artificielle (AI) fascine et inquiète, non sans bonnes raisons. Elle est au cœur de ce thriller noir, dont la trame de facture classique –deux policiers se lancent sur les traces d’un assassin en série pervers sévissant à Hong Kong– sert de prétexte, comme dans la plupart des bons polars, à la peinture d’un monde sombre. En l’occurrence, celui d’une ville tentaculaire et chaotique, soumise à la loi des triades et d’un système politico-économique corrompu au-dessus duquel plane l’ombre de la Chine, mais surtout des déviances favorisées par l’IA.

Bernard Minier
M, le bord de l’abîme
Paris, XO 2019, 576 p.

Page 6 sur 78