bandeau art philo

Lucienne Bittar

jeudi, 01 février 2018 11:31

Confidences

LobeMax Lobe
Confidences
Genève, Zoé 2016, 288 p.

D’origine camerounaise, Max Lobe vit depuis dix ans en Suisse. Il retourne fréquemment dans son pays natal, portant sur lui son regard d’entre deux cultures. Pour son dernier livre, il s’est lancé sur les traces de Ruben Um Nyobè, leader de l’indépendance du Cameroun -administré alors par la France-, assassiné en 1958. Il nous restitue cette page dramatique de l’histoire via les confidences de Ma Maligua, une grand-mère de Song Mpek, le village de Um Nyobè, aux portes de la forêt du sud-ouest du pays.

Entrecoupé de rasades de vin de palme, de digressions en tous genres, le récit de la vieille femme s’approche petit à petit des «événements»: des souvenirs douloureux, généralement tus. Impossible de ne pas se laisser envoûter, comme on le ferait à l’écoute d’un griot. L’auteur réussit pleinement à faire se croiser oralité et écriture. Passé et présent, la grande histoire et les petites histoires se chevauchent : celle, sanglante, de la colonisation et de la lutte pour l’indépendance de celui qu’on appelait le «Porte-parole des sans-voix», et celles issues du quotidien de villageois, qui se retrouvèrent entraînés (mais aussi investis) dans un drame qui les concernait et les dépassait tout à la fois.

À l’image de la vie, amour et tendresse, violences et cruautés, indignations, colères, joies se succèdent. Plein d’émotions et d’ambivalences, avec souvent une pointe d’humour salvateur, le récit nous renvoie vers ceux qui, aujourd’hui encore, en Afrique et ailleurs, vivent les horreurs de la guerre.

jeudi, 06 décembre 2018 13:50

Une BD en réalité augmentée

matieres noires smartphoneMatières noires, c’est un peu comme un calendrier de l’Avent. On se demande quelle surprise nous réserve la page suivante. Il y en a qui nous ravissent, d’autres un peu moins, mais c’est très ludique.

Cet objet particulier stimule plusieurs sens. Le toucher, avec ce plaisir que l’on ressent lorsqu’on tourne les pages d’un livre imprimé sur des feuilles bien épaisses… qui sentent bon le papier. L’odorat donc aussi. La vue ensuite, bien sûr, puisque qu’il s’agit d’une BD en noir et blanc (sans nuances de gris), réalisée en papier découpé, à laquelle se surajoutent, grâce à notre smartphone et à l’application Matières Noires, les images animées de la partie «réalité augmentée». Une technologie qui permet aussi à l’ouïe d’entrer en action.

Silvain Monney
Matières noires. Une bande dessinée avec réalité augmentée
Fribourg, Fleurs Bleues 2018, 64 p.

mercredi, 28 novembre 2018 15:42

C’est ma peine. Enfants de détenus

acatLa vie d’un enfant est souvent anéantie lorsqu’un de ses parents est placé en détention. À moins que cela ne soit contraire à son intérêt supérieur, il faudrait tout faire pour l’aider à maintenir une relation avec ce parent, la plus apaisée possible, en conformité avec l’article 9 de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. Ce n’est pas toujours le cas en Suisse.

À l’occasion de la Journée des droits de l’homme du 10 décembre 2018, ACAT-Suisse a choisi de lancer une pétition pour une meilleure protection des droits des enfants des détenus.

mardi, 13 novembre 2018 10:30

The Enemy, cinéma d’immersion

giffThe Enemy © Lucid realitiesLa 24e édition du Geneva International Film Festival a pris fin le 10 novembre. Avec ses 32’000 visiteurs, le festival a confirmé son succès grâce à sa programmation de films et de séries télévisées de qualité. Mais c’est surtout son exploration des nouvelles pratiques numériques et de réalité virtuelle qui fait aujourd’hui sa spécificité. Le clou de l’édition 2018 a certainement été The Enemy, de Karim Ben Khelifa, une œuvre numérique immersive portant sur les guerres.

jeudi, 04 octobre 2018 11:55

L'enfant aux étoiles

SansonnensVoilà une enquête menée avec ouverture d’esprit et sans jugement sur une suite de suicides et de crimes -dont d’enfants- survenus dans les années 90 au Québec, en Suisse -à Cheiry dans le canton de Fribourg et à Salvan en Valais-, puis en France. Le drame en question est celui de l’Ordre du Temple solaire (OTS) et il en a bouleversé plus d’un dans notre pays.

Il ne s’agit pas là pour autant d’une enquête policière ou journalistique, ni d’une étude scientifique, mais bien d’un «roman», comme l’annonce l’auteur, l’écrivain neuchâtelois Julien Sansonnens. Car ce que les nombreuses sources consultées avec patience (les archives policières, les journaux, les correspondances, les vidéos), les visites des lieux eux-mêmes et les témoignages qu’il recueille auprès de proches ou de survivants ne disent pas, l’auteur tente de le combler avec son imagination empathique.

Julien Sansonnens
L’enfant aux étoiles
Vevey, Aire 2018, 268 p.

Page 1 sur 23