banner politique 2016

Attila Jakab

La richesse n'est-elle qu'une tare obstruant à ses possédants la route du paradis ? Où, selon l'usage que l'on en fait, est-elle chance de salut ? Au II e siècle déjà, Flavius Clemens, Père de l'Eglise, apportait d'éclairantes réponses à ce débat théologique, ouvrant ainsi la voie au christianisme social. Il faisait du partage des biens une valeur incontournable du christianisme et un facteur de stabilité sociale efficace. Une analyse qui s'applique au monde moderne.

Dans la dernière décennie du premier siècle après Jésus-Christ, la communauté chrétienne (ekklêsia) de Corinthe doit faire face à une grave crise interne. Une partie de ses membres remet en cause ses presbytres. Cette division rappelle qu'à ses débuts l'Eglise fonctionnait de manière collégiale et locale et pose les questions de la légitimité d'une organisation ecclésiale hiérarchique. Vingt siècles plus tard, la problématique Eglises locales - Eglise universelle est toujours d'actualité.

samedi, 06 janvier 2001 01:00

Denys d'Alexandrie, homme de concorde

Ce n'est pas d'aujourd'hui que l'Eglise est agitée par des tensions où les partisans du droit et de la rigueur s'affrontent avec ceux du dialogue et de la miséricorde. A la fin du IIIe siècle, grâce à sa modération et à ses qualités de médiateur, l'évêque d'Alexandrie, Denys, a su éviter à son Eglise bien des problèmes qui ont mis en effervescence les communautés chrétiennes. Une belle figure de pasteur pour temps de crise.
jeudi, 06 février 2003 01:00

L'Europe à la recherche de son identité

La question de l'élargissement de l'Union européenne fait ressurgir celle de son identité. Si le projet économique a toujours été prépondérant dans l'Union, il n'annihile pas l'influence de cette référence commune primordiale qu'est le christianisme. Or cet héritage religieux est porteur à la fois d'unité et de conflits ; il ne constitue pas un ciment culturel en soi.

Suivant les Evangiles, Jésus de Nazareth est mort sur la croix, à Jérusalem, à l'occasion d'une Pâque juive. Or la célébration et la signification de cette fête connaissaient une certaine diversification au sein du judaïsme de l'époque. Cette variété s'est retrouvée dans les premiers temps du christianisme. Il n'en demeure pas moins que «la Pâque était pour ainsi dire tout». Cette fête pratiquement unique commémorait «l'histoire entière du salut, de la création à la parousie», et elle était «le lieu où s'élaboraient certaines composantes essentielles de la vie de la Communauté» : liturgie, exégèse typologique, catéchèse, théologie.

Page 3 sur 4