bandeau art philo
lundi, 06 mai 2013 02:00

Vie et pensée chrétiennes

sans couverture 1

Eva-Maria Faber (éd.), Lebenswelt und Theologie. Herausforderungen einer zeitsensiblen theologischen Lehre und Forschung (Schriftenreihe der Theologischen Hochschule Chur 9), Fribourg, Academic Press Fribourg 2012, 348 p.

On peut parfois avoir l’impression qu’une certaine perplexité entre le monde contemporain et la foi chrétienne domine la vie de l’Eglise. Il n’y a pas de raison de penser pour autant que cette perplexité est immuable. Partout où la vie et la pensée chrétiennes s’interpénètrent, l’Eglise, au contraire, peut être « dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain » (Vatican II, Lumen gentium 1).

C’est dans ce sens que le livre Lebenswelt und Theologie, qui présente le travail théologique accompli à la Theologische Hochschule Chur (Coire), mérite une attention au-delà de son contexte d’origine. En Suisse romande, il serait peut-être utile de commencer sa lecture par l’article qui conclut le recueil.

Eva-Maria Faber, rectrice de la Faculté de théologie, retrace l’histoire et le profil actuel de l’institution coirienne, qui se distinguent notamment par une sensibilité pastorale qui se veut à la hauteur des discours scientifiques de notre époque. Dans ce sens, l’article substantiel d’Eva-Maria Faber esquisse une théologie qui s’intéresse à la Lebenswelt, un terme difficilement traduisible, mais qu’on pourrait rendre par « le monde vécu ».

Parmi les nombreux aspects évoqués, il suffit de mentionner les réflexions sur l’insuffisance d’une théologie scientifique qui oublie qu’elle n’est qu’une partie de la foi vécue et réfléchie de l’Eglise.

Pour remédier au danger de cet oubli, il est très stimulant de mettre en rapport théologies systématiques et pastorales. Dans ce sens, Hanspeter Schmitt évoque la contribution de la théologie morale, Birgit Jeggle-Merz traite de la liturgie face aux défis actuels, Christian Cebulj esquisse le potentiel de la pédagogie religieuse et Simon Peng-Keller, la valeur théologique de l’expérience spirituelle.

S’il est impossible de résumer en quelques mots les contributions de ces théologiens de Coire, on peut néanmoins relever leur attitude commune qui consiste à valoriser les intentions profondes des auteurs cités et acteurs mentionnés. Ainsi, sans renoncer à la critique, la réflexion théologique peut saisir les richesses du monde dont elle fait partie. Comme le dit Eva-Maria Faber, en renvoyant à Ottmar Fuchs (professeur de théologie à l’Université de Tübingen), les études théologiques peuvent être une « étape d’un chemin de vocation ». La dimension pastorale de la théologie « dans le monde vécu » devient ainsi une réalisation de sa dimension ecclésiale.

 

Lu 2338 fois
Plus dans cette catégorie : « Ermites du Milieu du Monde Sergio Regazzoni »