banner politique 2016

Economie

jeudi, 06 septembre 2001 02:00

Commerce des services :

Écrit par
La campagne «Non au bradage mondial des services publics», qu'Attac a lancé avec la Déclaration de Berne et les syndicats suisses, vise à mettre les services publics hors de portée de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). En exigeant que l'Accord général sur le commerce des services (AGCS), à l'ordre du jour de la conférence ministérielle au Qatar, en novembre, soit reconsidéré, cette lutte représente un nouveau rendez-vous pour les mouvements sociaux engagés contre la mondialisation néolibérale. Ce qui se concocte actuellement à huis clos sur le commerce des services est très exactement ce qui avait été spectaculairement refusé à Seattle : la mainmise des sociétés transnationales sur de nouveaux secteurs et la marchandisation programmée des services publics, notamment des secteurs de la santé et de l'éducation.
dimanche, 06 mai 2001 02:00

Le Sud piégé par les brevets

Écrit par
Les pays occidentaux imposent de plus en plus dans le monde entier les brevets, en élargissant progressivement leur portée. Un brevet octroie à son détenteur un droit d'exclusivité commerciale pour son invention en échange de la publication de ses secrets. Environ 90 % des brevets mondiaux sont délivrés dans les pays industrialisés et plus de la moitié de ceux déposés dans les pays en développement sont détenus par l'étranger. Conçu à l'origine pour promouvoir la recherche et l'industrialisation, le brevet est en train de devenir un instrument de monopole au bénéfice des entreprises technologiques avancées du Nord, qui leur permet de contrôler l'utilisation de leurs inventions. Actuellement, la bataille fait rage pour introduire le brevet sur la vie.
dimanche, 06 mai 2001 02:00

Globalisation et gouvernance mondiale

Écrit par
La globalisation est sur toutes les lèvres, elle est invoquée à tort et à travers pour éveiller tantôt la fascination, tantôt l'appréhension et le rejet. Les contours émergents de ce monde globalisé, dû à l'abolition des frontières de l'information, interpellent à la fois l'intellectuel et le praticien, le croyant, et plus largement l'homme de bonne volonté : comment utiliser les potentialités de la globalisation pour en faire une étape vers la Civilisation de l'Amour ?
samedi, 06 janvier 2001 01:00

La théorie économique libérale :

Écrit par
Privatiser les services publics, ouvrir les frontières et s'en remettre au marché : ce serait là, aujourd'hui ou demain, la solution. L'initiative privée permettrait de résoudre les problèmes économiques, sociaux et environnementaux comme n'aurait jamais su le faire une instance politique ; les marchés financiers seraient une institution au-dessus de tout soupçon et le salaire au mérite une panacée. Bref, le libéralisme économique constituerait un horizon indépassable. Mais ces dogmes sont démentis par la réalité. Démonstration.
jeudi, 06 janvier 2000 01:00

Seattle : la dispersion

Écrit par
«Allons, dirent [les hommes], bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel. Faisons-nous un nom»
dimanche, 06 octobre 1996 02:00

Développement: le courage de changer de cap

Écrit par
Au mois de mai passé ([lire l'article ->787]), Jean-Joseph Raboud livrait dans «Choisir» une réflexion sur le développement des pays du tiers-monde, fruit de son expérience professionnelle. Cet ancien directeur de banque en Valais travaille depuis 21 ans dans le Nordeste du Brésil où II a lancé un vaste projet de développement pour aider les petits paysans, l'Association d'appui aux communautés campagnardes du Rio Grande do Norte. Pierre Emonet l'a rencontré lors de son dernier passage en Suisse.
La dérégulation est à la mode. Elle couvre un vaste programme allant des simples aménagements légaux jusqu'aux privatisations à large échelle du secteur public. Malgré ses multiples facettes et des différences selon les pays, on lui connaît au moins un trait commun: elle témoigne d'une foi aveugle dans les bienfaits du marché. Son ampleur et sa généralisation surprennent. Face aux impasses qui ont conduit à la démolition symbolique du mur de Berlin en 1989, on peut comprendre qu'elle se présente comme une recette capable de gérer le passage d'une économie planifiée à une économie de marché dans les pays de l'Est; on peut aussi admettre que certains la voient comme l'unique panacée capable d'accélérer le processus de développement dans le Tiers Monde. Mais qu'elle s'impose aux sociétés occidentales comme une voie de salut laisse perplexe.
jeudi, 06 avril 1995 02:00

Imiter les riches ou les pauvres

Écrit par
«Ciel, ma terre!» s'exclament cette année l'Action de Carême et Pain pour le prochain. C'est aussi ce qu'on a envie de crier au retour d'un voyage en Thaïlande. Il nous conduit à une réflexion subjective sur le développement, qui doit plus à des rencontres qu'aux analyses scientifiques ou aux statistiques.
Page 4 sur 4