banner politique 2016

Economie

mardi, 06 avril 2010 02:00

Le goût de risque

Écrit par
Une grande inquiétude traverse le monde occidental : celle de l'incertitude, du risque et de l'échec, le grand tabou d'aujourd'hui. Sur le plan privé ou collectif, chacun tente de s'en prémunir en cherchant la sécurité auprès de « spécialistes ». Il est temps d'accepter les contradictions de la vie : le risque zéro n'existe pas. D'où l'exigence de la solidarité.
samedi, 06 février 2010 01:00

Un commerce juste

Écrit par
« Misons sur un commerce juste ! » La Campagne oecuménique 2010 de Pain pour le Prochain et Action de Carême, avec la collaboration d'Etre partenaires, invite à choisir les filières les plus équitables (économie sociale et solidaire, commerce équitable, agriculture de proximité, etc.) pour ses achats individuels. Les oeuvres d'entraide suisses n'en sont pas à leur coup d'essai.
samedi, 06 février 2010 01:00

L'économie sociale et solidaire

Écrit par
L'économie sociale et solidaire (ESS) est une réalité encore discrète de l'économie suisse. Comme partout en Europe, des centaines d'organisations produisent des biens et des services sans être ni des entreprises à but lucratif ni des services publics. L'ESS, adossée à des valeurs humanistes et écologiques fortes, représente une troisième voie économique durable, par rapport au capitalisme dérégulé et aux dernières survivances du communisme.
samedi, 06 juin 2009 02:00

Parler fort, parler faux

Écrit par
Un brouhaha de paroles entremêlées tente d'expliquer les causes, les effets et les solutions de la crise. S'en distinguent ceux qui font parler la poudre pour imposer une solution à leur profit : Etats-Unis au Moyen- Orient, en Suisse et en Afghanistan ; Russie en Tchétchénie, en Ukraine et en Géorgie ; Chine en Afrique et en Amérique latine. Devant le résultat douteux de ces discours musclés, se font entendre aujourd'hui ceux qui parlent fort au nom d'un parler vrai, mais qui, écouté avec attention, sonne un peu faux.
D'ici deux, trois siècles, nous aurons rendu une grande partie de la terre inhabitable pour l'homme. Dans son numéro de février, choisir a développé ce thème, appelant chacun à une prise de responsabilité. Elle revient sur la question avec Jacques Grinevald, professeur d'écologie à l'Institut de hautes études internationales et du développement de l'Université de Genève. Il visite certains concepts-clés, comme le catastrophisme, l'évolution, ainsi que la « décroissance », seule à même selon lui d'atténuer l'effet des catastrophes à venir.
samedi, 06 décembre 2008 01:00

Pourquoi de tels écarts?

Écrit par
Pourquoi de tels écarts entre les revenus et entre les patrimoines ? Il y a là un paradoxe puisque ces écarts s'accroissent au moment où, si l'on en croit le rapport de la Banque mondiale du 26 août dernier, la richesse globale augmente. La réponse tient dans les pouvoirs qui s'affrontent sur les marchés et notamment le système de réseau. Certains acteurs y trouvent le moyen de prélever légalement une part croissante de la richesse produite par tous.
mardi, 24 juin 2008 17:36

L'homme sur la planète

Écrit par
Deux scientifiques nous confient leurs réflexions sur une importante et récente étude, faite par des spécialistes de réputation mondiale sur l'avenir de l'humanité au sein de son milieu naturel de vie.
mardi, 06 mai 2008 02:00

Tragédies financières

Écrit par
La crise financière déclenchée par l'affaire des subprimes a remis en avant un fait essentiel : la confiance est au coeur du fonctionnement de la finance. Elle repose sur des compétences techniques, des outils de régulation et surtout sur la morale.
Page 2 sur 4