banner religion 2016

Lucienne Bittar

Liban oct04 1 024C'est à une courte majorité, 48 voix contre 44, que le Grand Conseil genevois a réduit, vendredi 24 janvier, les fonds alloués à la FGC de deux millions de francs sur la période 2013-2016. Cette décision, à effet rétroactif, a été prise après plus d’une année d’attente, indique la Fédération dans un communiqué.

La FGC regroupe 63 associations actives dans la solidarité internationale, la coopération au développement et l'information du public sur les relations Nord-Sud. Parmi elles, plusieurs œuvres d'entraides chrétiennes, notamment Caritas Genève, la Commission tiers-monde de l'Eglise catholique (COTMEC) et la Commission tiers-monde de l'Eglise protestante de Genève.

La FGC regrette cette décision et redoute les conséquences sur les projets de coopération et sur le rayonnement de la Genève internationale. La mesure a été prise sur la base de ce que la FCG considère comme « un malentendu provenant du fonctionnement même de l’administration publique cantonale ». De nombreux députés auraient fondé leur vote sur un prétendu manque d’information relatif aux projets soutenus dans le Sud. La FGC regrette que les députés ignorent que cette information, composée de rapports, d’évaluations et d’audits financiers, est remise chaque année à l’autorité cantonale compétente en la matière, c’est-à dire le Bureau de la solidarité internationale (BSI). Ces rapports sont également remis aux autres partenaires de la FGC, comme la Confédération et les nombreuses communes genevoises qui soutiennent son travail. La Fédération indique ainsi que le Canton est le seul partenaire à remettre en cause le travail réalisé et à réduire sa contribution financière.

Elle rappelle qu'elle s'appuie sur un réseau associatif peu coûteux, qui fonctionne à travers l’engagement de nombreux experts bénévoles au niveau de compétence professionnelle élevé.

« Ce verdict, basé sur des informations inexactes, pénalisera les projets de santé, de développement agricole ou encore d’éducation menés par ses associations membres dans plus de 20 pays d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. Une fois de plus, les plus faibles feront les frais de ces malentendus et de cette défiance injustifiée », déplore la FGC.

Efficacité

Cette fédérationd’association travaille depuis 1966, avec une efficacité prouvée, à combattre les inégalités dans le monde.Grâce à l’engagement des collectivités publiques partenaires, elle finance chaque année plusieurs dizaines de projets de développement et d’information que lui soumettent ses membres. Ainsi 47 projets ont été approuvés en 2012, pour un montant total d’environ 11,2 millions de francs. Chaque dossier de demande de financement fait l’objet d’un examen minutieux réalisé par la Commission technique (lorsqu’il s’agit d’un projet de développement) ou par la Commission d’information (lorsque le projet concerne des actions de sensibilisation en Suisse). Chacune des commissions donne ensuite ses recommandations au Conseil. Une fois approuvé par le Conseil, le projet reçoit le label FGC qui garantit sa qualité. Le projet fait ensuite l’objet d’un suivi régulier par le Secrétariat de la FGC tout au long de sa mise en œuvre jusqu’à l’examen du rapport financier final par la Commission de contrôle financier.(apic/com./réd.)

Photo : Jacqueline Huppi, Liban 2004

ImageProxy.mvc
ImageProxy.mvc3


Le monastère de Saint-Simon, également connue comme l'église de la grotte, se trouve dans la montagne du Mokattam, dans le sud du Caire, une zone qui est connue comme la « poubelle de la ville » en raison de l'importante population d'éboueurs (les zabbaleen) qui y vivent. Il s'agit en fait de la plus grande église du Moyen-Orient, avec une capacité d'accueil de 20 000 personnes.

mardi, 03 septembre 2013 09:34

E viva François !

Ce pape-là, je l’aime ! Il me remplit d’espoir pour l’Eglise, et même pour le monde. Un pape qui appelle les dirigeants des nations à se faire serviteurs et à ne pas user de leur position pour leurs ambitions personnelles ou pour satisfaire leur goût du pouvoir : merveilleuse utopie ! Cette appréciation personnelle ne se fonde que sur des comptes rendus de médias, des images retransmises et des dires de personnes qui l’ont rencontré. Certes, il faut attendre pour voir, comme le rappellent avec sagesse nombre de connaisseurs du Vatican. Mais ce pape-là me donne envie d’y croire avant de voir ! De lâcher les rênes en confiance, de me retrouver parmi le Peuple de Dieu guidé par son évêque.

jeudi, 30 mai 2013 09:47

Soutenus et responsables

Pauvreté, chômage, suicide, drogues... Le sommaire de ce numéro égraine un chapelet de misères, de situations de précarité ou de violence. Qu’on ne s’y méprenne pas, si la réalité n’est pas masquée, elle ne se veut pas pour autant écrasante. Au fil des articles, on se rend compte du nombre de gens qui se sont impliqués pour soulager leurs semblables, et des progrès réalisés sur le plan humanitaire en l’espace de deux siècles. Le XIXe siècle vit naître la Croix-Rouge ;[1] le XXe siècle fut, certes, celui de massacres innommables,[2] mais aussi celui des luttes pour les droits humains, sociaux et syndicaux. Quelles avancées éthiques nous réserve le XXIe siècle ? Qu’inventeront nos enfants ? Car si l’Occident a fait des bonds en avant inouïs sur le plan humanitaire et social, ces acquis doivent constamment être protégés et adaptés aux changements. Oui, la guerre contre la drogue a échoué. Oui, l’appauvrissement des classes moyennes est une réalité et le nombre de sans-abri, de mendiants, de chômeurs est en croissance. Oui, les solutions politiques s’avèrent souvent décevantes dans la pratique. A lire Olivier Guéniat,[3] membre de la Commission fédérale pour les questions liées aux drogues, on se dit que tout est à ré-inventer à chaque fois ! Affronter les échecs, chercher des pistes d’évolution reste un devoir citoyen qui interpelle chacun d’entre nous.

Dômes de lumière et source de Vie. Tombeaux des saints en islam, photographies de Catherine Touaibi, à Lassalle-Haus, Bad Schönbrunn (Zug), jusqu’au 10 février 2013.

Page 24 sur 30

jesuitesChoisir est une revue culturelle d’information et de réflexion, éditée par les jésuites de Suisse romande depuis 1959 - www.jesuites.ch

jesuitesinternational
Jésuites international est l'organisation caritative des jésuites de Suisse. Elle soutient des projets sociaux et pastoraux dans plus de 50 pays du monde.
Tous les trois mois, certains de ces projets sont présentés dans un supplément de la revue choisir.

Découvrez-les ici.

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL