banner religion 2016
mardi, 01 mars 2022 15:18

Prier pour la paix en Ukraine - même lorsque cela semble inutile!

Écrit par

1 Pexels katieGodowski 11291271Alors que le pape François nous invite toutes et tous, ce mercredi 2 mars 2022, chrétien·ne·s et non chrétien·ne·s, à une journée de jeûne et de prière pour la Paix en Ukraine et partout ailleurs dans le monde, Ashley McKinless a interrogé le Père James Martin sj sur le pouvoir de la prière face à la guerre. Un article paru dans la revue jésuite America, traduit et reproduit avec la permission d'America Media.

Lorsque la nouvelle de l'invasion de l'Ukraine par la Russie est tombée ce dernier mercredi de février, j'étais en train de parcourir Twitter. Ce qui n'était qu'une activité mécanique s'est soudain transformée en une quête frénétique de détails et d'informations sur l’évolution des événements. Au milieu des nouvelles et des commentaires -des vidéos montrant un journaliste de CNN enfilant une tenue de protection tandis que les explosions secouaient Kiev, ou celles de politiques cherchant une cible habituelle à blâmer pour un conflit qui se déroule à plusieurs milliers de kilomètres de chez eux-, les prières s'intercalaient.

«Je prie sincèrement pour qu'aucun sang ne soit versé et que, s'il devait en être ainsi, l'intervention éventuelle de notre pays n'aggrave pas la situation», écrivait Elizabeth Bruenig, rédactrice à The Atlantic, dans un tweet. J'ai cliqué sur le bouton J'aime.

«Notre Dame, Reine de la Paix, priez pour nous», partageait l'écrivaine catholique Shannon Last. Émoji cœur.

J'ai aimé une capture d'écran du président Joe Biden priant pour le peuple d'Ukraine, et un appel d'un prêtre jésuite exhortant les catholiques à «continuer les messes.»

Je me suis alors posé la même question que je me pose toujours devant une tragédie qui se joue en temps réel sur Twitter:

Que suis-je en train de faire? Est-ce que le fait d'aimer un tweet compte comme une prière?

Je suis allé me coucher et j'ai récité un Je vous salue Marie. Mais cela aussi m'a paru bien futile face à la menace non voilée de guerre nucléaire proférée par Vladimir Poutine contre quiconque oserait venir défendre les civils ukrainiens innocents.

Tout cela n'est bien sûr pas un problème nouveau. Après chaque fusillade de masse aux États-Unis, il y a celles et ceux qui prient pour les victimes et pour des lois «raisonnables» sur les armes à feu, et celles et ceux qui tournent en dérision les témoignages de “solidarité et les prières“. Ces prières, toutefois, peuvent aller de pair avec le soutien au contrôle universel des armes à feu. Tout comme il est possible de prier face au changement climatique tout en adaptant son mode de vie pour réduire notre empreinte carbone.

«Dans le cas de l'Ukraine, la plupart des Américains sont incapables d'influencer le président Poutine ou le déroulement de la guerre. Les prières sont donc vraiment tout ce qu'il leur reste.»

Mais qu’engendrent-elles concrètement? Que suis-je censée dire ou ressentir lorsque je prie pour l'Ukraine? S'agit-il de convaincre Dieu d'intervenir ou simplement d'adoucir mon propre cœur pour pouvoir souffrir aux côtés de nos frères et sœurs ukrainiens?

Pour obtenir des réponses à ces questions, je me suis tournée vers mon collègue du magazine jésuite America, le Père James Martin sj qui est non seulement l'auteur de l'ouvrage Learning to Pray mais aussi mon accompagnateur spirituel qui, ces huit dernières années, m'a aidée à gérer mes (nombreuses) insécurités concernant ma vie de prière.

AM (Ashley McKinless): Pourquoi les catholiques devraient-ils prier pour la paix en Ukraine?

James Martin sj: «Tout d'abord, la paix est quelque chose que Jésus désire. L'une des phrases les plus fréquentes de son ministère public est "Que la paix soit avec vous". En réalité, c'est la première chose que le Christ ressuscité dit à ses disciples après la Résurrection. Vous remarquerez qu'il ne dit pas: "Croyez que rien n'est impossible à Dieu" ou "Le Père m'a fait revenir d'entre les morts" ni même "J'ai vaincu la mort", même si tout cela est vrai; il choisit la simplicité: "Que la paix soit avec vous." Le Christ désirait la paix pour ses disciples et désire la paix pour chacun et chacune d'entre nous. Le Christ désire également l'unité. "Que tous soient un", prie-t-il ailleurs dans les Évangiles. La paix et l'unité sont donc au cœur du message chrétien. Nous devrions prier Dieu de nous aider à instaurer cette paix, en particulier dans des régions déchirées par la guerre comme l'Ukraine.»

«Nous devrions prier Dieu de nous aider à instaurer cette paix, en particulier dans des régions déchirées par la guerre comme l'Ukraine.»

Les prières ont-elles pour but de demander à Dieu de modifier le cours des événements? De convertir nos propres cœurs à la paix? Ou quelque chose d'autre?

«C'est une question épineuse. D'une part, il y a la notion classique que Dieu est immuable et inaltérable, et donc que ce que Dieu veut faire, Dieu le fera. Dans cette perspective, nous ne pouvons pas faire grand-chose pour l’influencer. D'autre part, il y a la notion tout aussi importante que Dieu répond aux besoins et aux désirs des hommes.
»Face à ces deux approches, je crois que la meilleure image de Dieu reste Jésus, qui est bien sûr l'Incarnation de Dieu. En Jésus, nous voyons un Dieu qui cherche inlassablement à se rapprocher de nous, à tel point qu'il devient l'un d'entre nous. Et dans les Évangiles, Jésus nous demande de nommer nos désirs. Rappelez-vous de l'histoire de Bartimée, le mendiant aveugle, à qui il demande: "Que veux-tu que je fasse pour toi?" Ainsi, Dieu souhaite savoir ce que nous voulons.
»Je suis convaincu que Dieu entend nos prières et nous répond, même si parfois la réponse ne se traduit pas par un revirement soudain des événements mais par une transformation de nos propres cœurs: il les adoucit et éveille en nous un sentiment de compassion, voire une colère légitime face à l'injustice. Donc je pense que Dieu agit et nous pousse à agir.»

Que faire si je n'entends ou ne ressens rien en réponse à mes prières?

«C’est une autre question délicate. Et il faut avouer que cela arrive plus fréquemment que nous le souhaiterions. J'en parle abondamment dans mon livre Learning to Pray (Apprendre à prier). Il existe de nombreuses réponses aux prières non exaucées: Dieu nous met à l'épreuve; Dieu nous offre quelque chose d'autre ou de “meilleur“ (comme la patience); Dieu nous répond d'une manière qui nous est invisible; etc. Mais aucune de ces réponses ne peut satisfaire une personne confrontée à une profonde souffrance. En d'autres termes, vous ne pouvez pas dire aux parents d'un enfant atteint d'un cancer: “Dieu vous offre quelque chose de meilleur.“
»Pour ma part, je pense que c'est une invitation à croire en un Dieu que nous ne comprenons pas. La relation est plus importante que les résultats. Alors encore une fois, la question suivante se pose: pouvez-vous croire en un Dieu si mystérieux?»

Priereukraine

Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui a l'impression que ses prières pour la paix sont futiles?

«Tout d'abord, de se rappeler que Dieu est un mystère et que nous ne savons pas comment les prières "fonctionnent" exactement. En d'autres termes, Dieu n'est pas un distributeur de chewing-gums cosmiques dans lequel on "insère" une prière pour obtenir en échange d'une réponse enrobée de sucre. Dieu est un mystère qui nous dépassera toujours. Cela ne signifie pas que Dieu ne s'intéresse pas à nos vies. Les Chrétiens ne croient pas en un Dieu aristotélicien distant en tant que "Pensée pensante". Non, Dieu nous aime tellement qu'il est devenu l'un de nous, en Jésus-Christ. Et qu'il a accepté de mourir pour nous.
Quelle “preuve“ supplémentaire pourrions-nous avoir du désir de Dieu d'être proche de nous?
»Nous n'obtiendrons peut-être pas tout de suite ce que nous demandons, en l'occurrence la paix, mais nous devons être confiants que Dieu est à l'œuvre dans le monde et que nos prières sont entendues. Ces jours-ci, je prie avec ferveur pour la paix, notamment en Ukraine. Comment ces prières seront-elles exaucées? Peut-être par le fait que Dieu ouvre les cœurs et fait évoluer les pensées vers des voies de paix, d’harmonie et de réconciliation. Peut-être en éveillant en nous une intense sentiment de compassion pour les victimes de la guerre. Peut-être en nous remplissant d'indignation face aux souffrances causées par la guerre.
»Rappelez-vous que l'une des façons dont Dieu “agit“, est en exhortant les cœurs à l'action. Comment Dieu pourrait-il agir autrement dans le monde?»

Est-ce que vous priez sur Twitter? Quel en est l'intérêt?

«Il m'arrive d'écrire des prières et de les publier sur Twitter. J'espère que cela aide certaines personnes à se concentrer sur leurs prières et à prier ensemble, même s'il existe de nombreux autres endroits où prier. Ce matin, j'ai été très ému en voyant sur Twitter des images d'une femme ukrainienne obligée de quitter sa maison et qui déclarait, en larmes: "Nous devons quitter nos maisons! Qu'est-ce qui se passe?" L'expression de son visage, la pensée que cette femme âgée doive fuir par un froid glacial m'ont poussé à prier. On peut donc dire que Twitter m'a poussé à prier.»

Quelle est votre prière pour l'Ukraine?

«La paix, la paix, la paix. Et soyons honnêtes: nous prions pour que le cœur de Vladimir Poutine soit touché afin qu'il puisse réaliser la souffrance immense qu'il engendre. Il est chrétien, apparemment. Je prie pour qu'il comprenne que Jésus-Christ désire la paix.»

Lu 274 fois

Dernier de America, the editors

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Solitude

Le doute spirituel est bien plus qu’une simple interrogation, car il affecte «ce que nous croyons que nous sommes censés croire». L’éclairage de Bruno Fuglistaller sj, accompagnateur spirituel.