bandeau art philo
mardi, 09 février 2021 09:09

Le corset catholique

Écrit par

Le réalisateur lucernois Jörg Huwyler © DRMontré en première mondiale au dernier Festival de Soleure, le documentaire Le corset catholique ou le laborieux chemin vers le droit de vote des femmes raconte l’émancipation des femmes dans le milieu catholique-conservateur de Suisse centrale des années 1970. Jörg Huwyler, qui signe avec Beat Bieri ce long-métrage documentaire, revient sur les premières réactions suite à sa diffusion et sur le rôle joué par la religion dans la résistance à l’émancipation des femmes.

Le film se concentre sur les derniers bastions cantonaux de résistance au droit de vote des femmes, après leur accession fédérale à l’égalité politique, le 7 février 1971. Tourné dans les cantons d’Uri, Schwytz et Obwald, qui n’avaient pas pu se résoudre à franchir le pas, le film interroge des avocates, des politiciennes et des syndicalistes et dévoile l’impact qu’a eu sur elles ce milieu catholique-conservateur de Suisse centrale.

Comment votre film a-t-il été reçu?

Jörg Huwyler: Le sujet est assez explosif, pour ainsi dire, puisqu’il s’agit de considérer le catholicisme comme une cause qui a contribué à la résistance à l’émancipation des femmes. On s’attendait à des réactions négative, mais les nombreuses réactions ont été presque exclusivement positives.

À quoi les attribuez-vous?

Je pense qu’on les doit surtout à nos protagonistes qui sont très crédibles, et dont les biographies ressemblent beaucoup, comme nous l’ont confirmé de nombreuses femmes, à leur propre biographie. Je souligne que nous n’avions pas l’intention de faire un bashing (ndlr, dénigrement) de l’Église catholique dans le film. On a par exemple souligné les mérites de l’Église catholique, surtout en matière d’éducation. Le problème, là, c’est que durant une longue période, l’éducation était réservée aux garçons, surtout au niveau secondaire. Au fil du tournage et des discussions avec les protagonistes, nous avons ainsi pris conscience que les femmes catholiques suisses étaient entravées dans leur émancipation de trois manières: non seulement en politique, mais aussi dans l’éducation et la distribution et la pilule contraceptive. Selon Judith Stamm, une pionnière du suffrage féminin en Suisse alémanique, ces trois domaines sont les piliers les plus importants de cette émancipation féminine.

Les Églises assignaient aux femmes un seul rôle: Kinder, Kirche, Küche. Qu’en pensez-vous?

Dans notre film, l’historienne Elisabeth Jorris dit que pour l’Église catholique, l’homme a toujours été le chef de la famille. Voilà l’origine du rôle de la femme dans les domaines des enfants et de la cuisine. Notre examen du matériel d’archives dans lequel les hommes s’expriment à ce sujet montre très clairement cette attitude. Un opposant masculin au suffrage féminin disait par exemple: «La femme est très chère en tant que mère et en cuisine, mais je ne la vois pas en politique…»

Dans quelle mesure l’influence catholique est-elle en partie responsable de la résistance à l’émancipation sociale des femmes?

Je crois que deux éléments ont été décisifs. Il y a d’une part l’image des femmes, selon l’exemple ou l’image de la Vierge Marie, qui assignait aux femmes un rôle de servante, un rôle humble. D’autre part, il y avait l’ordre naturel ou divin, qui voit l’homme comme chef de la famille ou de la communauté.

Vous interrogez dans ce film Rose-Marie Köppel, qui était secrétaire de l’Alliance contre le droit de vote des femmes. Comment était motivé leur refus?

Leur opposition n’était pas motivée par la religion mais par des raisons politiques et idéologiques. C’était en première ligne des femmes des classes supérieures qui faisaient partie de cette Alliance, dont beaucoup étaient bien instruites. Elles craignaient surtout que les familles soient perturbées si les femmes devenaient elles aussi actives en politique. Et surtout, elles craignaient un glissement, un déplacement vers la gauche, due à cette participation politique des femmes.

J’aimerais revenir sur cette image de la Vierge Marie, très vénérée par les catholiques. Quel rôle a joué selon vous l’image de la femme que véhicule cette figure religieuse?

Surtout en Suisse centrale, il y a eu et il existe toujours une forte dévotion à la Sainte Vierge. On le voit par exemple à Einsiedeln, qui est un important lieu de pèlerinage. C’est une dévotion à une femme servante du Seigneur. Et avec cette vénération ou cette attitude, on acceptait également que la femme passe au second plan par rapport à l’homme. Comme le soulignait l’historienne Elisabeth Joris, la femme devait se consacrer à la communauté, sans penser à son ego.

Dans votre film, Elisabeth Joris rappelle qu’en 1968, le pape Paul VI a interdit la pilule aux femmes catholiques. Mais elles ne l’ont pas écouté. Ce moment marque-t-il une rupture entre l’Église catholique et les femmes?

Oui, il semble que c’était un tournant, puisque le pouvoir du Vatican s’effritait désormais également en Suisse centrale. Là aussi, les femmes ont utilisé la pilule, même si elles devaient se déplacer à Zurich ou à Bâle ou à Berne pour y obtenir une ordonnance. La baisse du taux de natalité en Suisse centrale en est une autre preuve. Elisabeth Joris précise que les médecins, à l’époque, étaient prêts à prescrire la pilule aux femmes qui avaient déjà deux ou trois enfants, mais ils rechignaient à le faire pour les femmes qui étaient enceintes d’un premier enfant.

Quel est votre regard sur les avancées des droits des femmes en 50 ans?

C’est indéniable, de grands progrès ont été réalisés en matière d’égalité des droits, notamment grâce à la nouvelle loi sur le mariage de 1988. Mais toutefois, la grève nationale des femmes de juin 2019 n’est pas le seul signe que l’égalité des sexes dans la société reste un énorme problème.

Est-ce un signe de l’évolution des rapports hommes-femmes que de plus en plus d’hommes réalisateurs s’emparent de thématiques comme celle du droit de vote des femmes ou de l’égalité entre hommes et femmes?

Absolument. J’ai aussi tourné avec Beat Bieri, le coréalisateur de ce documentaire, un autre film sur mai 1968 en Suisse centrale, il y a deux ans. Et là, beaucoup de femmes ont réagi en nous demandant où se trouvaient les protagonistes féminines. Et on a dû leur répondre qu’il n’y en avait pas… En 1968, c’était les hommes qui étaient au premier rang. Et c’est leur réaction qui nous a incité à tourner Le corset catholique, avec presque exclusivement des protagonistes féminines.

Le corset catholique sera disponible dans sa version française dès le mois de mars sur la nouvelle plateforme de streaming suisse playsuisse.ch

Lu 159 fois
Plus dans cette catégorie : « Cinéma mon amour Le FIFDH se réinvente »

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL