bandeau art philo

Patrick Bittar

jeudi, 16 avril 2015 15:58

Dramatiques pétrins

Ana Arabia, de Amos Gitai
Gemma Bovery, d’Anne Fontaine

Dans la brumeAttention : découverte d'un cinéaste exceptionnel ! Sergei Loznitsa, réalisateur ukrainien né en Biélorussie, a présenté en 2012 à Cannes Dans la brume, son deuxième long-métrage.

mercredi, 21 janvier 2015 01:00

Les sommets du 7e art

Héroïne à part entière ou simple objet de décor, la montagne inspire le cinéma occidental depuis le début du XXe siècle. Les festivals qui lui sont consacrés sont nombreux, tel celui des Diablerets en Suisse, qui proposera en août sa 45e édition. Quelques films marquants revisités.

mercredi, 14 janvier 2015 01:00

Monde pour petits, tout petit monde

Le promeneur d'oiseau, de Philippe Muyl
May in the Summer, de Cherien Dabis

J'ai été voir Le promeneur d'oiseau en famille, et j'ai eu l'impression inédite que nous formions un échantillon parfait de public-cible. Cette production franco-chinoise peut toucher bon nombre de familles citadines privilégiées, dont les enfants sont menacés par le syndrome « I » (Ipad /Ipod/ Iphone), caractérisé par un manque de contact et d'intérêt pour le réel en général et pour la nature en particulier. Plus globalement, le film colle à l'air du temps de nos sociétés post-modernes, où les familles ont tendance à « produire » des enfants-rois.

OphulsAvec Joan Fontaine et Louis Jourdan. Au programme lundi 12 janvier sur Arte, à 20h50.

« C'était le plus important de mes films, et il est raté », dit Ophüls à son producteur John Houseman, une nuit de déprime, vers la fin de tournage. Ce n'était probablement qu'un petit coup de fatigue...
Ophüls, c'est « stylé » (comme disent les djeunes), c'est classe, c'est l'élégance même.
Les ombres portées sur les murs ; les plans-séquences invisibles ; les noirs magnifiques (le directeur de la photographie : Franz Planer, l'un des meilleurs de l'époque, fera notamment Breakfast at Tiffany's 13 ans plus tard) ; les mouvements de caméra complexes et fluides ; les décors où sont pensés la moindre bougie dans un coin, les reflets sur les boutons d'un siège (le directeur artistique, Alexander Golitzen, l'un des plus raffinés du studio Universal, a travaillé avec Hitchcock, Lubitsch, Lang, Welles -Touch of Evil- et sur neuf films avec Sirk)...

Pour en savoir plus sur ce grand classique, retrouvez Les petits carnes d'un cinéphile de votre chroniqueur cinéma !

Page 11 sur 18