bandeau art philo

Patrick Bittar

vendredi, 19 septembre 2014 09:55

Déterminations

Ida, de Pawel Pawlikowski

The Dallas Buyers Club, de Jean-Marc Vallée

Anna, orpheline élevée dans un couvent en Pologne, est sur le point de prononcer ses vœux définitifs quand la supérieure lui enjoint de rendre au préalable visite à sa tante. La jeune novice se rend donc en ville chez cette Wanda qu'elle ne connaît pas, la seule famille qui lui reste.

lundi, 18 août 2014 11:20

Version soft, version hard

Yves Saint Laurent, de Jalil Lespert

A Touch of Sin, de Jia Zhangke

Yves Saint Laurent est une biographie servie par deux pensionnaires de la Comédie française : Pierre Niney (LOL), qui interprète avec beaucoup de sensibilité le rôle-titre, et Guillaume Gallienne (Les Garçons et Guillaume, à table), qui incarne son associé et amant, Pierre Bergé.

jeudi, 03 juillet 2014 15:01

Exclusion et fraternité

Rêves d'or, de Diego Quemada-Diez

Zulu, de Jérôme Salle

Découvrir un film d'un réalisateur qui nous est inconnu, c'est faire une rencontre ; une brève rencontre dont on peut sortir bouleversé si le film rejoint, par des voies mystérieuses, notre sensibilité en profondeur. C'est ce qui m'est arrivé en voyant Rêves d'or, le premier long-métrage de l'Hispano- Américain Diego Quemada-Diez. Par son sujet éprouvant - la migration d'un groupe d'adolescents d'Amérique centrale vers l'Eldorado étasunien - La Jaula de Oro rappelle d'autres films récents, comme Los Salvajes (in choisir, avril 2013) ou Sin Nombre (2009) ; mais il s'en distingue par son humanité, sa poésie, sa délicatesse.

mercredi, 04 juin 2014 17:17

Immersions. En milieux inconnus !

Gravity, d'Alfonso Cuaròn
Quai d'Orsay, de Bertrand Tavernier

Pour sa première expédition à bord d'une navette spatiale, Ryan Stone (Sandra Bullock) accompagne l'astronaute chevronné Matt Kowalsky (George Clooney) qui effectue son dernier vol avant la retraite. Mais alors qu'il s'agit apparemment d'une banale sortie dans l'espace, une catastrophe se produit.

jeudi, 08 mai 2014 11:08

Minimaliste ou creux ?

Ilo, Ilo, d'Anthony Chen

The Way, d'Emilio Estevez

Envie d'un film sans sexe ni violence, sans choc ni esbroufe ? Allez voir Ilo Ilo, du Singapourien Anthony Chen. Pas étonnant qu'au festival de Cannes ce film humble et délibérément simple ait séduit Agnès Varda[1], qui présidait le jury de la Caméra d'Or, un prix récompensant le meilleur premier film toutes sections confondues.

Page 13 sur 18