bandeau art philo
lundi, 16 mai 2022 12:11

La nature pour outil de création

Écrit par

Interférences, 2015 (herbe, cire, bois), oeuvre monumentale qui fait référence à un phénomène physique optique, Pologne © Miroslaw Maszlanko Artiste de Land art, né en 1963 en Pologne et y vivant encore, Miroslaw Maszlanko est diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie. Depuis 1991, il participe à de nombreuses expositions personnelles et collectives: au Centre d’art contemporain de Varsovie et de Kiev, à l’Institut de la culture polonaise de Budapest et dans différentes galeries de Pologne.

Roseaux, brins d’herbe et tiges de bois, cire, feuilles, fleurs, écorces sont parmi ses matériaux de création. Miroslaw Maszlanko installe, le plus souvent in situ, des formes poétiques qui dialoguent avec leur environnement. Un monde énigmatique et organique d’une beauté magnétique et réconfortante.

Le Land art ou art de la terre, c’est l’art d’exprimer des émotions, de créer des dialogues, de métamorphoser une beauté naturelle en une rêverie éphémère. Ce mouvement artistique qui colle si bien à notre époque est né vers la fin des années 1960. Dès les années 1970, des noms se distinguent comme celui du britannique Andy Goldsworthy.

Dans son travail, le polonais Mirosław Maszlanko crée des installations ar­tis­­tiques modernes et néan­moins étroitement liées au monde traditionnel dont il est originaire. Ce monde de la campagne qui a laissé une empreinte indélébile sur sa perception de la réalité et imprègne encore sa conscience. «Trois éléments composent mes réalisations: la lumière, l’espace et la matière. Mes sculptures, installations et for­mes spatiales sont faites de matériaux naturels dont j’utilise les propriétés pour atteindre l’expression artistique. Mes œuvres, éphémères, sont étroitement liées à l’espace dans lequel elles sont créées», commente l’artiste.

«Ce qui m’intéresse dans le processus de création, c’est la réalisation de l’œuvre, le travail artisanal, ‹à la main›, si cher aux communautés ru­ra­­les. C’est la Beauté comme concept philosophique, comme rencontre non verbale, mystérieuse, intime, per­sonnelle et en même temps no­tre expérience commune.»

Retrouvez les travaux de
Miroslaw Maszlanko sur Facebook @mirosław maszlanko

Lu 376 fois
Plus dans cette catégorie : « Croyances brutes