bandeau art philo

Pierre Emonet sj

mardi, 28 décembre 2021 09:51

Le nom, c’est la personne

Montage inspiré du peintre Magritte  © Tommaso Lizzul/Adobe StockIl est beaucoup question du nom dans ce numéro. Le sujet ne mérite-t-il pas un début de réflexion au mo­ment où les notions de paternité et de filiation sont modifiées et la personne détachée de son identité individuelle? Le nom tire de l’anonymat la personne qui le porte, pour la faire exister ou mourir au regard des autres et lui assigner une place dans la société et dans l’histoire. Privé de nom, un être n’existe plus, il devient invisible.
Ulysse le rusé avait bien compris que, pour échapper au cyclope, il lui fallait disparaître en se débarrassant de son nom (G. Morin). Les diaboliques organisateurs des camps d’extermination avaient retenu la leçon. En dépouillant leurs victimes de leur nom pour les réduire à des matricu­les, ils les assassinaient avant même de les enfermer dans les chambres à gaz.

ValadierPaul Valadier
Ce qui nous fait tenir en temps d’incertitude
L’espérance vive
Paris, Mame 2021, 140 p.

Si, selon Kant, l’espérance est la clé de voûte qui soutient la condition humaine, ce petit traité philosophico-théologique arrive à point nommé au moment où une génération, fatiguée par une pandémie qui lui vole sa belle assurance de maîtriser le monde, commence à douter d’elle-même.

jeudi, 16 septembre 2021 16:20

Vernissage de "Le choix", enfin!

Vernissage de "Le choix - Recueil de nouvelles de jeunes talent", 15 septembre 2021. Pierre Emonet sj, directeur de la revue, félicite les jeunes écrivains. © Revuechoisir/CélineFossatiLe vernissage de Le choix - Recueil de nouvelles de jeunes talents a enfin eu lieu mercredi 15 septembre, au Café Slatkine! Cette rencontre privilégiée entre les jeunes auteur.e.s de l’ouvrage, les membres du jury, les éditeurs et bien sûr tous nos invités était attendue depuis longtemps. Repoussé du fait du coronavirus, le rendez-vous n’en a été que plus beau. Lauréate du concours pour sa nouvelle Lignine, Fanny Desarzens, s’est vu remettre à cette occasion un prix généreusement offert par la Fondation Jan Michalski.

mardi, 25 mai 2021 10:17

Le Moyen Âge avant l’aube

RochMartin Roch
Le Moyen Âge avant l’aube
Témoins et acteurs d’un monde en mutation
Bruyères-le-Châtel, Nouvelle Cité 2018, 320 p.

L’auteur, professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Genève, scrute une période qui a la réputation d’être particulièrement sombre, celle qui s’étend entre l’Antiquité et le Moyen Âge central, entre le Ve et le Xe siècle. Tout commence par le déclin d’une civilisation et la disparition de l’État romain, qui laisse la place aux royaumes barbares qui, non dépourvus d’une certaine rigueur et loin d’entraîner la destruction de l’Occident, ont donné naissance à de nouvelles entités politiques et sociales.

Bibliothèque de la Fondation Jan Michalski  © Leo FabrizioLe confinement a été bénéfique pour l’activité littéraire. En dépit de la fermeture des librairies, la demande de livres a été particulièrement forte et les éditeurs croulent sous les manuscrits. La littérature a donc permis aux uns d’échapper à l’enfermement, et à d’autres de se donner l’impression d’exister dans le désert social de la pandémie. Si la vraie liberté se trouve là où le moi perd ses limites et ses contraintes, le confinement lui a offert un biotope favorable, et l’œuvre littéraire lui a ouvert le chemin d’un monde plus essentiel que celui dans lequel les mesures sanitaires le séquestraient. Lire pour sortir de l’enfermement, écrire pour repousser les barreaux d’une prison.

Page 1 sur 19

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.