banner politique 2016
mardi, 10 décembre 2019 09:39

Un RBI au Valais?

Écrit par

Capture décran 2019 12 10 à 10.04.28Le collectif BIEN-Valais a pour objectif l’introduction du Revenu de Base inconditionnel dans la nouvelle Constitution du Canton du Valais. Il a lancé le 1er décembre 2019 une proposition collective en forme de pétition adressée à l’Assemblée constituante valaisanne pour lui demander cette introduction. Le RBI remplacerait le filet social actuel. Un changement de paradigme largement débattu en Europe et où la Suisse fait figure de pionnière. Il consiste à redistribuer une part de la richesse produite à l’ensemble de sa population sous la forme d’une rente mensuelle, «suffisante pour permettre une vie digne et allouée au niveau individuel», expliquent les pétitionnaires.
Le montant du RBI doit permettre la couverture des besoins fondamentaux: nourriture, habillement, logement, assurance-maladie et participation à la vie sociale. «Dans la plupart des cas, il ne représente pas un revenu supplémentaire, affirme le collectif, mais remplace et sécurise cette part de revenu indispensable. Son financement est dès lors garanti parce qu’il ne représente pas une charge supplémentaire pour l’économie.»

En novembre 2013, une initiative similaire avait été déposée au niveau fédéral, mais avait été largement rejetée lors des votations populaires de juin 2016. Dans un article intitulé Une utopie? Le revenu de base inconditionnel, l'économiste jésuite Étienne Perrot revenait sur l'histoire de cette idée, soutenue par des gens d'origines idéologiques diverses, tant des libéraux que des socialistes. «Outre les simplifications administratives attendues et le dégonflement d'une bureaucratie d’État, le RBI présente d'emblée un triple avantage, expliquait-il: éviter les effets de seuil qui conduisent certains bénéficiaires des prestations sociales à refuser un travail pour ne pas perdre leurs prestations; économiser les contrôles administratifs douteux qui stigmatisent, au point de conduire certains ayants-droit à ne pas tenter les démarches administratives indispensables; permettre à chacun de négocier dans une meilleure position son contrat de travail s'il désire travailler.» Cependant, si «les expériences les plus proches du RBI sont de bon augure, elles ne peuvent pas être généralisées sans précaution, pour une durée indéterminée, à l'ensemble d'un pays industrialisé comme la Suisse. Car inévitables, quoique difficilement calculables, sont les effets systémiques.»

Dans ce contexte, on peut en déduire que la proposition de Bien-Valais permettrait d'expérimenter, dans un cadre plus restreint, et donc plus contrôlable, les bienfaits et les risques de ce nouveau système social. «Il ne s’agit aujourd’hui que d‘adopter le principe du RBI dans la nouvelle Constitution du canton. Sa mise en pratique sera le fruit d’études et d’un long processus politique», déclare le collectif. Reste à savoir si les Valaisans accepteront de se lancer dans l’aventure et et de devenir ainsi un canton-référence pour le reste de la Suisse.

Lu 298 fois
Plus dans cette catégorie : « Elections fédérales, qui vote pour qui