banner societe 2016

Nathalie Dassa

dimanche, 08 août 2021 09:39

L’univers enchanteur de Carole B. Perret

Sans titre, © Carole B. PerretDepuis trente ans, les peintures de cette ancienne graphiste, originaire de Berne, explorent le monde de l'imaginaire dans lequel des nonnes fougueuses, audacieuses et pleines de vie réalisent leurs vœux les plus extravagants, avec humour et impertinence. Un univers chamarré, issu de l'art naïf et des primitifs modernes, qui rompt avec les principes culpabilisants de la religion judéo-chrétienne. Carole B. Perret, désormais installée en France, fait valser ses jolies dévotes en maniant avec dextérité la technique moyenâgeuse de la tempera, pratiquée à l’époque du Quattrocento. Rencontre.

Sabine Weiss © Peter AdamsLa photographe d’origine valaisanne Sabine Weiss est décédée mardi 28 décembre à l’âge de 97 ans. Reconnue et honorée comme la dernière représentante de l’école humaniste française, elle avait couvert tous les champs possibles de la photographie dont elle avait fait un art de vivre. Nathalie Dassa l'avait rencontrée il y a quelques mois pour choisir. Notre revue a en outre édité dans son n°702 de janvier 2022 un portefolio présentant quelques-unes de ses œuvres, un hommage qui résonne aujourd'hui comme un merci.

Portrait Sylvie Fleury © Photographes Rico et MickaelElle s’est imposée sur la scène artistique dès sa première exposition au début des années 1990 par son regard irrévérencieux, pop et glamour. Ses Shopping bags ont jeté les bases de son œuvre, transposant l’univers du luxe, de la mode et de la beauté dans le champ de l’art. Depuis trente ans, la Genevoise Sylvie Fleury explore son identité sociale et culturelle, joue avec les couleurs, les matières et les médiums, glisse du féminin dans les pratiques masculines, en détournant et customisant les objets fétiches pour sonder les désirs et les dérives consuméristes. Retour sur le parcours et l’œuvre polymorphe et fantaisiste de cette plasticienne prolifique qui affiche son goût de l’artifice, pas si artificiel, par son féminisme libre et spirituel, drôle et provocant.

vendredi, 12 février 2021 11:30

Marthe Gosteli, figure du féminisme suisse

Marthe Gosteli en 1992 devant les archives © Elsbeth Boss/Fondation Gosteli Elle fut l’une des plus influentes activistes pour les droits des femmes et de l’égalité des sexes, jouant un rôle certain dans l’introduction du suffrage féminin au niveau fédéral, le 7 février 1971. La Suisse célébrant le cinquantième anniversaire de l’obtention des droits de vote et d’éligibilité des femmes, le moment est propice pour remettre en lumière la lutte exemplaire de la Bernoise Marthe Gosteli. Cette véritable icône, décédée à l’âge de 99 ans en 2017, a œuvré toute sa vie pour permettre aux générations futures d’écrire leur histoire et de préserver la mémoire de ces luttes, puisqu'elle fut la créatrice de la précieuse Fondation Gosteli qui regroupe les archives historiques du mouvement des femmes en Suisse. Hommage.

Sophie Hunger © Jerome WitzEn près de quinze ans, l’auteure-compositrice-interprète, venue des contrées helvétiques, a trouvé la reconnaissance internationale, bravant avec maestria les étiquettes de son pedigree. En septembre 2020, elle a marqué son retour avec un septième album, Halluzinationen, entièrement enregistré en live dans les studios mythiques d’Abbey Road. Moment idoine, en cette période de fêtes de fin d’année, pour une immersion sonore et musicale dans le parcours et la discographie composite de cette artiste multi-instrumentiste, inspirée et inspirante, aventureuse et audacieuse.

Page 2 sur 4

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Comment notre cerveau dépouille-t-il les ondes sonores et quels impacts ont-elles sur nous? D’où viennent les hallucinations auditives? Des réponses avec la neuroscientifique Valentina Mancini.


Michel Gounot Godong

Les victimes du trafic d'humains forment une chaîne d'invisibles qu'il importe de reconnaitre et de protéger. Un article du cardinal Czerny sj, préfet ad interim du Dicastère pour le service du développement intégral.