bandeau actu2
mardi, 30 septembre 2014 10:34

Des prêtres heureux !

Écrit par

 

Voici quelques années, la célèbre publication américaine Forbes offrait à ses lecteurs des statistiques sur les métiers les plus épanouissants. On y découvre, avec surprise, que le « métier » de prêtre est celui qui rend les hommes le plus heureux, suivi du métier de pompier...

Une enquête menée en France - plus récemment (2006) - par l'Association protection sociale et caisse des Cultes, décrivait bien différemment la situation actuelle des prêtres. Bon nombre d'entre eux exprimaient des sentiments de surcharge, de surmenage, de découragement, voire de déprime. Les raisons majeures de ce malaise étaient énumérées : un plus grand nombre de paroisses à prendre en charge, une multiplicité accrue de demandes des fidèles quant à la préparation et à l'administration des sacrements, une impression de dispersion, des interrogations sur la relève à assurer en tenant compte de l'âge moyen du clergé, la communication avec les collègues, avec l'autorité du diocèse, etc.

Le titre accrocheur du numéro de choisir, ce mois-ci encore, permettra à chaque lecteur de se demander calmement ce que deviennent les prêtres par les temps qui courent... En fait, le clergé est-il plus « stressé » que les cadres, que les couples, que les familles ? Les prêtres que nous rencontrons et que nous connaissons sont-ils heureux ?

Demander à un religieux d'introduire les articles qui sont proposés dans cette livraison relève du défi ! En effet, comment un religieux peut-il sérieusement évoquer la vie quotidienne d'un prêtre de paroisse, à moins d'être lui-même responsable d'une communauté paroissiale ? Ce défi mérite toutefois d'être atténué dans la mesure où, il y a quelques mois et à la demande de l'évêque auxiliaire de Genève, des entretiens ont été conduits auprès de prêtres du canton de Genève par des consultants, en l'occurrence un laïc et un religieux ! Les rencontres duraient environ deux heures et portaient sur des questions pour le moins fondamentales, comme celles-ci : qu'est-ce qui vous fait vivre comme prêtre à Genève ? quels sont vos engagements, vos priorités ? quelles sont les difficultés personnelles que vous rencontrez ? Une démarche analogue était entreprise simultanément par deux laïcs auprès des agents pastoraux du Vicariat.

Dans la continuité de ces dialogues, les lignes de force de ces rencontres ont été communiquées à l'ensemble de ceux qui avaient accepté de témoigner. Le compte-rendu oral de ces entretiens, dans le respect de la confidentialité, a fortement mis en lumière l'impressionnante vague de bonheur intime qui émanait des participants. Un constat étonnant : la plupart d'entre eux se révélaient des messagers de bonheur ! Le point focal d'une telle approche régionale - le canton de Genève - confirmerait donc agréablement l'affirmation de la revue Forbes : des prêtres heureux existent parmi nous ! En fait, ce qui est le plus clair et le plus bouleversant se résume aux deux profondes convictions qu'ils vivent : un lien personnel au Christ ressuscité (« Il est au cœur de ma vie ! ») et un vif attachement à l'Eglise (« C'est le peuple de Dieu et j'aime ce peuple »).

A l'évidence, un tel écho positif, voire trop bienveillant, sinon naïf selon certains, ne nuit en rien à une imposante et perspicace lucidité sur les difficultés de leur ministère, à commencer par la solitude des uns et des autres qui s'enracine dans le poids du travail apostolique, ceci dans des réseaux de critiques, de rivalités sous-jacentes. N'empêche que ces enquêtes mettent en relief que les prêtres heureux sont, le plus souvent, ceux qui sont passés de « l'être en charge » d'une communauté paroissiale à une collaboration fraternelle, un « être avec » des hommes et des femmes qui sont mis, ou se mettent, sur leur route, non pas institutionnelle, mais évangélique. Les prêtres heureux sont ceux qui, attentifs à la vie des gens, se découvrent, avec l'Esprit saint et leurs paroissiens, d'humbles défricheurs de l'avenir. Voilà leur bonheur ! Leur tâche n'est pas leur propriété... C'est dire que le pape François comprend bien ce que de nombreux prêtres éprouvent et qu'il en parle à merveille !

 

Lu 29769 fois
Plus dans cette catégorie : « Face à la famille Guerre juste ? »