bandeau actu2
jeudi, 01 septembre 2016 14:33

Du neuf et du vieux

Écrit par

Il est passé le temps des idées trop claires et distinctes, lorsqu’il suffisait de se tourner vers une autorité civile ou religieuse pour s’enquérir de ce qui est permis ou défendu, et s’exécuter en toute raideur au mépris des situations concrètes. Aujourd’hui, les normes générales et les règlements ne parviennent plus à baliser une route certaine. Plus que jamais, chacun est renvoyé à sa propre décision. Qui veut respecter le droit doit être capable d’aller au-delà, en conscience, à la lumière de ses propres idéaux.

Il faut du flair pour trouver son propre chemin, un tact affiné capable de repérer ce qui est bon, constructif et ce qui relève d’apparents profits. Formés à l’école des Exercices et du discernement, les jésuites se sont toujours efforcés de transmettre cette sagesse à ceux et celles qui, dans un environnement culturel déconcertant, cherchent à avancer sur le chemin de la justice et de la vérité en toute indépendance d’appartenance religieuse, philosophique ou politique.

Malgré l’érosion de la presse écrite et la disparition progressive des revues «papier» au profit du numérique, choisir veut rester une alternative aux multiples informations et échanges fractionnés que chacun peut trouver sur le web, en ordre plus ou moins dispersé. En proposant des dossiers sur les questions essentielles qui agitent l’opinion publique, en donnant la parole à des spécialistes, à des témoins engagés, à des artistes, nous ne prétendons pas tracer la route, mais stimuler une réflexion et apporter une aide pour faciliter des choix personnels et libres.

Deux thèmes ont retenu notre attention pour ce premier numéro trimestriel : la notion de Dieu et le statut des animaux. Qu’il s’agisse des affrontements qui déchirent la planète, de la recherche et des progrès des sciences physiques, des relations entre la religion et le politique, chaque fois Dieu est appelé à la barre pour se justifier ou être condamné. En Occident du moins, les idéologies se relayent pour accuser ou défendre : théologiens, historiens des religions, écrivains, physiciens, psychanalystes discutent et se disputent. Quant aux animaux, leur statut est en train de changer. Une meilleure compréhension de leur place dans l’évolution créatrice lie leur destin à celui des hommes, en interdisant de leur attribuer une valeur purement utilitaire. Théologiens, philosophes, juristes ou simples consommateurs s’entendent aujourd’hui pour leur reconnaître des droits, que l’étroitesse cartésienne leur avait longtemps refusés.

Refusant aussi bien la rigidité d’une pensée unique repliée sur elle-même que le snobisme des lobbys à la mode, choisir reste une revue culturelle d’inspiration chrétienne, œcuménique, ouverte au dialogue et à l’écart de toute étroitesse confessionnelle. Nous sommes convaincus que la seule manière de progresser dans la compréhension du monde et des cultures est de reconnaître et d’accepter la part de vérité que recèle chaque être, quel qu’il soit, même le plus éloigné.

Lu 5877 fois
Plus dans cette catégorie : « L’apôtre des apôtres Papillons de nuit »