bandeau actu2
jeudi, 31 mars 2022 08:00

Au-delà des apparences

Écrit par

invisible © NeagoneFo/ShutterstockDès les premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, les appels à la prière se sont multipliés. Sidérés, fracassés par notre impuissance, nous avons été nombreux à nous tourner vers Dieu, l’invoquant pour le rétablissement de la paix, pour la conversion des agresseurs, pour la protection et la consolation des civils et militaires plongés dans le chaos. Avec, pour les chrétiens, un motif supplémentaire, le début de la guerre correspondant, à peu de choses près, au temps du Carême (catholique et protestant d’abord, puis orthodoxe). Une période de purification et d’approfondissement de la foi, tendue vers l’espérance de la Résurrection, lors de laquelle le fossé entre le monde matériel et temporel, et celui de l’invisible spirituel se réduit.

Ni la sécularisation ni la rationalisation ni le matérialisme ambiant ne semblent parvenir à étouffer l’appel existentiel à «regarder» au-delà de nos frontières. C’est particulièrement flagrant lors de crises profon­des, quand la vanité et la fragilité de notre monde sont mises en évidence avec cette nouvelle guerre européenne, ou face à la maladie et la mort.

Ce numéro de choisir explore des lieux de jonction entre les réalités visibles et cachées. «Expérienceurs» de mort imminente (P. Thellier), guérisseurs soignant grâce au «secret» (C. Fossati), médiums clairvoyants ou clairaudiants (A. Powell) communiquant avec les disparus pourront paraître farfelus -voire pire- aux yeux de certains. Tout comme la croyance en la puissance de la prière. Force est d’admettre pourtant que ni les sciences physiques ni les scien­ces psychologiques et sociales ne nient les effets tangibles -et souvent positifs- découlant de ces expériences. «Je peux témoigner que les expérienceurs, comme les miraculés que j’ai connus, irradient dans la plupart des cas une grande paix», écrit P. Theillier, ancien responsable du Bureau des constatations médicales du sanctuaire de Lourdes.

Cette paix n’est pas fermeture sur soi, mais appel à la compassion et à la justice, nous disent Jésus et les grandes figures spirituelles. Les magnifiques et multiples gestes de solidarité, très vite posés aussi, envers la population ukrainienne ont été ressentis comme un vibrant et réconfortant oui à la vie. Notre deuxième dossier invite à porter ce oui vers notre entourage plus immédiat, en regardant ceux qui sont «transparents» à nos yeux. Ceux qui sont «invisibles malgré eux, qui subissent l’indifférence, qui ont l’impression de ne pas être vus, donc de ne pas exister» (H. Boulouiz), qu’ils soient malades (L. Bittar), pauvres (F. Boulé), clandestins ou qu’ils se sentent tout simplement «trop petits» pour avoir le droit de capter la lumière. 

Pour découvrir le sommaire du numéro 703. À commander auprès de

En janvier 2018, notre revue consacrait un autre dossier à l'Invisible et au désir existentiel de "regarder" au delà du monde matériel  et visible. Découvrir le sommaire du n° 686

Lu 137 fois
Plus dans cette catégorie : « Le nom, c’est la personne

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL