bandeau actu2
mardi, 28 décembre 2021 09:51

Le nom, c’est la personne

Écrit par

Montage inspiré du peintre Magritte  © Tommaso Lizzul/Adobe StockIl est beaucoup question du nom dans ce numéro. Le sujet ne mérite-t-il pas un début de réflexion au mo­ment où les notions de paternité et de filiation sont modifiées et la personne détachée de son identité individuelle? Le nom tire de l’anonymat la personne qui le porte, pour la faire exister ou mourir au regard des autres et lui assigner une place dans la société et dans l’histoire. Privé de nom, un être n’existe plus, il devient invisible.
Ulysse le rusé avait bien compris que, pour échapper au cyclope, il lui fallait disparaître en se débarrassant de son nom (G. Morin). Les diaboliques organisateurs des camps d’extermination avaient retenu la leçon. En dépouillant leurs victimes de leur nom pour les réduire à des matricu­les, ils les assassinaient avant même de les enfermer dans les chambres à gaz.

À sa naissance, le nouveau-né trouve dans son berceau un patronyme qui l’inscrit dans l’espace et le temps. Fruit d’une lignée, chacun apporte avec lui une histoire tissée de figures plus ou moins honorables. Le Christ lui-même n’y a pas échappé. Les évangiles le situent dans le droit fil d’une longue généalogie mouvementée où alternent ombres et lumières. Quant au Dieu inconnu, puis­qu’il est invisible, son nom est imprononçable (J.-B. Livio sj).

Des nouvelles notions juridiques de paternité et de filiation modifient le paysage. Même s’il est le fruit d’un désir, l’enfant né hors sol, sans autre ascendance qu’une éprouvette ou un utérus de location, n’est plus l’incarnation d’une lignée inscrite dans l’histoire mais le début d’une aventure individuelle. Faut-il s’étonner dès lors si l’attribution d’un nom de famille fait débat (M. Baddeley et L. Bittar)?

Et il y a les prénoms (Fr.-X. Amherdt). Porteurs de tendresse, de souvenirs, de souhaits, ils révèlent surtout les désirs et les ambitions de ceux qui l’imposent. Les chrétiens plaçaient leur progéniture dans le sillage des saints et des saintes. D’autres, dans le souvenir d’un ancêtre aimé ou célèbre. L’admiration de ses parents pour un héros ou un champion qu’il n’a pas connu accompagnera parfois le nouveau-né tout au long de son existence, sans parler des héros de bandes dessinées, des acteurs et des actrices.

Restent les titres qui si souvent l’emportent sur le nom: Monseigneur, Monsieur le président, le conseiller, le directeur général, le professeur, le colonel, l’abbé, le docteur, et tant d’autres habits de sortie. Si le nom fait exister une personne, le titre la dissimule derrière un personnage qui tient son rôle sur le théâtre du monde: existence précaire et menacée! 

Le sommaire de l'édition de janvier 2022, n°702, est à découvrir ici.

Lu 283 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL