bandeau actu2
vendredi, 06 juillet 2007 02:00

Le silence n'est pas muet

Écrit par

Paradoxe ! Une revue dont la vocation est de parler se met à faire l'apologie du silence et vous offre des pages pleines de considérations contre le bruit. Comme si nous confessions qu'il y aurait mieux à faire - se taire - que d'éditer mois après mois des pages pleines de propos estimés utiles et dignes d'être publiés ! Mais il y a silence et? silence, un bon et un coupable.

Le silence consiste moins à ne pas parler qu'à se taire pour écouter. Silence qui ouvre la frontière du propre ego, pour laisser venir jusqu'à soi la parole ailée porteuse d'une présence. Celle de l'hôte intérieur d'abord, qui parle au coeur et dit ces choses essentielles qui font vivre et maintiennent toujours tendu l'arc de la vie. Propos incommunicables, dont toute personne avec une once de sagesse ne saurait se passer sous peine d'aliénation. Voix discrète, qui ne crie pas, à peine perceptible, vite étouffée par le chahut des passions et le brouhaha extérieur. Se taire pour n'être que soi-même et renoncer à jouer un personnage sur le théâtre du monde. Car si la parole est l'organe de l'acteur, elle est le déguisement derrière lequel il se cache, le temps de jouer un personnage fictif. Le Christ se tait devant Hérode, qui cherche à l'enfermer dans son rôle de thaumaturge ; il se tait devant Pilate, le pouvoir politique, qui tente de l'intimider. Silence fort qui tient en échec les gesticulations du satrape et désarme les menaces du politicien : ils attendaient un personnage, une personne se dresse devant eux dans son authenticité et sa liberté.

Et puis, se taire aussi pour écouter l'autre, lui permettre d'exister et d'occuper sa place. Silence qui favorise le dialogue et rend possible l'échange, cette mutuelle fécondation des idées, indispensable aliment de la réflexion, du progrès de la pensée et du comportement, si étrangers pour ceux qui se contentent de vivre par procuration au rythme de musiques, de chants, de bruits sans contenu, étourdissants comme une drogue.

Mais tout silence n'est pas d'or. Peu s'en faut. Il est même des silences coupables. Celui des chiens muets, du veilleur enfermé dans sa tour d'ivoire, qui se tait et ne dénonce pas, des pleutres qui n'ont rien entendu parce qu'ils ne veulent pas d'histoires. Courtisans serviles, carriéristes alignés, pharisiens légalistes, responsables timorés, pantins dans la cour des grands, à chacun son silence. Silence diplomatique des chancelleries, silence combinard des politiciens, silence dévot de Tartuffe, silence conformiste des médias, silences troublés par le cri des pauvres et des petits, les gémissements de la nature dévastée, la détresse des victimes des modes et de l'argent facile, la supplication de ceux et celles qui plient sous des jougs intolérables.

Si certains silences du passé rattrapent l'Eglise, si des clercs, plus friands de promotion que de justice, se taisent, il ne manque pas, aujourd'hui, d'hommes et de femmes qui, inspirés par leur foi, parlent haut et fort pour protester et condamner l'injustice et le mensonge, à l'extérieur comme à l'intérieur des Eglises, sans se laisser intimider par le dogmatisme et les menaces de ceux qui détiennent le pouvoir. On cite volontiers les plus célèbres, Mgr Romero, Helder Camara, Martin Luther King, Dorothee Sölle, Pedro Arrupe, Samuel Ruiz, l'abbé Pierre, Desmond Tutu, Pius Ncube, l'âme de la résistance contre le président Mugabe, les théologiens de la libération, les moines de Tibhirine, les 47 jésuites assassinés entre 1973 et 2006. Derrière eux, se dressent un peu partout des chrétiens, évêques, prêtres, laïques, tous grades confondus, qui, avec courage et liberté, parlent au nom des sans-voix. La guerre en Irak, les dictatures de droite et de gauche, le néolibéralisme, l'économie de marché, la folie consumériste, les structures d'injustice, l'exclusion sociale, les réfugiés, la situation de la femme, l'exploitation des enfants, les magouilles des chefs d'Etats véreux sont dénoncés sans répit et portés devant Dieu par la prière des contemplatifs.

Face au raidissement dogmatique qui les inquiète et au retour d'un cléricalisme plus prompt à brandir le droit canon que l'Evangile, nombreux sont ceux et celles qui se demandent où se cache aujourd'hui l'Eglise de Jésus-Christ. Qu'ils regardent au-delà des murs des sacristies vers le vaste monde ! Ils découvriront un peuple de prophètes, qui sauvent l'honneur du christianisme en recueillant avec courage et liberté l'héritage du prophète de Nazareth. Ils trouveront la vraie Eglise et ils ne désespéreront plus de l'Evangile.

Lu 18999 fois