bandeau art philo
jeudi, 31 octobre 2019 13:07

L’invention chrétienne du sionisme

Écrit par

PousJacques Pous
L’invention chrétienne du sionisme
De Calvin à Balfour
Paris, L’Harmattan 2018, 512 p.

Le titre de cet ouvrage décrit parfaitement son contenu. Il s’agit pour l’auteur de montrer comment «la Terre promise d’abord, la Terre sainte ensuite ont évacué la Palestine». «Le projet sioniste, nous dit-il, s’est édifié sur une série de mythes fondateurs dont la fonction, comme pour tous les nationalismes, était de structurer une identité nationale. Des mythes qui ont eu d’autant plus d’impact qu’ils étaient non seulement ceux du monde juif, mais aussi, et surtout, ceux du monde chrétien (...) Le sionisme comme toute idéologie n’est pas l’invention d’un seul homme; il est l’invention d’une époque. Il est apparu dans le cadre d’une réflexion théologique développée avec la Réforme (...) Décrire sa généalogie idéologique sera donc l’un des objectifs de cette étude.»

Par une approche très maïeutique, où l’on reconnaît le philosophe et le voyageur en plus de l’historien, l’auteur guide son lecteur à travers le temps et l’espace. On ne se perd pas dans le dédale. La première partie traite de la mise en place de trois inventions, toutes trois chrétiennes, en autant de mythes fondateurs: ceux d’Eretz Israël en tant que terre sans peuple, du sionisme (dans sa forme calviniste et évangélique) et d’une nation juive. La deuxième partie, Le sionisme comme projet colonial, décrit méticuleusement les origines religieuses et géopolitiques d’une des idéologies qui aura le plus marqué l’histoire récente, ainsi que l’élaboration de la Déclaration Balfour et du mandat britannique sur la Palestine.

L’histoire est habituellement écrite par les vainqueurs. L’auteur offre ici un autre son de cloche: «En deux siècles, le passage d’un rêve mystico-théologique à un projet colonial s’était réalisé.» Il arrête son exposition au commencement de la période mandataire britannique sur la Palestine. À la fin de son ouvrage toutefois, il entrouvre la fenêtre sur l’implacable suite logique de l’histoire, en citant entre autres Golda Meir, une fondatrice de l’État d’Israël, alors qu’elle s’exprimait peu après une foudroyante conquête territoriale de celui-ci en 1967: «Ils n’existaient pas.» Ces gens qu’elle ne pouvait nommer, puisqu’ils n’existaient pas, ce sont les Palestiniens.

Une large étude, indispensable à ceux qu’intéresse l’histoire de l’Europe et du Proche-Orient ou celle des religions et des idéologies.

Lu 193 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.