bandeau art philo
mardi, 25 mai 2021 09:54

M, le bord de l’abîme

Écrit par

MinierBernard Minier
M, le bord de l’abîme
Paris, XO 2019, 576 p.

L’intelligence artificielle (IA) fascine et inquiète, non sans raisons. Elle est au cœur de ce thriller noir, dont la trame de facture classique -deux policiers se lancent sur les traces d’un assassin en série pervers sévissant à Hong Kong- sert de prétexte, comme dans la plupart des bons polars, à la peinture d’un monde sombre.

En l’occurrence, celui d’une ville tentaculaire et chaotique, soumise à la loi des triades et d’un système politico-économique corrompu au-dessus duquel plane l’ombre de la Chine, mais surtout des déviances favorisées par l’IA. Il ne s’agit pas d’une dystopie, signale l’avertissement en début d’ouvrage, «les applications et dispositifs que vous découvrirez ici sont déjà mis en œuvre dans de nombreux pays».
Moïra, une jeune Française, est engagée par Ming, une multinationale chinoise des hautes technologies, soumise à des règles de sécurité et de secret extrêmement strictes. C’est que la jeune femme doit participer à la création d’un chatbot, un programme d’IA qui devrait apporter à ses utilisateurs toutes les réponses à leurs questions et les aider constamment à décider. C’est là que cela se corse… Intrusif et addictif, ce chatbot porte le «joli» nom de DEUS et nécessite évidemment une immense base de données (Big Data).
L’auteur s’est longuement documenté avant d’écrire ce récit riche en informations et en mises en garde à propos des risques liés à l’évolution du numérique. Il joue avec intelligence sur nos peurs du Big Brother et pose cette question essentielle: jusqu’où sommes-nous prêts à abandonner notre vie privée, et surtout notre libre-arbitre, entre les mains de quelques géants du numérique et leurs clients … pas toujours bien intentionnés?

Lu 480 fois