bandeau art philo

Joseph Hug sj

jeudi, 06 décembre 2007 01:00

La question de Palestine

La Conférence d'Annapolis sur le Proche-Orient s'est tenue du 26 au 28 novembre 2007. L'internationalisation des participants n'a fait que répondre à celle, de toujours, du conflit israélo-palestinien. Une interminable histoire, relatée en plus de deux mille pages dans un ouvrage majeur sur la question de la naissance et l'évolution des mouvements sioniste et arabe qui ont marqué les Etats voisins et les pays occidentaux.
lundi, 06 mars 2006 01:00

Une histoire en mouvement

sans couverture 1J. Alberto Soggin, Histoire d'Israël et de Juda. Introduction à l'histoire d'Israël et de Juda, des origines à la révolte de Bar Kokhba, Lessius, Bruxelles 2004, 518 p.

samedi, 06 mai 2000 02:00

L'antijudaïsme du Nouveau Testament

Les images poignantes du pape Jean Paul II à Jérusalem, au mémorial de Yad Vashem et plus encore au Mur des Lamentations, permettent de mesurer le chemin parcouru en une ou deux générations entre chrétiens et juifs. Déjà le geste de Jean XXIII ordonnant, en 1960, d'ôter de la liturgie du Vendredi Saint un terme désuet, offensant pour les juifs, puis, plus encore, le texte du concile Vatican II, en 1965, soulignant que «tous les juifs» ne sont pas responsables de la mort de Jésus, ont ouvert à un nouveau type de relations entre le judaïsme et l'Eglise catholique. En même temps, de nombreux historiens d'origine chrétienne ont montré que, très tôt, dès les IIIe et IVe siècles, des hommes d'Eglise et de gouvernement ont divulgué un enseignement du mépris à l'égard du judaïsme, favorisant ainsi, à certaines époques, des mesures vexatoires et des crimes très nombreux. Mais revoir l'histoire chrétienne et la tradition ne suffit pas. Il faut remonter en amont. Depuis une dizaine d'années, les exégètes chrétiens «revisitent» aussi sous cet angle les assises mêmes de la «maison chrétienne », à savoir le Nouveau Testament.
jeudi, 06 septembre 2001 02:00

La source perdue des Evangiles

Les Evangiles constituent nos principales sources concernant les paroles ainsi que les faits et gestes de Jésus de Nazareth. Or les trois Evangiles synoptiques (Matthieu, Marc et Luc) remontent aux années 60 et 70 du Ier siècle de notre ère, tandis que celui de Jean se situe, pour sa rédaction ultime, autour des années 95. Il y a donc un large espace entre la mort de Jésus et la rédaction du plus ancien Evangile, celui de Marc.Très récemment, une équipe internationale d'exégètes a estimé avoir reconstitué la «source perdue des Evangiles», appelée encore «source Q» ou «source des logia».
Page 8 sur 10