lundi, 30 septembre 2019 12:00

Laboratoire de la Vie

Écrit par

AmazonieArt mural à Salvador de Bahia (Brésil) © Philippe Lissac/GodongSynode sur l’Amazonie, forêts en feu, politique anti-indigènes du président brésilien Jair Bolsonaro. Depuis l’été, cette région du monde enflamme les esprits, au vu de son importance écologique pour la survie de l’humanité. Forts de ce motif, d’aucuns, comme le président français Emmanuel Macron, appellent à donner à l’Amazonie un statut international -et tant pis pour les États concernés- dans la droite ligne du droit d’ingérence humanitaire régulièrement brandi. Aussi séduisante qu’elle puisse paraître face à l’urgence climatique, l’idée relève d’une nouvelle forme de colonialisme et ne fait qu’apporter de l’eau aux moulins des nationalistes.


L’appel pour la vie du pape François est d’une toute autre profondeur. C’est à une conversion, dans la droite ligne de Laudato si, qu’il invite l’Église et les sociétés. Notre vision utilitariste et matérialiste du monde nous conduit dans le mur, insiste-t-il régulièrement. Il est temps d’apprendre des peuples indigènes, dont les cultures en danger, inopportunément considérées comme inférieures aux nôtres, proposent une vision de la nature holistique et recèlent des connaissances pointues sur le biotope des forêts tropicales.

Conciliant le temps du Synode avec celui du Mois missionnaire extraordinaire, François convoque les chrétiens, notamment occidentaux, à faire preuve de moins d’arrogance spirituelle, à oublier les dogmes, pour se mettre à l’écoute des peuples autochtones qui n’ont eu de cesse, depuis la Conquista, de résister à nos modes de vie et de chercher à se faire entendre, notamment auprès des Nations Unies (avec l’aide précieuse de Genève). Il s’agit, enfin, après un temps de discernement commun, de chercher des solutions d’avenir pour tous, porteuses de « bonne vie », sur les plans de la foi et de l’environnement. On est loin ici du prosélytisme qui a entaché l’histoire de la mission.

Le discours a de la peine à passer. C’est s’attaquer à de gros intérêts économiques, et surtout remettre en question notre notion du progrès. C’est, dans l’Église, faire fi des enjeux de pouvoir et du cléricalisme, pour revenir à la mission de disciple proposée par le Christ : construire une Église universelle portée par les communautés locales, avec une préférence pour les pauvres. Les détracteurs du processus proposé par François feraient donc bien de se poser cette question : une Nouvelle peut-elle être Bonne si elle amène ses messagers à nier ce qui constitue en profondeur une personne, sa culture et sa façon de vivre la foi ?  


Découvrez l'édition de choisir d'octobre 2019, n° 693, et ses deux dossiers sur l'Amazonie et les missions: Amazonie, clé de l'humanité et Les passeurs de la foi. À commander auprès de .

Lu 354 fois

Amazonie, de l’audace SVP!

gr Martinez Puerto Maldonado Aguirre © Jean-Claude Gerez

Notre société occidentale est incapable de concevoir qu’il existe des manières de vivre autres que la sienne… Nous pensons que les peuples indigènes pourront exister dans notre culture du ciment, mais nous nous trompons. »

Une interview de Mgr David Martínez de Aguirre


Les femmes, avenir de l’Église

Soeur Rose Mary © Jean-Claude Gerez

En Amazonie, face à l’avancée des évangéliques, l’Église catholique s’appuie sur les laïcs, en particulier sur les femmes, pour reconquérir les fidèles. C'est même grâce aux femmes que l’Église reste vivante dans la région.

Un reportage de Jean-Claude Gérez


Découvrez
nos dernières éditions

choisir 692 revue culturelle choisir 691 revue culturelle
choisir 690 revue culturelle choisir 689 revue culturelle
choisir 688 revue culturelle choisir 687 revue culturelle