banner politique 2016

Lucienne Bittar

Serait-ce une gageure, à l'ombre de la guerre du Golfe, que de prôner le dialogue entre chrétiens et musulmans? Au contraire, les derniers événements montrent qu'il est plus nécessaire que jamais de comprendre le Moyen-Orient si l'on veut porter un regard pertinent sur l'actualité. D'autant plus que l'islam et le monde arabe sont moins éloignés

lundi, 06 octobre 2003 02:00

Société de l'information

Depuis la guerre du Golfe, il n'est plus besoin de le démontrer : détenir l'information et les moyens de la diffuser, la manipuler en fonction de ses besoins, c'est posséder le pouvoir. A ceux qui en doutaient encore, la deuxième guerre contre l'Irak est venue ôter toute illusion. Elle est aussi venue rappeler que l'information et la communication sont des enjeux internationaux majeurs, qui nécessitent une régulation politique. Le Sommet mondial des Nations Unies sur la société de l'information offre aux Etats, aux entreprises privées et à la société civile l'opportunité de s'engager dans cette voie.
Israël et l'Autorité palestinienne sont dirigés par deux personnalités très fortes, troubles, Ariel Sharon et Yasser Arafat, qui s'enfoncent chaque jour un peu plus dans une logique meurtrière. Il y a trois mois, on comptait quotidiennement les morts par unité ; aujourd'hui, c'est par dizaine. La machine s'est emballée. Norbert Apter tente d'expliquer pourquoi il est presque impossible aux deux leaders de faire autrement et pourquoi il est si difficile aux artisans de paix de se faire entendre en période de guerre.
Le conflit israélo-arabe, chaque jour, prend un tour plus dramatique. Des deux côtés des barrages, les partisans de la paix semblent ne plus avoir voix au chapitre. Les actes de guerre supplantent tout débat politique. Pourtant, le gouvernement d'Ariel Sharon est fortement déstabilisé et des factions palestiniennes s'opposent à Yasser Arafat. Derrière ces soubresauts sanglants, se cache de part et d'autre une quête identitaire autour de la notion d'Etat souverain. L'avis de Jean-Bernard Livio, bibliste et grand connaisseur de la région, qui s'est rendu sur place en février.
jeudi, 06 septembre 2007 02:00

Un cap, des passages

Page 25 sur 26