banner religion 2016
mardi, 31 mai 2016 14:59

Le soufisme contre le radicalisme islamique

Écrit par

Le premier Congrès international soufi a été consacré à la lutte contre le radicalisme religieux. Sous le thème: "La référence Mohamédienne dans le traitement des questions et des défis de l'heure" quelque 120 oulémas de 50 pays se sont retrouvés trois jours durant à Mostaganem, au nord-ouest de l’Algérie, ont rapporté Radio France internationale (RFI) et l’Agence de presse algérienne (APS). Objectif: créer une instance mondiale du soufisme pour contrecarrer le salafisme ou radicalisme musulman. Il y a "urgence (pour l’islam soufiste) à s'organiser pour combattre le radicalisme, et ceux qui répondent à l'appel au jihad", a déclaré à l’APS, l’un des organisateurs des assises, Mahmioud Omar Chaalal, président de l'Union nationale des mosquées algériennes.


Une instance internationale
Cette future structure devrait aussi regrouper le monde musulman sunnite sous la bannière du soufisme en tant que force spirituelle, sociale et économique, prônant une vision authentique et un traitement contemporain de l’islam. Elle servirait également de porte-parole des principes soufis dans les sphères spirituelles, sociales et économiques internationales. L'organisation sera fondée sur les principes de la référence du prophète Mohamet, basés sur la fraternité, l'unité et un islam de tolérance où se retrouve la nation musulmane, loin de tout conflit intellectuel et idéologique.
Au cours de leurs travaux, les participants ont discuté, entre autres sujets, de la référence Mohamédienne, des institutions spirituelles et des relations internationales dans cette référence, ainsi que de Mostaganem comme haut lieu du soufisme. Ils ont également suivi des exposés sur le sens de la référence Mohamédienne, les enjeux futurs, le Fiqh (principe du droit islamique) de la paix sociale et les écoles de l'islam et du soufisme.
"Il n'y a pas une coordination entre les soufis. Chacun se contente de ce qui se passe au niveau de sa communauté", a déploré, pour sa part, l'imam Mahamadou Moussa Diallo, porte-parole de la communauté soufie au Mali,au micro de RFI. "(..) Tous ceux qui prônent un islam violent sont des intégristes. Il est difficile pour un salafiste de cohabiter avec un autre", a-t-il ajouté, soulignant la nécessité pour les soufistes, de "se donner la main, parce que nous sommes dans un monde qui a besoin de la paix".
A la veille du congrès, Mohamed Aïssa, a déclaré à plusieurs reprises qu’il y avait maintenant une "vraie prise de conscience du fait que les soufis doivent s'organiser". "Il s'agit de l'Afrique, mais c’est pareil en Europe et en France. Il y a un rassemblement des soufis de France", a-t-il fait remarquer, avant de poursuivre: "Depuis un an, on a vu plusieurs initiatives intersoufies ou interconfrériques. Tous ces milieux spirituels soufis, d'un monde musulman à échelle plus large, ont conscience qu'ils doivent sortir. Ils doivent descendre dans l'arène".


Version mystique de l'islam
Le soufisme est le mysticisme de l’islam. Comme tel, il a la particularité d’exister aussi bien dans l’islam sunnite que dans l’islam chiite. Décrire le soufisme est une tâche redoutable. Comme tout mysticisme, il est avant tout une recherche de Dieu et son expression peut prendre des formes très différentes. D’autre part, par ses aspects ésotériques, il présente des pratiques secrètes, des rites d’initiation, eux aussi variables selon les maîtres qui l’enseignent. Bien que le soufisme se veuille rigoureusement musulman, l’Islam traditionnel, sunnite et chiite, considère le soufisme avec la plus grande méfiance.
En outre le soufisme n’a aucune unité. Chaque maître se constitue une cohorte de disciples attirés par la réputation de son enseignement. Tout au plus, ces maîtres déclarent se rattacher à une "confrérie", elle-même fondée par un célèbre soufi des siècles passés ; personne ne vérifie une quelconque orthodoxie de l’enseignement donné, du moment qu’il se réfère à l’Islam.( Source: Michel Malherbes, Les Religions de l’Humanité, Ed. Critérion. )


Par Ibrahima Cisse, correspondant d'Apic en Afrique

Lu 1175 fois