banner religion 2016
jeudi, 15 juin 2017 12:32

Migrations forcés, le HCR salue le travail des Eglises

Écrit par

PalermeÀ quelques jours de la Journée des réfugiés du 17 juin, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a salué le rôle de sensibilisation joué par les communautés religieuses face aux drames des migrations forcées. L’agence onusienne appelle à la mobilisation de toute la société pour que cette tragédie ne soit pas oubliée. Julia Dao, responsable de la communication pour le Bureau suisse du HCR, a expliqué à cath.ch que l’organisation internationale basée à Genève s’efforce de communiquer régulièrement sur la situation en Méditerranée. «Nos informations sont souvent reprises par les médias suisses et européens, ce que nous saluons. La couverture peut certes sembler moindre qu’au cours des années précédentes, où l’opinion a pris conscience de l’ampleur de la situation, mais le thème n’a pas pour autant disparu des préoccupations du public.» (Découvrez l'interview d'Anja Klug, directrice du Bureau suisse du HCR, dans la revue choisir n° 683, à commander auprès de la rédaction.)

 

Julia Dao souligne à ce titre le rôle important joué par la société civile et les communautés religieuses face à la migration. Elle mentionne en particulier l’assistance directe apportée par ces dernières, notamment au niveau de l’intégration locale des demandeurs d’asile et réfugiés. Elles offrent également, à travers des manifestations, la possibilité aux citoyens de s’engager et de montrer leur solidarité à l’égard des populations concernées. C’est le cas du Sabbat et du Dimanche des réfugiés, qui se dérouleront respectivement les 17 et 18 juin prochains. Un événement auquel participent la Conférence des évêques suisses (CES), la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), de l’Église catholique chrétienne de la Suisse et de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI).

À cette occasion, les organisations religieuses invitent à prier, à créer des ponts, à oser la rencontre avec les migrants, les demandeurs d’asile et les réfugiés. Les œuvres d’entraide de ces organisations ont mis en place, pour ces deux jours, des collectes spécialement destinées à l’aide aux réfugiés. Pour la responsable de communication du HCR en Suisse, les valeurs que diffusent les Églises, d’accueil et de partage, peuvent également avoir un effet positif, « notamment sur la teneur des débats politiques actuels, où le besoin légitime d’assistance que rencontrent les populations déplacées et réfugiées en Suisse doit être rappelé sans relâche ».

Une série de manifestations interreligieuses de solidarité sont prévues dans le cadre de la Journée des réfugiés, le 17 juin, et de la démarche suisse Annoncer la couleur. Le Conseil œcuménique pour les réfugiés dans le canton de Vaud et la Communauté Sant’Egidio se mobilisent à Lausanne sous le slogan Fuir n’est pas un choix. Un cercle de silence, une marche interculturelle sont notamment proposés. Un appel à la prière musulmane sera également lancé sur l’esplanade de la cathédrale. L’édifice accueillera ensuite une prière œcuménique en mémoire des réfugiés morts en mer. La Conférence des Eglises européennes (KEK) qui rassemble 125 Eglises d’Europe, à l’exception de l’Église catholique romaine, a invité les fidèles à prier le 18 juin pour les personnes décédées lors des migrations forcées. La coalition d’Églises exhorte également les États européens à mettre en place des couloirs de passage praticables et sûrs.

Urgence en Méditerranée. Appel pour une solidarité européenne
Dans un commentaire du 11 juin 2017, le Bureau européen du HCR se dit vivement préoccupé par les toutes dernières informations sur les derniers naufrages en Méditerranée. Selon les garde-côtes italiens, huit corps sans vie ont déjà été retrouvés et au moins 52 personnes sont portées disparues après deux tragédies survenues le 10 juin 2017 au large des côtes libyennes, note le HCR dans un communiqué. Cette annonce succède à d’autres tristes décomptes qui, de semaine en semaine, démontrent le drame qui se joue actuellement en mer Méditerranée. Le HCR se félicite des efforts de sauvetage mis en œuvre par les gouvernements européens, les garde-côtes  et les ONG mais il est également profondément attristé par le fait que le bilan ne cesse de s’alourdir. Plus de 1770 personnes auraient déjà trouvé la mort depuis début 2017, lors de leur tentative de rejoindre l’Europe par bateau. L’organisation onusienne déplore que les flux de populations via l’est et l’ouest de l’Afrique vers le Soudan, le Niger et la Libye continuent sans retenue et que les réseaux de passeurs sans scrupule prospèrent.
Pour le HCR, il importe d’offrir une réponse coordonnée au niveau régional. Dans le cadre de son Initiative en Méditerranée centrale, l’organisation propose un plan d’action relatif à la solidarité européenne pour le sauvetage en mer et la protection des réfugiés et migrants. Il recommande à ce titre de mettre en œuvre de nouvelles mesures ou de renforcer les initiatives existantes, tant sur les deux rives de la Méditerranée centrale qu’en collaboration avec les pays de transit et d’origine des populations concernées.
Le HCR réitère également le besoin de développer des voies légales crédibles de migration, afin de faire cesser ces voyages dangereux qui placent des populations déjà vulnérables à la merci des trafiquants et des passeurs. Pour les personnes ayant besoin de protection internationale, les alternatives légales comprennent le regroupement familial, la réinstallation et le programme de relocalisation européen, mais aussi les visas humanitaires, les bourses d’études et les programmes de parrainage privé.
Le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a exprimé le 13 juin 2017, sa déception face aux lenteurs des relocalisations des demandeurs d’asile en Europe. Alors que moins de 20’000 des 160’000 migrants concernés ont été accueillis. Selon l’agence onusienne, il faut également redoubler d’efforts pour répondre aux causes profondes poussant les personnes à rejoindre la Libye, y compris par la résolution des conflits et la réduction de la pauvreté.

 

Lu 128 fois

Dernier de Raphaël Zbinden, cath.ch

Plus dans cette catégorie : « Les religions, responsables de la guerre?