bandeau actu2
mercredi, 15 novembre 2017 11:02

Migrants et accaparement des terres: le cas de l’Afrique

Écrit par

MadagascarL’accaparement des terres au profit d’intérêts économiques et financiers étrangers est un des facteurs majeur de l’émigration des Africains. «Le phénomène des migrants, qui épouvante tant les opinions publiques européennes, est produit par nous-mêmes», a déclaré le Père Domenico Guarino, lors d’une rencontre organisée par les missionnaires comboniens, tenue à Rome le 14 novembre sous le titre L’Afrique contre les fausses nouvelles. Un seul chiffre suffit pour accréditer cette idée: sur 30 millions d’hectares de terres fertiles injustement appropriés dans le monde, près de la moitié se trouvent en Afrique.

Le phénomène des migrations concerne en premier lieu l’Afrique. L’Ouganda a lui seul accueille plus d’un million de réfugiés sud-soudanais. Le nombre des migrants et des personnes à la recherche d’un asile arrivant en Europe représente un pourcentage infime par rapport à celui des Africains qui se déplacent à l’intérieur de leur propre continent. Il s’agit souvent de personnes fuyant des guerres, des changements climatiques ou la spoliation de leurs terres par des multinationales étrangères, a souligné le Père Domenico Guarino. Ce missionnaire combonien s’occupe actuellement des migrants à Palerme. Luciano Ardesi, sociologue et expert en la matière, a expliqué pour sa part que le processus d’accaparement des terres s'est accéléré depuis la crise financière de 2007 qui a poussé les investisseurs internationaux à diversifier leurs investissements, à cause aussi de la demande croissante en denrées alimentaires et suite à l’augmentation de la production de biocarburants.

Le phénomène est difficile à contrôler avec précision, car la majeure partie des contrats entre les gouvernements intéressés et les investisseurs sont couverts par le secret. Certaines données sont cependant connues. Le Mozambique le premier pays africain concerné par le phénomène. Trois millions d’hectares -soit 10% de sa superficie totale- ont été concédés en location à long terme à des multinationales et à des États étrangers. Un seul contrat avec une société des Émirats arabes unis, concernant la concession de 600’000 hectares de terres cultivables, a provoqué le déplacement de 500’000 paysans, qui ont ainsi perdu leur seul moyen de subsistance.

Les principales victimes de la destruction de l’agriculture traditionnelle causée par l’accaparement des terres sont les femmes, car ce sont elles la principale force du travail agricole en Afrique. Cette réalité a des répercussions sur la hausse du trafic d’êtres humains, a rappelé Sœur Gabriella Bottani, religieuse combonienne et coordinatrice de Talitha Kum, un réseau mondial contre le trafic de personnes. Selon certaines estimations, on trouve actuellement dans 69 pays du monde, des Africains victimes de trafiquants (proxénétisme, trafic d’organes, esclavage…).

Un continent pillé
L’Afrique se trouve donc pillée de ses terres, de ses personnes… et de ses richesses naturelles. L’exemple le plus probant est celui de la République démocratique du Congo, véritable coffre-fort de bois, de minéraux stratégiques (cuivre, cobalt, étain, or), de diamants et de pétrole. Ces richesses ne constituent pas une bénédiction pour la population congolaise, mais une malédiction dans la mesure où des intérêts intérieurs et étrangers ont mené à 32 ans de dictature, puis à une profonde instabilité. Le Père Elias Sindjalim, combonien togolais œuvrant en RDC, a souligné que 86% de la population congolaise se trouve au chômage et que ceux qui ont un travail dispose d’un salaire insuffisant (Agence Fides)

Pour approfondir cette question:
La terre, lieu de réconciliation, et Madagascar, la vente des terres des ancêtres, deux articles du pasteur de l’Eglise réformée de Madagascar Daniel Rakotoarivola
et À qui appartient la terre ? Occupation des sols de Mike Deeb op et Philani Mkhize, Pretoria, respectivement secrétaire général et responsable des questions financières de la Commission Justice et Paix Afrique du Sud

Lu 1004 fois

Retrouvez les propos du pape François parus dans choisir, assortis de 11 réactions de spécialistes !

Livre Pape 2

Avec, en exclusivité sur notre site, les propos de Pierre Emonet sj, directeur de choisir, et de Charles Morerod op, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.