bandeau actu2
mardi, 15 avril 2014 11:32

Pâques à Valparaiso

Écrit par

ValparaisoLes désastres se succèdent au Chili. Après le séisme qui a frappé le nord du pays, c'est la ville de Valparaiso, située sur la côte Pacifique au centre du Chili et classée patrimoine mondial de l'humanité, qui a été, le 12 avril, ravagée en partie par un incendie. Le cardinal Ricardo Ezzati, archevêque de Santiago, a lancé un appel à la solidarité : « En cette Pâques, nous nous trouvons face à une immense douleur. Voici quelques semaines, nous avons vu nos frères du nord subir les effets d'un séisme et hier nous avons tous été profondément touchés au cœur en voyant le désastre provoqué par le feu qui a touché de nombreuses familles et a fait plusieurs morts à Valparaiso. Ces deux événements nous invitent à vivre plus intensément Pâques en rendant vivant le mystère pascal dans notre vie par notre solidarité. »
« Il s'agit du pire incendie de l'histoire de la ville », a déclaré pour sa part la présidente chilienne, Michelle Bachelet. L'incendie a détruit en quelques heures environ 800 ha dans la périphérie de Valparaiso, faisant 12 morts, plus de 500 blessés graves, 10 000 évacués et détruisant sur son passage 500 maisons, selon des données provisoires. Malgré le travail de 3500 gardes forestiers, pompiers, agents de police et militaires, l'incendie a duré plus de 24 heures. Valparaiso est une ville construite en partie sur des collines aux flancs abruptes, avec des rues étroites, difficiles d'accès routier, ce qui ne facilite pas le travail des secours.
Le quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso offre un exemple extraordinaire du patrimoine de l'ère industrielle, associé au commerce maritime international de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

jeudi, 10 avril 2014 13:53

Des camps de déplacés en territoire syrien ?

Écrit par

« Le nombre de réfugiés syriens présent sur le territoire libanais a atteint un seuil insoutenable pour le Liban, équivalent à 25 à 30 % de la population présente sur le territoire national. Les puissances mondiales et régionales, au lieu de fournir des armes à ceux qui tuent, devraient concentrer leurs interventions sur cette situation d'urgence », a déclaré à l'Agence Fides le Père Paul Karam, président de la Caritas Liban.

Le Père Karam reprend la proposition lancée par le Patriarche d'Antioche des Maronites, Bechara Boutros Rai, dans ses récentes interventions à Genève. « En Syrie – explique le prêtre maronite – il existe de vastes régions qui ne sont pas intéressées par le conflit où peuvent être installés des camps de réfugiés ou des stations de secours et d'assistance et ce y compris dans la zone frontalière entre le Liban et la Syrie. De la sorte, avec une intervention substantielle de la communauté et des organismes internationaux, pourraient être gérés des processus et des situations d'urgence qui paraissent désormais avoir échappé à tout contrôle ».

Ces jours derniers, les sources officielles de l'ONU ont confirmé que les réfugiés syriens enregistrés au Liban ont dépassé le million de personnes. Selon le Président de la Caritas Liban, les données réelles sont beaucoup plus alarmantes : « Les réfugiés ayant fui la guerre syrienne – indique le Père Karam – sont au moins 1,5 millions auxquels viennent s'ajouter un demi million de réfugiés palestiniens. Pour un petit pays comme le Liban, il s'agit de chiffres intolérables, qui mettent en danger le système social, déjà fragile. La majeure partie des réfugiés sont musulmans, ce qui déstabilise le délicat équilibre démographique libanais. L'impact de ces flux peut être perçu dans la crise économique, le manque de travail, mais aussi dans les écoles, les hôpitaux et au plan de la sécurité. Ces derniers mois, huit arrestations sur huit faites au Liban suite à des actions criminelles concernent des syriens ».

La Caritas prend en charge directement 200.000 réfugiés et en assiste 55.000 au plan médical et sanitaire. « Mais sur les facteurs politiques et géopolitiques qui provoquent la catastrophe humanitaire syrienne, nous ne pouvons pas intervenir. Cela concerne les grands responsables, qui sont tous de manière différente responsables de ce qui se passe actuellement en Syrie » conclut le Père Karam. (Fides)

 

Sans titre1

Daniel Bernard s'interroge ce mois-ci dans l'émission Entre lacs, sur le cheminement qui conduit l'homme à se rapprocher de Dieu en pratiquant la musique. 

Née aux Pays-Bas, au bénéfice d'une virtuosité d'orgue, Florence Kraft-Babel est directrice du Choeur de la cathédrale St-Pierre, haut-lieu de l'Eglise protestante à Genève. Daniel Bernard l'a rencontrée alors qu'elle répétait la Création de Joseph Haydn. Elle a aussi des engagements politiques à Genève, en lien notamment avec la culture. Vous pourrez la voir en concert le 13 avril.

Autre visite, à la paroisse catholique St-Joseph au centre-ville (Eaux-Vives), où l'on accorde une grande importance à la qualité de l'apport musical pour la liturgie : en témoignent l'abbé Pascal Desthieux, curé modérateur, Christophe Allaz, organiste, et l'argentin Juan-Pablo di Pollina, directeur du Choeur paroissial St-Joseph, fondé en 1901. Ce choeur a joué un rôle historique pour la tradition musicale liturgique (pour en savoir plus) et la paroisse vient d'offrir, avec des expressions musicales diverses, la transmission radiodiffusée de ses messes des dimanches de Carême. Il est intéressant de noter qu'à Genève les Eglises ont de longue tradition prêté attention à la musique, considérée comme un chemin vers Dieu.

"Quand la musique mène à Dieu", une émission à écouter le jeudi 10 avril 2014 sur FM 89.2. A podcaster (pour les émissions plus anciennes, s'enregistrer sur le site).

mercredi, 02 avril 2014 11:40

La leçon pascale du bitcoin

Écrit par

Baignée par le soleil d'un printemps précoce qui faisait penser à un jour de Pâque anticipé, une information discrète parut dans les médias people au début du Carême : l'informaticien japonais, en qui des fins limiers avaient cru découvrir l'inventeur du bitcoin,[1] s'est récusé. « Non, prétendait-il, je ne suis pas l'inventeur du bitcoin ! » Le bitcoin reste à ce jour sans paternité, ce qui convient tout-à-fait pour une monnaie virtuelle qui circule sur Internet, entre initiés, depuis bientôt quatre ans. Elle est dite virtuelle car elle n'est gérée par aucune autorité publique. Sa seule limite est la quantité disponible, qui augmente à un rythme connu à l'avance : quelque 12 millions de bitcoins sont actuellement en circulation, l'objectif annoncé étant de 21 millions à l'horizon 2040. Certains Etats, comme l'Allemagne, ont reconnu le bitcoin comme une « monnaie privée », ce qui permet de taxer les plus-values obtenues par la spéculation sur les variations de sa valeur. Le bitcoin, en effet, a un prix qui varie beaucoup : au printemps dernier, il est passé de 20 à 220 dollars en trois mois, pour chuter brutalement à 60 dollars, avant d'osciller aux grés des humeurs du marché.

mercredi, 19 mars 2014 12:37

La pauvreté à Genève, sur Entre Lacs (RCF)

Écrit par

Sans titre1
Il y a de vrais pauvres à Genève !

Daniel Bernard a interviewé Dominique Froidevaux, directeur de Caritas Genève, et Daniel Gosteli, directeur du CARE.
Que fait-on pour venir en aide aux personnes dans la détresse, mais aussi pourquoi dédie-t-on sa vie à l'aide du prochain ? Un voyage au cœur du milieu social genevois.

Une émission du jeudi 13 mars 2014 à podcaster ici sur RCF Haute-Savoie

_________________________

Caritas Genève aux côtés des plus démunis depuis plus de 60 ans

Caritas Genève est une association de droit privé fondée en 1942. Sa principale mission est de lutter contre la pauvreté et l'exclusion en apportant une aide concrète aux personnes en difficulté sans distinction de confession, de nationalité et de statut. Fort de cette expertise, Caritas s'attache à rechercher les causes de la détresse, à les dénoncer et à les combattre.

Les collaborateurs salariés et bénévoles de Caritas s'engagent à respecter et considérer chaque personne reçue, non pas seulement à travers ses difficultés et sa détresse, mais aussi dans sa richesse, en tant que sujet unique, acteur de son propre développement, libre de ses pensées, de ses croyances et de son expression.

Si l'accompagnement individuel et le soutien aux familles demeurent au coeur des préoccupations de Caritas, l'organisation revendique également un rôle d'observateur attentif et critique. Et n'hésite pas à dénoncer, par le biais de prises de position ou d'interpellations, toute décision portant atteinte aux droits fondamentaux des personnes.

http://www.caritasge.ch/

Association Le CARE

Le CARÉ (Caritas Accueil Rencontres Échanges), dispose d'un lieu d'accueil, de rencontres, d'activités et d'échanges, un lieu de socialisation, un lieu de vie intense, un lieu où renaître. Chaleur humaine, participation effective à la vie du groupe et climat de confiance, occupent une place privilégiée dans les moments de vie partagée.

Les personnes accueillies sont de tout âge, hommes et femmes, confrontées à des difficultés diverses, matérielles et affectives, ayant souvent en commun la solitude et l'exclusion, le rejet et la marginalisation, la pauvreté sous des formes multiples.

Outre le fait de partager un repas chaud, le CARÉ, lieu de solidarité et d'entraide, resto du cœur, banque alimentaire, offre également des prestations sanitaires: douches, coiffeur, possibilité de rencontrer des médecins et des infirmières. Il est subventionné par des institutions publiques et privées. Son budget annuel s'élève à près de 1'000.000 de francs et bénéficie d'exonération fiscale en matière de successions et de donations.

http://lecare.ch/

lundi, 03 mars 2014 11:50

Essais cliniques de Roche

Écrit par

Lors de l'Assemblée générale du 4 mars 2014, ACTARES (Actionnariat pour une économie durable) a demandé à l'entreprise suisse Roche plus de transparence pas rapport à ses essais cliniques de médicaments sur des patient(e)s.
Une enquête de l'ONG la Déclaration de Berne de septembre 2013 révèle, en effet, que dans différents pays en développement ou émergents, les droits des patient(e)s n'auraient pas toujours été respectés. C'est en particulier le cas pour des études sous-traitées dans des pays où les acteurs publics ou privés ne satisfont pas aux standards occidentaux.
Il est aussi connu que dans ces pays, il est beaucoup plus facile et plus rapide de trouver le nombre suffisant de personnes pour une étude. Ceci parce que des couches importantes de la population n'ont que très peu accès aux services médicaux. Leur liberté de décision pour participer ou non à une étude clinique est pour cette raison fortement restreinte. Ces personnes doivent bénéficier d'une protection particulière contre les abus.
La réponse de Roche aux questions d'ACTARES s'est cantonnée dans les généralités : les mêmes standards seraient utilisés dans le monde entier. Comment ces standards sont-ils appliqués et contrôlés, et le sont-ils vraiment ? L'opinion publique ne peut pas en juger, car très peu d'informations sont données à ce sujet. Jusqu'à présent, Roche n'a pas fourni de détails sur les cas cités par la Déclaration de Berne.

ACTARES a donc demandé à Roche de prendre ces révélations au sérieux et de réagir à propos de ces cas concrets. Par l'établissement d'un rapport transparent et instructif, les doutes doivent être balayés et la confiance dans un respect des standards les plus exigeants rétablie. En outre, des contrôles systématiques et indépendants sont indispensables.

Pour en savoir plus sur le coût éthique de la délocalisation des essais cliniques sur les humains, vous pouvez commandez la revue choisir de février 2014 (numéro à l'essai). Ecrire ici

lundi, 03 mars 2014 09:58

Familles, oser la confiance

Écrit par

Outre sa fonction affective, la famille est une école de valorisation durable de la personne. « L'histoire d'un homme, écrivait Emmanuel Mounier (1905-1950), c'est l'histoire de son sentiment d'infériorité et de ses recherches pour le résoudre. » Par extension, le philosophe rappelle que « telle est peut-être aussi l'histoire des civilisations » et des familles. Comme dans toutes collectivités, certaines blessures, physiques ou morales, inhibent à tel point la famille que les ruptures deviennent inévitables. Peut-on alors se contenter de constats navrants ? Mounier ajoute, à partir de la notion d'affectivité, qu'il ne s'agit pas essentiellement dans un ménage d'être « heureux » ensemble, mais de trouver la voie pour être « plus ensemble ».

mercredi, 26 février 2014 13:51

Ouganda : une loi homophobe

Écrit par

L'influence en Afrique de certains courants évangéliques extrémistes américains se révèle clairement dangereuse. Le président ougandais a promu le 24 février une loi extrêmement sévère envers les homosexuel(le)s (déjà punis d'emprisonnement à vie). Est désormais interdite toute « promotion » de l'homosexualité. Pire encore, la dénonciation de quiconque s'affiche homosexuel(le) est rendue obligatoire !
Le président Yoweri Museveni, comme du reste une grande partie des sphères du pouvoir politique et économique de son pays, est influencé par des lobbyistes évangéliques venus en mai 2009 en Ouganda, pour donner une série de conférences. Parmi eux, Scott Lively, l'auteur d'un livre intitulé « L'homosexualité dans le parti nazi », où il affirme qu'Hitler et ses acolytes étaient tous gays. Scott Lively est poursuivi aux Etats-Unis depuis août 2013 pour crime contre l'humanité, en raison de son activisme en Ouganda. La plainte a été déposée par l'ONG Sexual Minorities Uganda (SMU), soutenue dans son combat par le Center for Constitutional Rights basé à New York.
Pour le sociologue Philippe Gonzalez, auteur de « Que ton règne vienne. Des évangéliques tentés par le pouvoir absolu » (Labor et Fides, 2014), il faut voir derrière cette bataille contre l'homosexualité, une guerre culturelle que mènent ces évangéliques très politisés. Interrogé par Jol Press, il explique : « Ce combat porte sur la préservation de la morale chrétienne. Puisque les évangéliques se sont rendus compte qu'ils ne parvenaient pas à peser aux Etats-Unis, ils ont alors décidé de diriger une politique expansionniste dans les continents où l'évangélisme parvient à percer. C'est-à-dire en Afrique, en Asie, en Amérique Latine. En Afrique, ils vont essayer, et c'est particulièrement le cas de l'Ouganda, de créer la vitrine d'un Etat chrétien idéal. » Belle vision du christianisme...

lundi, 17 février 2014 10:23

Liban, terre moins chrétienne ?

Écrit par

Après la proclamation de l'indépendance du Liban, 8130 Km2 de terre libanaise appartenaient à des chrétiens. Aujourd'hui, les chrétiens libanais ne possèdent plus qu'environ 4000 Km2 de terre.

Ces données ont été fournies par Talal al-Doueihy, chef du mouvement « Terre libanaise, notre terre » dans le cadre d'un entretien accordé au quotidien Daily Star. La diminution drastique de l'étendue des propriétés foncières appartenant à des chrétiens au pays des Cèdres a diverses causes et se trouve également liée à la forte tendance à l'émigration qui caractérise la partie chrétienne de la population libanaise. De nombreux chrétiens ayant l'intention d'émigrer en effet vendent leurs terres avant de partir à des acquéreurs musulmans. En outre, au cours des années du gouvernement de Rafiq Hariri – Premier Ministre de 1992 à 1998 puis de 2000 à 2004, tué dans un attentat le 14 février 2005 - la loi qui garantissait le droit de prélation dans le cas de ventes de terrains aux propriétaires des terrains limitrophes fut abrogée. Le gouvernement Hariri voulait favoriser de cette manière les investissements au Liban des pays arabes du Golfe. Le résultat est que la presque totalité des terres vendues ces années-là sont passées de propriétaires chrétiens à des musulmans.
Différentes propositions de lois ont été présentées au Parlement pour tenter de freiner l'érosion des propriétés foncières des chrétiens au Liban. Celle de Sami Gemayel et d'Ibrahim Kanaan vise à réglementer l'acquisition de propriétés foncières sur le territoire libanais de la part d'acquéreurs étrangers alors que celle élaborée par un autre parlementaire, Joseph Maalouf, a comme objectif de freiner les passages de propriété des terrains supérieurs à 3000 m2 et à limiter les espaces de manœuvre des intermédiaires lors de la vente des terrains. (Fides)

Page 28 sur 39

Retrouvez les propos du pape François parus dans choisir, assortis de 11 réactions de spécialistes !

Livre Pape 2

Avec, en exclusivité sur notre site, les propos de Pierre Emonet sj, directeur de choisir, et de Charles Morerod op, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.